Accueil / Actualités / Entrepôts / Toyota Material Handling : les chariots Autopilot proposent la navigation bi-système

Entrepôts

Toyota Material Handling : les chariots Autopilot proposent la navigation bi-système

12.05.2017 • 12h30
|
A_1

Toyota Material Handling fait évoluer sa gamme de chariots Autopilot, auparavant uniquement réceptif aux réflecteurs, en ajoutant la navigation «naturelle». Une technologie qui s’appuie uniquement sur l’environnement de l’entrepôt.

«Nous sommes les seuls à proposer aujourd’hui deux types de navigation réunis dans un seul système», déclare Hans Larsson, directeur des solutions logistiques chez Toyota Material Handling Europe. L’entreprise lance sur le marché un chariot fonctionnant alternativement via des réflecteurs posés dans l’entrepôt ou via une navigation dite «naturelle». Avec cette nouvelle possibilité, le chariot calcule sa position à travers des points de référence ou des repères pris dans l’entrepôt tels que les murs, les rayonnages ou les objets. Le chariot utilise alors l’espace existant pour se déplacer. Aucun équipement supplémentaire n’est requis, à condition que l’environnement reste relativement constant. Un système qui devrait permettre des économies sur les frais d’installation ou les accessoires devenus inutiles.

 

La gamme Autopilot proposait déjà la navigation automatisée avec les réflecteurs. Une fois installés dans l’entrepôt, grâce à leur scanner, les chariots automatiques se positionnaient en fonction de leur distance au réflecteur. Désormais, avec la navigation bi-système, c’est d’un côté l’entrepôt qui sert de référence au chariot et de l’autre, les réflecteurs, l'Autopilot basculant intuitivement entre les deux. C’est la spécificité du scanner laser qui rend cela possible. Il est identique quel que soit le mode de navigation. Les modèles Autopilot utilisant la bi-navigation sont déjà disponibles à la vente.

 

BUZZ LOG
“La Blockchain ne va pas changer le monde et tout disrupter. Mais sur certains segments, à assez court terme, elle va faire évoluer pas mal de choses dans la façon de concevoir le business.”
— Antoine Yeretzian, co-fondateur de Blockchain France
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine