Accueil / Actualités / Prestataires / Bandai confie la logistique de ses jouets à Staci

Prestataires

Bandai confie la logistique de ses jouets à Staci

28.08.2017 • 14h30
|
A_1

Staci

Pour des raisons de flexibilité et de proximité, le géant du jouet nippon fait appel à Staci pour gérer la partie logistique de son activité jouet.

Bandai fait confiance à Staci. La firme japonaise a délégué la logistique de son activité jouet au groupe français, au travers d’ « une transition faite sans accroc », a assuré François Marolleau, directeur logistique chez Bandai. Le fabricant de jouets s'est appuyé sur Staci pour réaliser du débord et ainsi pallier aux carences de son ancien prestataire. 

 

Cahier des charges exigeant

Malgré un cahier des charges exigeant, Staci répond aux besoins de Bandai sur le plan de la flexibilité tant en termes de surface que de main-d’œuvre. En effet, le logisticien de détail BtoB est apte à s’adapter à de fortes variations de volume d’une année sur l’autre, ainsi qu’à une saisonnalité très forte, liée à la période de Noël mais aussi aux sorties de films ou séries télévisées propres à Bandai. Autres atouts importants, le groupe français bénéficie d’une proximité géographique appréciable mais également d’un WMS/TMS paramétrable entrant parfaitement dans les critères de Bandai en matière de tracking complet. Staci présente également des garanties quant à la gestion du transport aval appréciées par le Nippon. « Nous n’avons pas perdu de potentiel de business avec cette transition et pensons que nous aurons un service optimal pour attaquer la forte saison de Noël », se félicite François Marolleau. Un choix stratégique opéré par Bandai afin d’attaquer le rush de Noël sous les meilleurs auspices.

 

 

Sur la photo, de gauche à droite : Christelle Gosselin, account manager de Staci ; François Marolleau, directeur logistique de Bandai ; Bernard Audouin, assistant technique/SAV chez Bandai et Farid Zidahnal, directeur de site Staci.

BUZZ LOG
“Nous sommes persuadés que dans quelques années, la logique de remettre des produits invendus dans l’économie sera devenue la norme.”
— Pierre-Yves Pasquier, co-fondateur de Comerso
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine