Accueil / Actualités / Transversal / Les ruptures de la supply chain, un problème majeur pour les entreprises

Transversal

Les ruptures de la supply chain, un problème majeur pour les entreprises

19.02.2016 • 08h30
A_1

Une étude mondiale menée par GT Nexus autour de la supply chain révèle que 40 % des entreprises interrogées ont subi des ruptures au niveau de leur chaîne logistique au cours des 12 derniers mois.

La plateforme cloud pour le commerce international GT Nexus publie sa toute première étude, « State of the Globabl Supply Chain », qui repose sur une analyse des principales problématiques, défis et autres opportunités rencontrés par les industriels. Conduite en partenariat avec l’entreprise de recherche Yougov, l’étude s’est focalisée sur les éléments suivants :

 

« ■ Les problématiques technologiques et industrielles qui pèseront et pèsent déjà sur les chaînes logistiques des fabricants ;
■ Les principaux défis liés à la Supply Chain et les points d'amélioration ;
■ Des problématiques plus factuelles, comme le fait que les entreprises intègrent ou non un « Chief Supply Chain Officer », capable de répondre aux deux points précédents.


Parmi les 250 décideurs interrogés, 40 % reconnaissent avoir connu des ruptures au niveau de leur Supply Chain au cours des 12 derniers mois, ruptures qui ont eu des conséquences pour leur entreprise. Malgré ces incidents, moins d'un quart d'entre eux (24 %) affirment disposer d’un « Chief Supply Chain Officer » capable d’orchestrer une réponse à ces problématiques, alors que 41 % d'entre eux vont encore plus loin en affirmant qu’ils n’ont pas l'intention d’embaucher un tel profil.


« Il est clair, à la lecture de cette étude, que les industriels s'attendent à devoir faire face à de nouveaux défis de taille en matière de gestion de leur Supply Chain en 2016, des défis découlant de facteurs externes difficilement contrôlables », déclare Greg Kefer, ‘VP Corporate Marketing’ chez GT Nexus. Les résultats laissent à penser que les plans d'actions envisagés par les répondants sont inadaptés, notamment au regard de la priorité qu’ils accordent à la réduction des coûts -par exemple-, plutôt qu'à des aspects bien plus essentiels comme la présence d'un décisionnaire expert dédié. 76 % des sondés affirment fonctionner aujourd'hui sans « Chief Supply Chain Officer ». Et alors que près de la moitié des entreprises déclarent avoir subi des ruptures ayant eu un impact sur leurs activités au cours des 12 derniers mois, il est évident que l'absence de vision stratégique au niveau de leur Direction constitue un véritable frein à une Supply Chain plus agile ».


Les conclusions de l’étude concernant les priorités technologiques des répondants révèlent encore quelques surprises. 38 % pensent en effet que leur Supply Chain ne sera pas impactée par les évolutions technologiques au cours des 12 prochains mois. Ceci témoigne d’un manque d’appréciation quant à l’importance de la mise en œuvre de solutions technologiques adaptées, capables de répondre aux problématiques de rupture en matière de Supply Chain, ou encore de gestion stratégique et de contrôle. Par ailleurs, alors que 64 % des personnes interrogées déclarent faire appel -par exemple- à des fonctionnalités de gestion d’entrepôt, peu d’entre elles reconnaissent attendre de réel apport de technologies plus évoluées comme l’analytique (13 %), l'Internet des objets (11 %) ou encore la RFID (3 %). Il est pourtant démontré que ces technologies peuvent apporter une réelle valeur ajoutée en matière de gestion de la chaîne logistique. »

 

L'intégralité de l'étude (en anglais) peut être obtenue sur le site de GT Nexus.

BUZZ LOG
“Nombre d’études mettent en avant le fait que parmi les enfants qui naissent à l’heure actuelle, 75 % d’entre eux feront un métier qui n’existe pas aujourd’hui. Il y a donc un champ à inventer en supply chain.”
— Stéphanie Nadjarian, Senior Partner du cabinet de conseil Kea & Partners
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine