Accueil / Décryptage / Innovation / La Blockchain, facteur de disruption ?

Innovation

La Blockchain, facteur de disruption ?

16.03.2017 • 08h15
|
par Laurène MATZEU DE VIALAR
D_2

2. Le projet de l’IRT SystemX

L’IRT SystemX, l'un des huit instituts de recherche technologique créés par le gouvernement français pour renforcer l'attractivité du territoire, a lancé en novembre dernier un premier projet de R&D sur la Blockchain. 

Le projet BST en quelques mots

- Durée : 4 ans

- 12 ETP (équivalent temps plein) par an

- Partenaires industriels : ATOS-Bull, EDF, H-Log, IDIT, La Poste, PSA, SQLI

- Partenaires académiques : Inria, UVSQ (Université de Versailles-Saint-Quentin)

Baptisé « Blockchain for Smart Transactions » (BST), il étudie les nouveaux services pouvant être créés via la technologie et s’intéresse notamment à la question de l’utilisateur, de son identité et de l’éthique que suscite cette approche innovante. Plusieurs industriels en font partie, autour de différents cas d’usages dont certains portant sur la logistique : EDF Lab, PSA, La Poste, H-Log, l’Idit (Institut du droit international des transports)… Pour ces partenaires et leurs clients, le projet vise à répondre à trois grands enjeux : améliorer leur offre de services, optimiser les coûts et développer de nouveaux usages. « Nous avons démarré les premiers travaux avec les partenaires industriels. Par exemple, La Poste, en tant qu’acteur tiers de confiance, peut potentiellement être remis en cause par la Blockchain. Ils ont voulu être proactifs et au-delà des études théoriques, voir comment cela fonctionnait en pratique », explique François Stephan, directeur général adjoint de l’IRT SystemX. Rythmé par des jalons tous les six mois, le projet pourrait dès 2017 dévoiler ses premiers POC (Preuves de Concept) et s’est également ouvert à plusieurs start-ups. « Avec ce projet de R&D partenariale, nous voulons susciter une sorte d’innovation par la créativité, en imaginant et expérimentant de premiers cas d’usage permettant de montrer ce que l’on peut faire sur la Blockchain tout en identifiant et travaillant les enjeux technologiques et scientifiques associés. Nous sommes convaincus que la technologie de la Blockchain a un très fort potentiel », conclut-il.

 

BUZZ LOG
“L’internet physique appliqué à la logistique passe notamment par une digitalisation des process et des interfaces numériques homogènes.”
— Stephane Cren, responsable innovation chez GS1 France
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine