Accueil / Expertises / Pourquoi les opérations en entrepôt et en usine ont besoin de l’Internet industriel des objets

EXPERTISES

Pourquoi les opérations en entrepôt et en usine ont besoin de l’Internet industriel des objets

21.03.2018 • 08h00
|
par Emilien VILLEROY
Une tribune signée David Stain, senior manager manufacturing EMEA pour Zebra Technologies.

L’industrie connaît une transformation majeure qui bouleverse les opérations sur les sites de production et en entrepôt. Chaque étape du processus de fabrication, y compris la gestion de la chaîne logistique de bout en bout, sera bientôt connectée grâce à « l’Internet industriel des objets (IIoT) », solution consistant à utiliser les technologies de l’Internet des objets (IoT) dans le secteur industriel et manufacturier. L’IIoT intègre le machine learning et le big data, en exploitant les données fournies par les différents capteurs, la communication M2M (machine to machine) et les technologies d’automatisation qui existent depuis des années dans les environnements industriels. « Les entreprises industrielles sont entrées de plain-pied dans l’ère de l’information, que cela leur plaise ou non », constate Jeff Immelt, le CEO de General Electric. Une question se pose donc : comment les fabricants peuvent-ils tirer le meilleur parti possible des informations qu’ils ont en leur possession, et les utiliser au mieux pour renforcer leur efficacité opérationnelle ?

 

Il faut déjà porter un regard différent sur la gestion des opérations : les CTO doivent pouvoir visualiser les ressources des usines et des entrepôts – stocks, machines, véhicules, personnels et produits finis – comme autant de sources potentielles d’information permettant une analyse en temps réel. Mais également, ils se doivent d’avoir une vision tout au long de la chaîne logistique aussi bien en amont de la production tournée vers le client qu’en aval. Dès lors que les ressources bénéficient de l’apport de l’IIoT, se dévoilent des perspectives qui transforment l’entrepôt, passant du statut de simple lieu de stockage à celui de réel différentiateur business. La philosophie qui sous-tend l’IIoT part d’un constat simple : les machines intelligentes sont plus performantes que l’homme pour capturer et communiquer des données avec constance et précision. Or, ces données peuvent permettre aux entreprises d’identifier et de remédier plus rapidement aux manques d’efficacité et aux problèmes – d’où un gain de temps et d’argent et un soutien de poids pour étayer les efforts déployés en matière de Business Intelligence. L’IIoT offre un potentiel considérable pour le contrôle qualité, la traçabilité et l’efficacité globale de la chaîne logistique. Prolonger ces avantages et intégrer l’interface homme-machine permet une collaboration plus harmonieuse entre l’être humain et la machine.

 

Mise en œuvre de l’IIoT

Apporter les capacités de l’IoT à l’entrepôt et à l’usine signifie que les déploiements technologiques passeront par les systèmes connectés comme les terminaux mobiles professionnels, les lecteurs de codes à barres et de puces RFID, terminaux portatifs, capteurs... Selon l’étude Zebra « Intelligent Enterprise », le nombre des sites de production et des personnels entièrement connectés devrait doubler d’ici à 2022, portant ainsi le chiffre global à plus du tiers. D’autant que les fabricants se tournent résolument vers les solutions technologiques leur permettant d’améliorer la précision et les délais de livraison, en gérant simultanément de multiples entrepôts et sites de fabrication abritant des volumes toujours plus importants d’unités de gestion des stocks (UGS) en raison du niveau de personnalisation que réclament les consommateurs. D’où le besoin de visibilité accrue sur l’ensemble de la chaîne logistique et de fabrication, avec un panorama global offrant une totale transparence.

 

Doter les ressources disponibles de capacités vocales numériques et de l’IoT, c’est bénéficier d’une manne d’informations prêtes à être traitées et transformées en données utiles pour renforcer l’efficacité des opérations. Il est cependant difficile, pour un fabricant, d’en faire usage rapidement sans devoir employer une application d’analyse intelligente, parallèlement au système d’exécution de la fabrication (MES). Jusqu’à maintenant, il y avait toujours des erreurs ou inefficacités dissimulées au cœur même des chaînes logistiques, mais difficiles à identifier sans des outils nouveaux. En effet, il était compliqué de discerner, et d’établir une relation causale avec les problèmes qui survenaient, en raison des fluctuations de la demande. Un outil capable d’analyser les données en temps réel permet désormais aux fabricants de localiser les inefficacités. Et surtout, il fournit des analyses décisionnelles permettant d’améliorer le fonctionnement de la chaîne logistique. Plus de données, c’est plus d’opportunités de réunir des informations sur les performances réelles, raison pour laquelle l’IIoT devient rapidement un élément stratégique dans la conduite des opérations.

 

L’intelligence de la RFID

Pour les entreprises, l’efficacité des opérations de chargement passe par des réseaux sans fil à haute performance, capables d’assurer la continuité des connexions. Les capteurs et dispositifs intelligents, comme les puces RFID, les codes à barres conformes GS1, et les technologies de localisation, faciliteront l’automatisation de la collecte des données, le suivi des marchandises et la localisation des articles. Tout cela devant être étayé par un système de back-office qui simplifie l’analyse des données pour permettre de meilleures décisions, et qui assure une plus large visibilité en temps réel sur la situation des stocks. Un logiciel adapté de gestion d’entrepôt (WMS) permet de s’assurer du rendement volumétrique et du taux final de chargement. Ce qui rend possible d’avertir à l’avance les chauffeurs dès que le chargement de la remorque touche à sa fin. D’où une réduction des temps d’immobilisation, et la possibilité de libérer le quai plus rapidement pour laisser place à un autre camion. Les responsables des quais de chargement sont quant à eux en mesure de réaffecter les ressources en fonction des conditions réelles, et les personnels peuvent procéder à des changements de dernière minute, en tenant compte des périodes de pointe.

 

Cela fait déjà longtemps que l’utilisation des puces RFID constitue un sujet d’intérêt majeur en matière de logistique et d’entreposage. Cette technologie aujourd’hui arrivée à maturité est utilisée dans de nombreux secteurs professionnels, les étiquettes intelligentes RFID permettent en effet de stocker beaucoup plus de données que les codes à barres, et constituent une défense efficace face à la menace des contrefaçons. Raison pour laquelle les entreprises dont les produits sont très coûteux, qu’il s’agisse de textiles ou de produits de luxe, s’appuient sur cette technologie pour suivre leurs stocks dans de meilleures conditions de sécurité. Les étiquettes RFID permettent également aux équipes des entrepôts de mesurer les dimensions et de s’assurer du poids des marchandises. Pendant la procédure de chargement, un chariot élévateur transportant des colis équipés d’étiquettes RFID peut ainsi en connaître les dimensions et le poids, ce qui constitue un élément d’efficacité supplémentaire lors du chargement des camions.

 

Répondre au besoin de la fabrication et de la livraison « juste à temps »

Les fabricants de produits finis sont de plus en plus soucieux de ne conserver à disposition que le minimum nécessaire d’articles afin d’économiser les coûts de stockage associés, dépendant ainsi davantage des fournisseurs pour les articles en demande. L’industrie 4.0 s’accompagne ainsi d’un mouvement vers la fabrication puis la livraison en « juste à temps », dans l’esprit duquel les fournisseurs anticipent les besoins des fabricants et livrent les produits lorsqu’ils deviennent nécessaires pour répondre aux besoins du cycle de production. Pour répondre aux besoins des clients qui souhaitent des livraisons très rapide, les entreprises doivent déployer un système MES capable de suivre et de documenter la transformation des matières brutes en produits finis. Les capacités de suivi et de traçabilité, tout au long du processus de production, permettent de mettre en évidence la consommation et les goulets d’étranglement. Quand s’y ajoute le système de gestion WMS, les entreprises disposent dès lors d’une chaîne logistique à la demande, à la fois dynamique et intuitive.

 

Perspectives d’avenir

Les usines intelligentes, avec l’apport de l’IoT, sont l’élément central de l’industrie 4.0. Et c’est à ce niveau que la communication en temps réel entre la chaîne logistique et la ligne de production entraîneront l’automatisation et la numérisation. Cette évolution est rendue possible à la fois par l’homme et la machine, capables de partager des données en temps réel pour offrir des produits de meilleure qualité, une visibilité nouvelle, et une impressionnante maîtrise des coûts.

BUZZ LOG
“La supply chain est l’une des sources clés de la RSE car elle concerne tous ses volets ; de la ressource de la matière première à l’ensemble de la chaîne de distribution, en passant par les collaborateurs et jusqu’aux clients finaux.”
— Cécile Parent, membre actif du Lab RSE de l'Aslog.
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine