Accueil / Expertises / Le SaaS, levier d’optimisation de la gestion des pièces de rechange

EXPERTISES

Le SaaS, levier d’optimisation de la gestion des pièces de rechange

02.02.2017 • 09h15
Tribune réalisée par Tony Abouzolof, co-fondateur de Syncron, éditeur de solutions cloud dédiées à la gestion des pièces de rechange.

« Dans une société de l’immédiat et à l’heure où les grands leaders de l’e-commerce annoncent des livraisons le jour-même, l’optimisation de la gestion de la chaine logistique est devenue primordiale pour toutes les entreprises. Celles-ci doivent s’assurer de la bonne maitrise de leurs stocks, de leurs approvisionnements et de leur acheminement afin de délivrer un service rapide, efficace, fiable et maitrisé.

 

Cela est d’autant plus vrai dans la gestion des pièces de rechange : il parait inconcevable aujourd’hui, avec les moyens techniques existants, qu’une réparation tarde en raison d’un problème liés aux stocks en amont. Cela se peut se traduire par un avion qui resterait au sol en raison de l’indisponibilité d’une pièce, l’immobilisation d’un véhicule particulier ou professionnel dans l’attente que le concessionnaire puisse obtenir la pièce à changer ou encore une ligne de production arrêtée car le service de maintenance ne dispose pas des pièces pour la réparer.

 

Pourtant, cette situation, qui met à mal le chiffre d’affaires, la qualité de service perçu et donc l’image de l’entreprise, se produit encore trop souvent.

 

Aujourd’hui, le numérique a prouvé qu’il concourait à l’efficacité des entreprises et au développement de l’Industrie du Futur. Les expressions « transformation digitale » et « transformation numérique » sont ainsi employées car elles soutiennent les entreprises dans leur stratégie pour être plus efficientes en termes de coûts, de gestion des données et de processus métier. D’ailleurs, d’après une étude Capgemini* sur la transformation numérique des entreprises de la supply chain, pour 80 % des répondants, le cloud est l’un des vecteurs de la transformation de leur métier.

 

De nombreuses entreprises ont fait le choix de ce type de solutions en raison de leurs nombreux avantages pour leurs utilisateurs et l’entreprise dans son ensemble. En effet, en s’appuyant sur des technologies telles que le cloud et le SaaS, les entreprises dont l’activité est liée à la gestion des pièces de rechange peuvent se recentrer sur leurs activités métiers, optimiser leur qualité de service tout en maitrisant leurs coûts d’exploitation.

 

Ces technologies accompagnent, favorablement, les quatre grandes familles métiers de la gestion des pièces de rechange − acheteurs, planificateurs et ordonnanceurs, techniciens sur site, commerciaux − dans leurs activités quotidiennes que sont :
- La gestion des stocks : s’assurer d’avoir la bonne pièce au bon endroit au bon moment ;
- La gestion des prix : optimiser les marges et les bénéfices liés à la vente de pièces ;
- La gestion des processus de commandes : contrôler et rationaliser l’enregistrement, la finalisation et l’exécution des commandes ;
- La gestion des données maîtres (Master Data Management) : s’assurer de la qualité et de l’homogénéité des données produits, clients et fournisseurs.

 

Techniquement, avoir recours au cloud ou au SaaS permet d’éviter de supporter le poids d’une infrastructure informatique développée en interne, notamment en termes de déploiement et de maintenance. L’entreprise peut bénéficier des différentes mises à jour des solutions afin d’en utiliser les versions les plus récentes à un coût bien plus faible que si elle devait réaliser des migrations régulières de son systèmes d’information interne. Cela est d’autant plus pertinent pour la supply chain où les normes et les contraintes légales (contrôle qualité, traçabilité, etc.) évoluent régulièrement.

 

L’entreprise gagne donc en agilité en se libérant des contraintes liées aux migrations, serveurs, stockage de données, contrôles et support utilisateurs. Par exemple, elle peut enregistrer et planifier des milliers d’articles sur son système d’information sans se soucier de l’espace de stockage. Par ailleurs, une entreprise multi-sites pourra, facilement et à moindre coût, déployer une solution unique sur l’ensemble de ses postes de travail sans avoir à se soucier des problématiques liées à la migration d’une solution intégrée. Enfin, en s’appuyant sur le cloud ou le SaaS pour la gestion de ses processus métier, elle met fin à l’utilisation de tableurs et autres documents renseignés manuellement, et donc à la grande possibilité de données erronées.

 

Grâce au cloud, l’entreprise peut aussi équiper ses collaborateurs mobiles et leur donner accès, à distance, au système d’information de l’entreprise. Les techniciens sur site pourront consulter les informations clients et enregistrer leurs notes et rapports d’activité sur le lieu où il se trouve. Ces données seront consultables en temps réel dans le système d’information et permettront aux autres métiers de prendre les bonnes décisions au bon moment. Le service Achats saura, aussitôt, s’il doit recommander telle ou telle pièce, l’ordonnanceur s’il doit prendre en compte une nouvelle visite dans la planification des tournées, etc.

 

L’entreprise gagne également aussi en performance et productivité en réduisant les anomalies et temps d’indisponibilité liés à une maintenance non optimisée. Reprenons les exemples proposés en introduction : un avion dont la maintenance est assurée peut donc être utilisé. Commercialement, cela se traduit pour l’opérateur commercial par des ventes de billets. A contrario, plus celui-ci est immobilisé au sol, plus le nombre de vols de la compagnie est réduit et donc moins elle vendra de billets.

 

De même, plus une ligne de production est arrêtée, moins l’entreprise pourra produire et donc plus ses coûts liés à la production (coût salarial, coûts fixes) s’élèveront. Les collaborateurs travaillant en déplacement à l’instar des métiers des services après-vente, les commerciaux, les techniciens sur site sont également concernés si le concessionnaire de l’entreprise ne dispose pas des pièces de rechange nécessaires. S’ils ne peuvent pas utiliser la flotte automobile de l’entreprise car celle-ci est en attente de réparation, alors ses employés ne seront pas en mesure d’effectuer leur prestation de services et cela se traduit par des signatures de contrats en moins pour l’entreprise, et progressivement une perte de clients, due à leur insatisfaction, pour le concessionnaire.

Celui-ci, de par l’essence même de son métier, ne pouvant pas se permettre de faire attendre ses clients, professionnels ou particuliers. Le concessionnaire qui n’a pas à se soucier de la disponibilité des pièces grâce à sa solution peut alors aussi mieux se recentrer sur le cœur de son métier.

 

L’Industrie du Futur induite par la transformation digitale des entreprises concerne également les métiers de la gestion de la pièce de rechange. Ceux-ci peuvent devenir plus innovants grâce aux technologies numériques et ainsi optimiser, au-delà de leurs processus métier, une majorité des métiers de l’entreprise, tous secteurs confondus. Le cloud et le Saas sont un niveau. L’impression 3D, la réalité augmentée ou encore l’intelligence artificielle permettront, aussi, de faire monter en puissance ce secteur. »

 

* Transformation digitale de la Supply Chain : Etat de l'art et Perspectives, publiée par Capgemini Consulting. © Capgemini Consulting et GT Nexus

BUZZ LOG
“La maîtrise du risque au sein des supply chains passe par trois maîtres-mots : anticiper, s’entrainer et observer. Il faut penser l’impensable, s’y préparer et veiller, être sur le qui-vive du soldat sentinelle.”
— Philippe-Pierre Dornier, professeur à l'Essec, président de Newton.Vaureal Consulting et Datapp
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine