Accueil / Expertises / L'IoT dans la supply chain n’a pas fini de révolutionner le monde de la logistique et du transport

EXPERTISES

L'IoT dans la supply chain n’a pas fini de révolutionner le monde de la logistique et du transport

16.02.2017 • 09h15
A_1
Par Guy Courtin, vice-président Industry & Solution Strategy : Retail & Fashion chez GT Nexus.

En 2006, on comptait environ deux milliards d’objets connectés dans le monde et Intel estime que ce chiffre pourrait avoisiner les 200 milliards à l’horizon 2020. Concrètement, en quoi l’intégration de puces et de capteurs au sein d’objets intelligents utilisés à tous les niveaux de la supply chain va-t-elle révolutionner le monde de la logistique et du transport ? Et si on essaye de se projeter encore plus loin, en quoi va-t-elle accélérer la transformation des business models ? Car l’objet intelligent est désormais capable de détecter et de proposer des services au client final et ce, de façon autonome.

 

Une visibilité temps réel pour une meilleure efficacité des processus opérationnels

Dans un premier temps, l’IoT va doter les supply chains de capacités de visibilité extrêmement détaillées et pertinentes. Alors qu’auparavant les décideurs ne pouvaient voir et connaître le statut de leurs marchandises qu’à certaines étapes de la chaine d’approvisionnement, l’IoT va leur permettre de disposer d’une visibilité de leurs biens et produits en temps réel et ce, d’un bout à l’autre de la chaine. Par exemple, en plaçant des capteurs (tags RFID, GPS, …) dans des équipements comme les palettes et les conteneurs, mais aussi sur les articles eux-mêmes. Decathlon constitue un exemple pionnier en la matière. Avec ses 700 millions de tags RFID à l’année (touchant jusqu’à 80% de ses produits), l’enseigne couvre toute la chaine -de la fabrication à la vente, jusqu’à la livraison physique des produits aux clients-, enregistrant des gains considérables, tant en matière de temps, de fiabilité que de développement de ventes.

 

Dans le domaine du transport, l’IoT devrait également apporter une grande valeur ajoutée. En permettant aux entreprises de suivre leurs expéditions, mais aussi de contrôler des données spécifiques à distance, comme la température ou les vibrations, les objets connectés seront garants de meilleures conditions d’acheminement, de manipulation et de livraison des marchandises auprès des clients finaux.

 

De nouveaux gisements de gains, lies a une approche automatique et proactive

Autres champs de transformation : la maintenance prédictive et, plus largement, l’asset management. Bientôt, les fabricants industriels pourront suivre et contrôler les taux et fréquences d’utilisation de leurs équipements, quel que soit l’endroit où ils se situent dans le monde. Ainsi, des moteurs d’avion "intelligents", fabriqués par une société telle que Rolls Royce, seront capables d’analyser en temps réel les données de vol et de planifier automatiquement des dates de maintenance. En devenant "intelligent", le produit s’enrichira d’une dimension ‘service’, générant de nouvelles opportunités pour le client et sur le plan du business, tout en garantissant un meilleur suivi et contrôle des coûts de maintenance associés.


Autre exemple : General Electric (GE). Cet équipementier se contentait jusqu’ici de fabriquer des équipements d'ingénierie -tels que des appareils d'IRM, des moteurs d'avion et des forages pétroliers- et de les vendre à ses clients en y associant des contrats de maintenance. Désormais, grâce à l’introduction d’agents intelligents et d’outils de mesure des données, le groupe ne vendra plus seulement des équipements, mais de nouveaux services basés sur le traitement et l’analyse de ces données, garantissant des gains spécifiques et mesurables.


Enfin, dernier exemple parmi tant d’autres, la chaîne américaine de grands magasins Macy’s, qui a installé des capteurs s’appuyant sur la technologie iBeacon d'Apple (Bluetooth Low Energy) dans l’ensemble de ses principaux magasins. Grâce à ces capteurs, le distributeur est désormais capable d’observer le type d'offres et de produits qui suscitent des réactions chez ses clients dans les allées de ses magasins, puis d’adapter sa sélection d’articles, afin de leur proposer des offres plus pertinentes. Le déploiement des technologies IoT va donc aussi impacter la gestion des stocks et la stratégie omnicanal, qui trouvent leurs fondements en amont de la supply chain.

 

Une transformation fragmentée, freinée par un manque de standardisation

Toutefois, à l’heure de la consumérisation de l’entreprise, bien que l’IoT mette en lumière des zones d’ombre au sein de la supply chain et crée de nouvelles opportunités, le manque d’interopérabilité au niveau des données constitue un frein à une révolution à plus grande échelle. L’Internet des Objets repose sur le croisement de nombreux flux de données, mais le manque de normalisation freine et limite leur exploitation. La bataille de la standardisation s’avère donc une étape essentielle dans la coordination des objets connectés entre eux et cela devrait durer encore quelques années…

BUZZ LOG
“Les solutions informatisées sont sécurisées, standardisées, sous protocole et donc pas totalement dans l’esprit des solutions digitales.”
— Philippe-Pierre Dornier, président de Datapp
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine