Accueil / Rencontres / Interview / Rencontre avec Serge Alezier, président du Pharma Logistics Club et instigateur du TIPS

INTERVIEW

Rencontre avec Serge Alezier, président du Pharma Logistics Club et instigateur du TIPS

05.10.2017 • 11h00
|
par Laurène MATZEU DE VIALAR
A_1
Un véritable virage s’est engagé depuis cette dernière décennie sur les questions de visibilité et de traçabilité. Par effet miroir, les prestataires transport et logistique, quel que soit le mode, s’intéressent, veulent échanger et se sont spécialisés vers les acteurs de la santé.
Les 26 et 27 septembre derniers, à la Cité des Échanges de Lille (59), se tenait la première édition du TIPS, organisée par le Pharma Logistics Club. Ce dernier a pour vocation de regrouper des adhérents actifs dans la supply chain des laboratoires pharmaceutiques ainsi que les collectivités, organisations, transporteurs, logisticiens et divers fournisseurs engagés dans la distribution des produits de santé.

Pouvez-vous nous présenter votre association en quelques mots ?

Nous sommes une jeune association professionnelle dédiée à la supply chain pharma. En deux ans d’existence, nous avons grandi en nombre en dépassant les 100 entreprises et trouvé notre place dans le paysage du secteur. 80 % de nos membres sont installés un peu partout sur le territoire. Il s’agit d’industriels et de prestataires qui n’avaient pas forcément cette opportunité d’échanger dans leur région. La majorité d’entre eux sont engagés dans l’opérationnel sur des problématiques de transport, d’entreposage, et d’obligations règlementaires. Depuis la création de l’association, nous avons fait le tour de la France. Notre dernière étape s’est faite à Lille pour le TIPS (Transport International Produits Santé), un évènement que nous avons monté pour la première fois cette année et qui a eu lieu les 26 et 27 septembre 2017.

  

Comment s’est passée cette première édition ?

Il s’agissait pour nous d’un challenge et d’un exercice de rodage puisque nous ambitionnons de monter plusieurs autres évènements dans le futur. Lille est une grande métropole où le secteur de la santé est en devenir et où évoluent des acteurs à l’image de la réputation de leur région : très hospitaliers. Ces derniers - Cluster Eurasanté, TLF, clubs logistique, acteurs régionaux…- ont fait preuve de présence et de participation. Nous avons enregistré plus de 300 inscriptions, très majoritairement de France et quelques-unes issues de la Belgique, des Pays-Bas et du Royaume-Uni. Le TIPS a été organisé autour de neuf ateliers et d’une séance plénière en matinée, animée entre autres par un directeur du groupe pharmaceutique GSK en charge de la Data Integrity dans l’UE et pendant longtemps pharmacien responsable du site d’Evreux.

  

Quelles problématiques majeures ont été abordées lors de la manifestation ?

La France redresse la tête dans le secteur de la santé, longtemps porté par les acteurs anglo-saxons. L’industrie pharmaceutique américaine représente à elle seule 50% de la production et de la consommation de médicaments, la France, à peine le 10e. Cette manifestation transversale a démontré que les acteurs hexagonaux s’intéressent de plus en plus au monde de la distribution. Celle-ci est devenue une obligation, à la fois sur l’aspect réglementaire mais également en termes de services, jusqu’aux patients contribuant à la bonne image du laboratoire. Un véritable virage s’est engagé depuis cette dernière décennie sur les questions de visibilité et de traçabilité. Par effet miroir, les prestataires transport et logistique, quel que soit le mode, s’intéressent, veulent échanger et se sont spécialisés vers les acteurs de la santé. Lors du TIPS, nous avons eu de bons éclairages sur ce qui se fait en matière de pilotage des flux, sur le transport routier avec notamment le développement des plateformes de crossdocking sous température contrôlée ou l’aérien autour du CEIV IATA qui est en train de devenir un standard. Le maritime a également fait l'objet d'un très bel atelier, réunissant 45 personnes : chargeurs industriels, grossistes-répartiteurs transitaires, compagnies maritimes, des ports (Le Havre, Dunkerque, Marseille, Anvers…).

 

Quels sont vos projets à venir ?

L’association, on l’espère, va continuer à croître. Nous voulons donner envie à nos membres de partager avec nous, via nos commissions thématiques et déjeuners-débats. Nous entendons également nous orienter vers deux nouvelles directions dans l’année : d’un côté, le monde de l’hôpital et de l’autre côté, la recherche qui doit s’intéresser davantage aux circuits de distribution et au monde du transport. Nous avons lancé des pistes lors de la manifestation avec un atelier transport R&D, et avons évoqué les bonnes pratiques de distribution d’essais cliniques. Parallèlement, nous envisageons bien évidemment une seconde édition du TIPS. Nous avançons étape par étape et sommes heureux de gagner la confiance d’acteurs majeurs du secteur et de tisser un réseau à travers la France sur ces problématiques.

 

 

Légende photo, de gauche à droite : Aymeric Roquette, directeur marketing des laboratoires Anios ; Bertrand D’Hondt vice-président Hauts de France des conseillers du Commerce Extérieur de la France ; Nicolas Samarcq, administrateur de l’association AFCPD Association Française des Correspondants aux Données Personnelles ; Serge Alezier, président et fondateur du Pharma Logistics Club ; Sebastien Delquignies, co-président du TLF Hauts de France et Herbert de Saint Simon, président du TLF Overseas

BUZZ LOG
“Tirer parti des standards GS1 doit rendre plus interopérables les applications blockchain dans la supply chain.”
— Yorke Rhodes III, global business strategist blockchain de Microsoft
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine