Accueil / Expertises / La supply chain collaborative abolit-elle les frontières entre TMS et WMS ?

EXPERTISES

La supply chain collaborative abolit-elle les frontières entre TMS et WMS ?

16.03.2018 • 16h18
|
par Laurène MATZEU DE VIALAR
Tribune rédigée par Marie-Laure Exbrayat, responsable de l’activité Transport & Logistique chez Gfi Informatique et Jean-Christophe Henry, directeur général d’Infflux

Mondialisation des échanges, multiplication des schémas de distribution, atomisation exponentielle des flux & des prestations et exigences accrues des conso-acteurs hyper-connectés, représentent de nouveaux défis pour la supply chain. Comment les relever et apporter plus de réactivité, d’agilité et d’efficacité dans les flux et process logistiques ?

Nous pensons en tant qu’experts et partenaires depuis plusieurs années, que la réponse est la mise en place d’une supply chain execution collaborative et digitale où l’ensemble des acteurs de chaque maillon de la chaîne de valeur interagissent et échangent. Soit la bonne information au bon moment à la bonne personne. Après l’optimisation des opérations d’entreposage et des coûts de transport, le prochain gisement d’efficacité de la supply chain repose donc sur la collaboration digitale pour coordonner et optimiser l’ensemble des flux d’informations et processus opérationnels, dans et hors de l’entrepôt. Une nouvelle fois, la technologie, et en particulier les solutions transversales YMS comme OptiDock, s’avère incontournable pour décloisonner les process, les services, les entités, et accélérer la transmission et l’efficacité de l’information, au-delà des frontières traditionnelles TMS et WMS !

 

Connecter les acteurs pour favoriser la collaboration digitale

Selon Gfi Informatique, la performance d’une supply chain execution nécessite une excellente anticipation et coordination des opérations d’entreposage et de transport, des points indissociables pour garantir efficacité, compétitivité et taux de service. Les frontières entre entrepôt et transport s’estompent aujourd’hui ; la logistique devient l’affaire de tous : marketing produit, achat, commerce, fournisseurs, prestataires et clients. Il s’agit de créer un lien entre les systèmes existants – TMS, WMS, ERP – pour favoriser les interactions et échanges entre les acteurs, ayant des exigences et des contraintes différentes. La collaboration digitale a pour objectif de centraliser et fluidifier l’ensemble des flux d’information de la chaîne logistique en amont et en aval. Ils vont de la production à la planification, en passant par la prise de rendez-vous transporteur, gestion des quais, la mutualisation des opérations entrepôt et des ressources, jusqu’à la livraison aux clients finaux.

La solution OptiDock – Yard Management System - 100% web y contribue en agrégeant les informations pertinentes, dans et hors de l’entrepôt. Selon Infflux, les espaces de relation se multiplient (drives, internet, livraison personnalisée), les nouveaux modèles de mutualisation et de partage logistique se développent, où « internet physique » (entrepôts mobiles, ports terrestres, boîtes modulaires…) et les consommateurs-logisticiens prennent une place prépondérante dans les schémas des distributeurs. Aujourd’hui, la chaîne logistique devient de plus en plus multipliée et multidirectionnelle ; l’ensemble des acteurs – fournisseurs, transitaires, clients - doivent, à partir d’une solution unique, pouvoir communiquer et échanger pour fonctionner en écosystème au service de l’entreprise (exemples : Adidas, Decathlon…).

Dans un souci constant d’efficacité logistique et de qualité de service, la collaboration digitale garantit aux responsables ou directeurs logistique de piloter avec un maximum d’efficacité les flux d’informations, de lisser et d’anticiper ses flux opérationnels

 

Synchroniser les informations pertinentes pour améliorer les process opérationnels, la prise de décision et la qualité de service

A l’heure du point de convergence de nouvelles technologies – l’intelligence artificielle, l’internet des objets (réseaux LoRa, SiFox, …), big data, drones, robots, voitures autonomes…, la supply chain collaborative doit s’appuyer sur la digitalisation des relations et de l’organisation de l’entreprise, hors d’un fonctionnement en silos, voué à disparaître. L’information pertinente doit pouvoir circuler au mieux, en tirant profit du volume et de la valeur exponentiels des données collectées, pour fluidifier l’ensemble des flux physiques de la chaîne logistique en amont et en aval, de la préparation de la commande à la remise de l’unité au transporteur. Il faut donc une solution de YMS – Yard Management System, passerelle entre le monde de l’entrepôt et du transport gérés par des solutions « métiers », qui garantisse de véritablement maîtriser l’information, en provenance de différents outils et sources.

En effet, les différents acteurs renseignent l’ensemble de la chaîne logistique sur une solution unique avec leurs données disponibles. Cette solution doit être capable de les analyser selon des règles métiers définis, de les synchroniser, de générer des alertes et d’en informer de manière judicieuse toutes les parties prenantes, tout en tenant compte des contraintes et des aléas logistiques. Cette synchronisation « intelligente » des données se traduit alors sur le terrain par des process opérationnels qui se fluidifient et s’optimisent : organisation des rendez-vous transporteurs, gestion optimale des flux entrants et sortants, adéquation des ressources selon les opérations de réception et de livraisons prévues.

La collaboration et la traçabilité des opérations via des alertes se conjuguent pour faciliter et accélérer la prise de décision du responsable ou directeur logistique pour être pro-actif et accroître son taux de service. A titre d’exemple, le département logistique d’un client commun, leader de la distribution de produits culturels, doté d’OptiDock et des solutions WMS et TMS d’Infflux, dispose d’une vue à 360°, et, en temps réel des étapes clés de sa chaîne logistique, qui se traduisent sur son site en date de livraison prévue pour l’internaute.

 

Faire de la supply chain un relais de croissance

Aujourd’hui, la supply chain collaborative s’avère un impératif pour absorber la croissance d’une entreprise, à ISO ressources logistiques. Toujours gagner en agilité et en efficacité dans sa supply chain se révèle essentiel dans un monde où les flux s’accélèrent et les business models se transforment. Et cela ne peut se faire qu’au travers d’une véritable collaboration digitale (mode SaaS, Analytics, outil collaboratif et équipements Atawad), au travers de solutions modulaires et évolutives, qui dématérialise les supports, augmente l’interconnexion et exploite les données pertinentes.

Cette collaboration digitale, s’appuyant sur une solution d’YMS, offre des gains métiers et financiers, à toutes les étapes de la chaîne de valeur logistique. Toujours plus multi-fournisseurs et multi-clients, des solutions comme celle d’OptiDock permettent : la réduction des coûts administratifs via une automatisation des tâches à faible valeur ajoutée, la suppression des délais d’attente des transporteurs, la réduction de personnel logistique intérimaire, le développement du « juste à temps », l’amélioration des négociations tarifaires et la réduction des délais de facturation… Sur le terrain, la solution OptiDock, interfacée avec les solutions d’Infflux et particulièrement ses solutions digitale et mobilité (BEXT DM), permet aux responsables ou directeurs logistique d’absorber une croissance de plus de 15% de son activité d’entreposage et de transport, à ressources équivalentes. Aujourd’hui, la supply chain collaborative n’est plus réservée qu’aux acteurs de la grande distribution, de l’agro-alimentaire voire de l’automobile, spécialistes de la logistique à flux tendus. Elle s’ouvre à toutes les entreprises, tous secteurs d’activité confondus.

Selon Gfi Informatique, la supply chain collaborative efface les frontières traditionnelles du WMS et TMS qui se conjuguent et s’optimisent avec une solution d’YMS. La prochaine étape de la supply chain collaborative devrait se traduire par un décloisonnement plus important vers d’autres opérationnels et services de l’entreprise avec comme objectif, fédérer l’ensemble des acteurs et collaborateurs pour l’efficacité de la supply chain. Selon Infflux, la supply chain collaborative représente la première étape tangible de la transformation digitale des organisations logistiques, au delà des périmètres des WMS et TMS, pour gérer en temps réel, optimiser ses flux selon la connaissance de leurs clients, et développer de nouvelles initiatives logistiques selon des « Proof of concept ».

 

Preuve en est, selon la dernière étude 2017 de Cap Gemini Consulting sur les principaux leviers identifiés dans la transformation digitale de la supply chain, 94% des entreprises interrogées plébiscitent la plate-forme de visibilité supply chain. Aujourd’hui, la technologie, moteur clé de la transformation digitale, développe de nouveaux modes d’interactions et d’échanges ; les collaborateurs, quant à eux, demeurent le chaînon nécessaire à la réussite de la digitalisation des pratiques logistiques.

Que se soit dans la collaboration ou la transformation digitale, le pilier « humain » est capital voire vital ; la technologie prend toute sa valeur à l’heure du numérique uniquement avec les talents et compétences des collaborateurs embarqués !

BUZZ LOG
“Les distributeurs ont pris conscience de l’ubiquité du consommateur. Néanmoins, les outils dont ils disposent ne sont pas toujours suffisamment aboutis pour servir la transparence des stocks répondant à la disponibilité d’un produit et à son allocation.”
— François Mondou, directeur général de SDZ ProcessRéa
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine