Accueil / Tribunes / Sept prévisions pour la supply chain en 2019

EXPERTISES

Sept prévisions pour la supply chain en 2019

16.05.2019 • 09h00
A_1

Manhattan Associates

Une tribune signée par Rémy Malchirand, directeur général France de Manhattan Associates.

Orientée vers la création de valeur, la supply chain est désormais reconnue comme le levier de la performance pour les retailers. Place donc aujourd'hui à l'innovation et aux développements de nouveaux modèles d'organisation, plus agiles. Des solutions d'interconnectivité en temps réel aux robots en passant par la blockchain, voici les principales tendances à surveiller pour prendre de l'avance sur ses concurrents.

 

Prévision n°1 : automatisation rimera avec collaboration

La santé du e-commerce en France demeure resplendissante, avec une croissance à deux chiffres des ventes en 2018 (+13,4 %). Elles ont atteint le montant record de 92,6 milliards d’euros, selon l’étude annuelle de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Face à ces nouveaux modes de consommation et au degré d'exigence accru des consommateurs, l'automatisation des processus et le raccourcissement du temps de traitement des commandes deviennent clé pour faire la différence. À venir, une explosion de l’utilisation de la robotique dans les entrepôts. Il suffit de voir Amazon et son armée de 100 000 robots pour s'en convaincre ! L'automatisation conduit cependant aussi à l'émergence de robots collaboratifs ou "cobots" dans les entrepôts. Ces cobots travaillent aux côtés des salariés, combinant les avantages de l'homme et de la machine, ce qui se traduit par des niveaux plus élevés d'efficacité, de productivité et de précision. D'ailleurs les recherches du MIT montrent que les équipes humaines et robotiques sont 85% plus efficaces ensemble qu'en travaillant chacune de leur côté. Une autre forme de collaboration automatisée se développe aussi, celle dite du "travailleur bionique". Il s'agit d'un salarié physiquement lié à une technologie, comme un collaborateur équipé d'un gant qui lit et enregistre les codes-barres.

 

Prévision n°2 : plus d'interconnectivité et de temps réel

Exit les silos ! Place aux solutions agiles ! Il convient d'optimiser les lieux d'exécution en aménageant les magasins pour faciliter la livraison locale, mais aussi en se concentrant davantage sur les "dark stores" et les centres de distribution du dernier kilomètre – ces derniers pouvant également servir de points de collecte. Tout ceci est rendu possible grâce à un système de gestion des commandes (OMS), qui garantit que les actions de chaque système sont bien visibles pour le retailer, à tout moment. Celui-ci doit en effet s’assurer de la remontée d’informations sur l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement, qui va du fournisseur jusqu’au client, en passant par tous les intervenants qui interviennent dans ce processus. En parallèle, les chaînes d’approvisionnement doivent "ressentir" la demande du marché en temps réel et s'appuyer pour cela sur des technologies de nouvelle génération connectant les entreprises à leurs clients, consommateurs et marchés de destination. A la clé, une prise de décision plus éclairée et un retailer plus performant que la concurrence.

 

Prévision n°3 : la supply chain sera augmentée avec de l'intelligence artificielle

Selon les estimations du cabinet Gartner, le marché mondial de l'intelligence artificielle devrait atteindre 3 900 milliards de dollars en 2022. Grâce à la bonne utilisation de la donnée et aux progrès de l’intelligence artificielle, il est désormais possible de piloter en temps réel la performance globale de la supply chain de bout en bout et d'améliorer ses capacités de prédiction, de simulation et de prise de décision.

 

Prévision n°4 : l'avenir de la supply chain passera aussi par la blockchain

La blockchain fait bien évidemment partie des technologies à surveiller. Selon les prévisions du cabinet IDC, le marché devrait atteindre 11,7 milliards de dollars d'ici à 2022. La blockchain, ou chaîne de blocs, permet le stockage et la transmission de données de manière sécurisée, décentralisée et coordonnée. En garantissant la transparence de ces échanges, la blockchain renforce la collaboration et la confiance entre les acteurs. En cas de crise alimentaire par exemple, la mise en place de "smart contrats" permet d’identifier rapidement la source du problème et d’être plus réactifs dans sa résolution. Citons l'exemple de Carrefour, qui est en train de déployer la blockchain dans neuf filières cette année. Combinée aux "smart contracts" et à l'intelligence artificielle, la blockchain pourrait même, à terme, participer à l'automatisation quasi complète de la supply chain. Par exemple, un fournisseur pourrait, si le contexte l'exige, augmenter automatiquement sa production.

 

Prévision n°5 : les drones, même s'ils tardent à décoller…

Réduire la facture du dernier kilomètre de livraison : c'est le but de tout retailer qui se respecte. Dans le rapport de Capgemini Research institute, The last-mile delivery challenge: giving retail and consumer product customers a superior delivery experience without impacting profitability, on apprend que les attentes des consommateurs concernant le niveau de service de livraison nuisent à la rentabilité des détaillants. L'enquête montre que les consommateurs ne veulent rien ou presque rien payer pour la livraison de leurs colis. Pour une livraison dans les deux heures, le coût de livraison peut ainsi atteindre 4,6% de la valeur des produits et pour une livraison "le jour même", il devrait être de 4,3%. D'où le développement des drones – pour ramasser et déposer des marchandises et des colis dans les centres-villes – et des autoroutes dans le ciel. Toutefois, l'utilisation de drones ne sera probablement pas possible avant les années 2020 dans l'espace public, pour des raisons de législation et de sécurité. En attendant, ils sont d'ores et déjà utilisés dans les entrepôts. Leurs tâches : identification des stocks, tri des retours, transport rapide de petits articles… Les drones peuvent même accomplir du scannage des codes-barres pour définir le stock restant d'un produit.

 

Prévision n°6 : la livraison autonome passera à la vitesse supérieure

Le dernier kilomètre représente, on l'a vu, un véritable enjeu pour les logisticiens et les e-commerçants puisque les coûts unitaires de transports augmentent à l'approche du destinataire final. C'est pourquoi il devient important de trouver des solutions pour limiter ses conséquences négatives. Amazon – toujours lui – a procédé, fin janvier à Washington, aux tests de Scout, son petit robot de livraison monté sur six roues. Tout électrique, il est conçu pour acheminer les colis aux clients de façon autonome. Pour se développer sur ce créneau, il a d'ailleurs investi 530 millions de dollars dans Aurora, une start-up californienne. La Chine a, elle, un train d'avance sur le sujet puisqu'elle a déjà déployé depuis cet été, à Pékin, un vrai robot livreur, jaune et noir, qui acheminent les marchandises au domicile des clients.

 

Prévision n°7 : la supply chain sera de plus en plus verte

Les retailers doivent plus que jamais intégrer les enjeux écologiques. Pour cause : plus de flux (d'ici à 2025, ce sont près d'un milliard de colis qui circuleront !) signifient fatalement plus de transport et in fine, plus de pollution. D'où l'obligation de trouver des solutions durables. Comme par exemple investir dans des moyens de transport plus propres : camions électriques ou bien des cargos à voiles. Avec la startup Zéphyr & Borée, les transporteurs maritimes pourraient ainsi être dotés de voiles qui réduiraient de 20 à 40 % la consommation en carburant des navires, sans affecter la vitesse d’exploitation.

BUZZ LOG
“Il ne faut pas penser que les attaques ciblées cybersécurité ne concernent que les grands groupes. Une ETI performante détient des informations, des savoir-faire qui sont différenciants sur le marché et donc intéressants à pirater.”
— Philippe Trouchaud, associé PwC, spécialiste en cybersécurité
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine