Accueil / Tribunes / Tout savoir sur les robots mobiles autonomes qui font une entrée remarquée dans les entreprises

EXPERTISES

Tout savoir sur les robots mobiles autonomes qui font une entrée remarquée dans les entreprises

25.06.2019 • 10h35
A_1

MiR | Olivier Pommares, directeur commercial France de MiR

Une tribune signée par Olivier Pommares, responsable des ventes pour la France de MiR (Mobile Industrial Robots)

Le marché des robots mobiles autonomes (AMR, pour Autonomous Mobile Robots) continue sa croissance, avec en moyenne, chaque année, une croissance à trois chiffres, selon Forbes. Il est aussi prévu que la taille du secteur en 2022 soit 15 fois plus grande qu’en 2017, selon InteractAnalysis. De plus en plus d’entreprises intègrent ces robots flexibles et collaboratifs dans leurs stratégies générales d'automatisation des entrepôts. Les robots mobiles autonomes constituent un moyen simple, efficace et économique d'automatiser des tâches de manutention et de transport interne dans presque toutes les situations où des employés sont amenés à déplacer des chariots. Mais si de nombreuses sociétés installent des robots mobiles autonomes avec succès, beaucoup d’autres hésitent encore à franchir le pas. Lorsqu’on ne connaît pas bien les AMR, les questions sont nombreuses. Comment fonctionnent-ils ? Sont-ils sûrs d’utilisation ? Sont-ils rentables ? Comment bien en tirer parti ? Autant de questions auxquelles il faut répondre.


Un AMR, comment ça marche ?

Un robot mobile autonome, c’est un robot qui effectue des tâches centrées autour de la mobilité, avec un haut degré d’autonomie, notamment le transport de matériaux ou de produits finis d’un point A à un point B. Ils sont également compatibles avec une kyrielle d’outils, tels que des convoyeurs, chariots, étagères, palettes, bras robotisés et bien d’autres encore pour faciliter leurs tâches. Contrairement aux véhicules à guidage automatiques (AGV, pour automated guided vehicle), qui sont guidés par des câbles, bandes magnétiques ou capteurs installés à des endroits stratégiques de l’entrepôt ou de l’usine dans lesquels ils évoluent, les AMR ne nécessitent pas d’installations physiques dédiées.


En effet, ils se guident à l’aide de cartes numériques créées par eux-mêmes. En complément, pour éviter les collisions entre robots, obstacles ou personnes, ils utilisent des scanners lasers et des caméras 3D pour naviguer de leur point de départ au point d’arrivée. Entre chaque point de livraison ou dès qu’ils rencontrent un point bloquant sur leur passage, les AMR recalculent le meilleur itinéraire. Il n’y a donc pas besoin de modifier la configuration d’un endroit pour y intégrer un AMR.

 

Un AMR fait-il partie des robots collaboratifs ?

Les AMR sont des robots collaboratifs qui ont été élaborés en vue de travailler avec des opérateurs humains. Leur but n’est pas de remplacer les employés mais de les libérer des tâches pénibles et épuisantes. Au lieu d’affecter des employés à la manutention et au transport de pièces, mieux vaut faire appel à des robots mobiles et permettre aux employés ainsi libérés de cette activité de se concentrer sur d’autres tâches à plus forte valeur ajoutée. L’arrivée de robots mobiles et d’autres technologies de l’industrie 5.0 est l’occasion de former les employés à de nouvelles tâches qui ajoutent plus de valeur.


Un AMR, est-ce vraiment sûr ?

De même, si quelqu’un trébuche devant un AMR, il sera instantanément détecté par un des nombreux systèmes de sécurité du robot, prenant le plus souvent la forme d’un balayage laser des environs. En réaction, l’AMR modifie son chemin afin d’éviter l’obstacle, ou, dans le cas où ce serait impossible, s’arrête immédiatement pour éviter une collision. Ces systèmes de sécurité sont sans cesse améliorés, afin de pouvoir inclure les AMR dans des environnements de plus en plus variés, qui posent des défis d’orientation toujours plus complexes. Ils respectent également les normes de sécurité appliquées aux robots collaboratifs : ISO 10218-1 (relative aux caractéristiques techniques que les robots industriels doivent respecter), ISO 10218-2 (concernant les consignes à respecter dans l’intégration de ces robots) et la spécification technique ISO TS15066. Ils sont par ailleurs certifiés CE et peuvent travailler en salle propre.


Un AMR est-il difficile à intégrer ?

Comme mentionné plus haut, des entreprises situées à tous les niveaux de la supply chain utilisent des robots mobiles autonomes pour transporter les matériaux et composants. Ils peuvent aussi bien faire partie du parc interne d’un entrepôt que faire la liaison entre ce dernier et un point de livraison ou de production. En intégrant ces robots sur leurs sites, les entreprises augmentent leur rentabilité et améliorent le quotidien de leurs employés. Les AMR les plus perfectionnés, capables d’ouvrir des portes et de prendre l’ascenseur, sont intégrables à tout type d’environnement intérieur.


Afin de faciliter l’intégration des AMR, leurs systèmes de programmation sont spécialement conçus pour que les « non-initiés » puissent s’en servir. Ainsi, les entreprises n’ayant pas de service technique dans leurs environnements de travail, comme par exemple les PME et TPE, peuvent rapidement intégrer un AMR sur leurs sites. De plus, ils sont faciles à mettre en place (leur intégration ne prend pas plus de deux heures en moyenne).


Un AMR, est-ce rentable ?

Tous ces facteurs (sécurité, gain de temps à l’installation, facilité de programmation) font que les coûts initiaux d’un AMR sont particulièrement faibles. C’est aussi le cas sur la durée. Les AMR sont fiables, flexibles, capables de travailler pendant 24h, en rechargeant automatiquement leur batterie lorsqu’ils n’ont aucune tâche affectée. Résultat : le retour sur investissement est généralement inférieur à un an. Cela s’explique en partie par le fait que l’AMR permet de libérer jusqu’à deux employés en moyenne à temps plein pour effectuer des activités à plus grande valeur ajoutée. Aujourd’hui, les sites de productions modernes ne peuvent plus se reposer sur le transport manuel (peu productif, risqué et peu valorisant) de matériaux, en particulier dans un contexte ultra concurrentiel. Les AMR sont une réponse évidente à ces défis modernes. L’avenir appartient aux robots collaboratifs mobiles, qui préfigurent l’entrée dans l’industrie 5.0.

BUZZ LOG
“Pour faire avancer la supply chain, il est crucial de ne pas réfléchir qu'entre spécialistes.”
— Jean-Michel Guarneri, président de l'Aslog et conseiller stratégique du groupe Renault Nissan
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine