Accueil / Tribunes / Entrepôts : quand l'orage des passions se déchaîne

EXPERTISES

Entrepôts : quand l'orage des passions se déchaîne

28.12.2020 • 09h00
A_1

DR

Une tribune signée par Claude Samson, président d'Afilog, association qui réunit les professionnels de l'immobilier logistique et les acteurs de la supply chain.

Aussi invisible pour les citoyens que pour les décideurs publics depuis des décennies, voilà que la logistique se trouve aujourd’hui sous les feux de la rampe. Qui l’eût cru. Mais qu’en dit-on précisément d’ailleurs ? Les projecteurs la mettent en lumière avec des faisceaux embrassant une très large palette émotionnelle et tout un lot d’approximations, d’amalgames et de superlatifs. Du stockage de la dernière Playstation jusqu’à la distribution d’un vaccin si attendu, plus un jour ne se passe sans qu’un élu politique s’insurge contre la logistique et qu’un nouveau hashtag se crée (#NoëlSansAmazon). Rien de nouveau sous le soleil de ces projecteurs médiatiques puisque cette année déjà, la convention citoyenne formulait quelques propositions pour affaiblir l’activité des entrepôts, comme si interdire les allumettes permettrait de lutter contre le tabagisme.

 

Pourtant, Noël venant, chacun d’entre nous commence à réfléchir à la façon dont il pourra offrir un cadeau personnel et intime à un proche éloigné. Cette même logistique qui est continuellement fustigée, confondue avec le e-commerce et les géants du numérique, nous sera bien utile. Les entrepôts et les camions également. Dès lors, force est de reconnaître que nous ne sommes pas bousculés par un amas de solutions. Une première d’entre elle consisterait à laisser le débat se dérouler très tranquillement y compris avec sa part d’irrationnel, en croisant les doigts pour que l’issue ne porte pas atteinte trop violemment à notre activité. Une autre, plus fidèle au panache français ainsi qu’à notre capacité de se réunir autour d’une table pour trouver des réponses communes, repose sur le dialogue avec ceux-là mêmes qui sont les plus véhéments à notre égard. Pour cela, un effort collectif est nécessaire ! Si par nature, mais aussi dans l’exercice de mon mandat de président d’Afilog, j’ai pour habitude de ne pas attiser les débats contradictoires, préférant miser sur la rationalité, je ne me résoudrai pas ici à une posture attentiste.

 

Tous ensemble, nous avons le devoir d’élever ce débat, de redresser ce projecteur afin qu’il n’y ait plus de zones d’ombre sur la réalité des métiers que nous exerçons. Professionnels des entrepôts, de la route, des infrastructures, des équipements pour les entrepôts, il est de notre responsabilité de ne pas laisser ce débat à de faux experts qui parsèment aussi bien Twitter que les plateaux télévisés de chaînes d’information en continu. Nous connaissons aussi bien les règles de notre métier que les architectes maîtrisent la règle et le compas.

 

Alors faisons œuvre de pédagogie, écrivons aux députés de nos territoires, faisons la promotion de nos bâtiments novateurs, intelligents et éco-responsables. Répondons aussi calmement que fermement à ces attaques qui égrainent les réseaux sociaux, puisqu’une contre-vérité qui n’est pas contestée y devient une vérité. Lorsque la tempête sera passée, que les esprits plus apaisés comprendront qu’une allumette est tout aussi utile pour mettre en marche la gazinière que pour fumer une cigarette alors nous ouvrirons grandes les portes de nos entrepôts. Certains découvrirons avec étonnement des ratios d’emplois frôlant les 200 personnes pour 10 000 m², des véhicules basses émissions (quand une offre industrielle existe), des efforts architecturaux, de la lumière naturelle… et surtout le stockage de nombreux produits que nous utilisons au quotidien. En attendant, continuons de rendre tout aussi lisible que visible ces angles morts qui constituent aussi ce beau métier que nous exerçons.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine