Accueil / Tribunes / De l’importance de la supply chain dans la lutte pour l’équité vaccinale

EXPERTISES

De l’importance de la supply chain dans la lutte pour l’équité vaccinale

03.03.2022 • 09h00
A_1

Manhattan Associates

Sébastien Lefebure, directeur général Europe du Sud de Manhattan Associates, explique comment les supply chains modernes et connectées peuvent aider les entreprises pharmaceutiques, les ONG et les organisations gouvernementales internationales à mieux gérer les produits en vente libre, à réduire le gaspillage et à soutenir les initiatives mondiales en faveur d'une distribution plus équitable des vaccins contre la Covid-19.

Comme nous l'avons constaté au cours des deux dernières années, lorsqu'elles fonctionnent correctement, les chaînes d’approvisionnement mondiales donnent accès aux médicaments essentiels à des milliards de personnes dans le monde. Pourtant, bon nombre d’évènements, à l’instar de l’actuelle pandémie, peuvent entraîner de coûteux gaspillages.

 

L'industrie pharmaceutique s’appuie sur une supply chain mondiale complexe. Elle doit répondre à beaucoup de contraintes réglementaires et de contrôles de conformité, et prendre en compte les défis associés au transport de produits souvent sensibles à la température et à l'humidité. Alors que l’appel mondial pour l'équité en matière de vaccins prend de l'ampleur, il est plus nécessaire que jamais d’améliorer la distribution des médicaments vitaux, en particulier dans les pays économiquement moins développés.

 

Reconnaissance et responsabilité

Depuis de nombreuses années, le gaspillage et l'inefficacité sont une préoccupation pour les services de santé, les fournisseurs de produits pharmaceutiques et les gouvernements. Chaque année, chaque pharmacie française jetterait 15 000 euros de médicaments et de produits de parapharmacie non périmés, soit 1 milliard d'euros de gaspillage par an, selon un reportage de Capital, diffusé sur M6 le dimanche 28 mars 2021. Si les exigences des gouvernements en matière de stock de sécurité et l’organisation des chaînes d’approvisionnement pharmaceutiques veillent à ce que les produits vitaux soient toujours disponibles, cela crée aussi un biais de surproduction, qui fait que beaucoup de produits non-périmés restent inutilisés.

 

Alors que la pandémie est loin d'être derrière nous, les organismes gouvernementaux comme la FEMA aux États-Unis et les géants pharmaceutiques comme Pfizer doivent s'attaquer aux problématiques de supply chain qui ont été mises en évidence par les perturbations mondiales de ces deux dernières années. Compte tenu du fait que la pandémie ne sera pas terminée tant que la majorité de la population mondiale ne sera pas protégée de manière adéquate, les organisations privées, les ONG et les gouvernements font valoir la responsabilité des entreprises et la nécessité d’une distribution plus large et plus équitable des équipements essentiels (comme les masques et les auto-tests), des médicaments et des vaccins.

 

Or cela ne pourra pas se faire sans une plus grande efficacité et, je dirais même, une plus grande transparence des processus logistiques. En luttant contre la bureaucratie et le gaspillage qui sont endémiques dans les processus de fabrication, de distribution et de politique axés sur le consommateur, il devrait être possible de libérer les quantités de vaccins, de tests et d'équipements de protection nécessaires aux pays en développement, et ainsi de répondre aux appels de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en faveur d'une plus grande équité en matière de santé.

 

Contrôle par les données

La numérisation transforme la façon dont les entreprises pharmaceutiques peuvent contrôler la Supply Chain de bout en bout, et la capture des données est fondamentale dans ce processus. Les entreprises ont l’obligation de collecter les informations des produits pour garantir le respect de la Directive sur les médicaments falsifiés (FMD) en vigueur depuis le 9 février 2019. Grâce à l’adoption rapide de l'Internet des objets (IoT) couplée à la capture/le stockage de données dans le cloud et à l'utilisation d'analyses avancées (notamment via l'intelligence artificielle), les organisations disposent d’une visibilité avancée de bout en bout sur leurs processus logistiques et peuvent effectuer rapidement des changements en fonction des besoins ou de l’évolution d’une situation.

 

Avec un accès en temps réel à des informations comme les dates de production et de péremption ou les contraintes de stockage, la gestion des stocks peut être plus intelligente, et tout dysfonctionnement de la supply chain (des problèmes de stockage aux retards dus aux embouteillages) peut être géré instantanément. Les entreprises peuvent réaffecter les produits entre les sites (sites de fabrication, centres de distribution, entrepôts et même au sein des pharmacies) à la demande, en utilisant la visibilité des stocks en temps réel pour gérer et respecter les délais. Le stock peut être réaffecté en fonction des dates de péremption, ce qui garantit que les produits à courte durée de vie ont les meilleures chances d'arriver à l'endroit voulu et d'être utilisés par les patients qui en ont le plus besoin. L'ensemble du processus est dynamique, intelligent et conçu pour maximiser la disponibilité sans nécessiter une accumulation coûteuse et potentiellement inutile de stock de sécurité.

 

Une visibilité de bout en bout est la clé

Grâce à la possibilité de suivre les produits tout au long de la chaîne d’approvisionnement, les entreprises pharmaceutiques peuvent améliorer leur efficacité. L'un des plus grands défis auxquels elles font face est le manque de visibilité sur le comportement de l'utilisateur final. Les informations relatives aux ordonnances des patients ne sont pas disponibles pour des raisons de confidentialité, ce qui rend difficile la prévision de la demande et conduit souvent à un surstockage. Toutefois, l’augmentation des données sur la santé de la population, associée à de puissants outils d'analyse, permet aux organisations d'avoir une vision beaucoup plus précise et plus rapide de l'évolution de la demande.

 

Ces données sur la santé de la population peuvent alimenter les stratégies nationales relatives aux stocks de sécurité de médicaments vitaux – tels que les vaccins – et aider les pays à réduire les commandes excessives. Cela signifie essentiellement qu'il y aura moins de surplus de vaccins dans les pays occidentaux plus riches et que davantage de doses seront disponibles dans les pays moins développés économiquement – là où elles sont le plus nécessaires.

 

Soyons clairs : créer plus de visibilité, d'efficacité et de responsabilité au sein des chaînes logistiques ne permettra pas de rétablir miraculeusement l'équité en matière de vaccins du jour au lendemain. Néanmoins, la compréhension de la supply chain à un niveau plus précis et l'identification des problèmes, qu'ils soient temporaires ou susceptibles d'avoir un impact à long terme, vont permettre une allocation plus précise et plus juste des vaccins dans les réseaux de distribution.

 

Ce sont ces capacités qui constituent une importante pièce du puzzle pour les nations les plus riches qui cherchent à atteindre leurs quotas de vaccins dans des régions du monde où les programmes de déploiement et l'utilisation des vaccins ont été jusqu'à présent largement absents, mais qui en ont désespérément besoin.

 

 

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine