Accueil / Tribunes / Dispositif sites clés en main : éclaircie sur le front des implantations logistiques ?

EXPERTISES

Dispositif sites clés en main : éclaircie sur le front des implantations logistiques ?

26.04.2022 • 15h30
A_1

Adobe Stock

Une tribune signée par Claude Samson, président d'Afilog, association qui réunit les professionnels de l'immobilier logistique et les acteurs de la supply chain.

Janvier 2021. Le Pack Rebond lancé par le Premier ministre Jean Castex comprend la labellisation clés en main de 78 sites logistiques. Adossés au programme Territoires d’industrie, ils visent à attirer de nouveaux investissements et à faciliter la relocalisation de l’appareil productif en France. Ces sites permettent d’accueillir des activités industrielles dans des délais plus courts et mieux maîtrisés. Au préalable, les procédures et études relatives à l’urbanisme, l’archéologie préventive et l’environnement y ont été au maximum anticipées.

 

Octobre 2021. Le Comité Interministériel de la Logistique (Cilog) présidé par Agnès Pannier-Runacher et Jean-Baptiste Djebbari présente une carte de 49 sites clés en main labellisés « Territoires de logistique », pouvant accueillir des activités logistiques en parallèle de leur vocation industrielle. Afilog a été associée à la définition des critères et nous avons porté l’objectif de pouvoir mobiliser ces fonciers en moins de six mois.

 

Ne nous voilons pas la face, cet objectif de six mois n’est pas réaliste sur l’ensemble des 49 sites. Cette démarche est pour autant doublement positive. Elle fixe un objectif : simplifier et accélérer les démarches administratives – vieux cheval de bataille de notre association. Elle affirme enfin le caractère indissociable de l’industrie et de la logistique. Relocaliser la production signifie tout naturellement relocaliser des stocks. C’est le chemin parcouru entre janvier et octobre 2021 et nous ne pouvons que nous réjouir de ce déclic. 49 sites c’est à la fois beaucoup et très peu. À quelques exceptions près, il n’y a pas de sites sur lesquels on puisse véritablement donner des coups de pioche immédiatement. Mais cette démarche de structuration d’une offre foncière mobilisable rapidement va dans le bon sens. Quel utilisateur est prêt à attendre deux ans ou plus pour avoir son bâtiment, sans aucune garantie que les différentes autorisations requises iront au bout ? Zones humides, archéologie préventive, autorisation d’exploiter… Autant de jalons qu’il faut franchir, avec le risque constant d’être renvoyé à la case départ.

 

Sur un marché des surfaces prime flirtant avec un taux de vacance de 2 %, ce risque est important et peut signifier une « reconduite à la frontière », c’est-à-dire la nécessité d’aller chercher en Belgique, Espagne, Pays-Bas les surfaces qu’il serait impossible de trouver en France. Si les sites clés en main industriels et logistiques venaient à prospérer en nombre et en qualité, la relocalisation de productions et de stocks en serait grandement facilitée. Nous ne pouvons que suggérer aux candidats à l’élection présidentielle de s’emparer du sujet pour faire de la démarche clés en main la voie royale de production de foncier pour les activités industrielles et logistiques.

 

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine