Accueil / Tribunes / Vers une amélioration du respect des délais de livraison ?

EXPERTISES

Vers une amélioration du respect des délais de livraison ?

10.06.2022 • 09h00
A_1

photo crééE par zinkevych - fr.freepik.com

Dans une analyse, Project44 note que le taux de livraison à temps de camions complets n’est toujours pas revenu aux normes d'avant la crise aux États-Unis et en Europe. Parallèlement, la pénurie de chauffeurs routiers se transforme en pénurie de véhicules, accentuée par la flambée des prix du diesel.

Respect des délais dans le transport de camions complets aux États-Unis et en Europe

Le Covid a un impact durable sur les performances du transport routier aux États-Unis et en Europe, comme en témoignent la pénurie de chauffeurs et l'augmentation des temps d'attente qui rendent les fenêtres de rendez-vous impossibles à respecter, tout comme le lent rétablissement des performances en matière de respect des délais. La ponctualité des chargements de camions complets est le pourcentage d'expéditions qui arrivent à l'heure en fonction de leur fenêtre de rendez-vous.

Aux États-Unis, le taux de ponctualité avant l'épidémie était régulièrement compris entre 80 et 90 %, à l'exception de mars 2019, où il est tombé à 79 % en raison d'un violent blizzard. Cependant, depuis le début de la pandémie, l'OTP (on-time performance) a souffert et ne s'est pas encore totalement rétabli. En effet, l'ANP n'a pas dépassé 80 % depuis septembre 2020 et a chuté jusqu'à 69 % en novembre 2021, soit 10 % de moins que le creux précédent de mars 2019. Et on ne peut prédire quand nous pourrons revenir aux normes pré-Covid.

 

La situation en Europe

Le taux d'OTP en Europe est sensiblement meilleur qu'en Amérique du Nord, atteignant des minima aux alentours de 70 % au cours de la pandémie. En outre, l'Europe a progressé plus rapidement dans l'amélioration de l'OTP depuis décembre 2021 et l'OTP est maintenant supérieur à 80 % et en hausse.


Pénurie de chauffeurs routiers ?

Cette récente amélioration de l'OTP est d'autant plus surprenante au vu des multiples problèmes qui ont impacté les entreprises européennes de transport routier de marchandises au cours des derniers mois. Après l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, les chauffeurs routiers russes et biélorusses se sont vu interdire de travailler dans l'UE, à moins qu'ils ne transportent des produits de première nécessité, tels que des denrées alimentaires, des médicaments ou du carburant. Selon une estimation réalisée en mars par l'Association fédérale du transport de marchandises, de la logistique et de l'élimination, plus de 100 000 chauffeurs de camion ukrainiens pourraient être appelés sous les drapeaux. Néanmoins, la pénurie de chauffeurs routiers qui en résulte est probablement compensée par les nombreux camionneurs polonais qui ont quitté la Grande-Bretagne après que le plein impact du Brexit se soit fait sentir dès janvier 2021. Les mauvaises conditions de travail (« les pires d'Europe » selon un camionneur polonais qui travaillait en Grande-Bretagne depuis des années), la xénophobie et les longs délais aux frontières ont conduit plusieurs milliers de camionneurs polonais et d'autres pays de l'UE à quitter le Royaume-Uni et à retourner travailler dans l'UE.


Pénurie de véhicules

Après s'être battues pendant des années pour embaucher suffisamment de chauffeurs, les entreprises de transport routier aux États-Unis et en Europe sont désormais confrontées à une pénurie de camions. Causée à l'origine par les restrictions liées au Covid et les pénuries de semi-conducteurs, la pénurie est aujourd'hui exacerbée par l'invasion russe de l'Ukraine et les blocages de la politique du zéro-covid en Chine. En conséquence, les prix des camions neufs ont augmenté et les voitures et camions d'occasion aux États-Unis sont en hausse de 40 % par rapport aux prix de 2020, selon un rapport de Refinitiv. L'indisponibilité des véhicules neufs a rendu les camions d'un ou deux ans aussi chers que les nouveaux, affirment les initiés du secteur. Mais avec le ralentissement des économies européennes cette année en raison de la perturbation des chaînes d'approvisionnement, des blocages chinois et, surtout, de la hausse vertigineuse des prix du pétrole, du gaz et d'autres matières premières essentielles, la demande de marchandises à transporter par la route a diminué et, par conséquent, la pénurie de chauffeurs routiers s'est atténuée. La question est de savoir pour combien de temps : le problème endémique du secteur du transport routier, qui consiste à conserver et à remplacer une main-d'œuvre vieillissante, n'a pas été résolu.


La flambée du prix du diesel, la goutte d'eau qui fait déborder le vase ?

Comme si les entreprises de transport routier aux États-Unis et en Europe n'avaient pas assez de problèmes, la flambée des prix du diesel à des niveaux records menace l'existence même de nombreuses petites entreprises. De plus, l'envolée des prix ne fait pas qu'alimenter l'inflation (plus de 8 % aux États-Unis et 9 % au Royaume-Uni, par exemple), et menace également d'importants secteurs de l'économie qui dépendent du diesel comme principal carburant, comme l'agriculture, le bâtiment et le commerce de détail.


Perspectives

Plus la guerre en Ukraine se prolonge, plus les effets sur les industries du transport routier de marchandises, de la logistique et de la distribution se feront ressentir. Mais à mesure que nous entrons dans les mois d'été et que les perturbations de la chaîne d'approvisionnement liées au Covid diminuent, l'OTP devrait continuer à s'améliorer légèrement en Europe et aux États-Unis au cours des prochains mois.

 

 

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine