Accueil / Tribunes / Solutions vocales : attention aux coûts cachés

EXPERTISES

Solutions vocales : attention aux coûts cachés

12.01.2017 • 14h05
A_1
Tribune écrite par Pierrik Chaignaud, responsable des ventes France chez Wavelink, fournisseur de solutions de gestion professionnelles dédiées aux périphériques mobiles.

« Siri ... », ou « Ok, Google ... » - c'est ainsi que de plus en plus d'interactions avec les smartphones commencent. La saisie de texte traditionnelle et tactile est progressivement remplacée par la commande vocale. La raison est simple : lorsque l’on discute ou surfe sur un smartphone, la commande vocale est beaucoup plus pratique car elle permet d’être en mode mains libres. Ceci est d'autant plus important dans les entrepôts, car les collaborateurs perdraient un temps précieux s’ils ne disposaient pas de cette fonctionnalité. Ces dernières années, les solutions vocales ont commencé à prendre de l’importance dans la logistique d'entrepôt, permettant l'entrée de données vocales (speech-to-text) ainsi que la transmission d’informations vocales à partir d'une application (text-to-speech). Il existe toutefois un certain nombre de points de vigilance, liés aux coûts dus à l'introduction d'une solution de commande vocale, à prendre en compte et qui risque de compromettre le retour sur investissement souhaité.

 

Malgré la tendance à la digitalisation sur l’ensemble de la chaîne de valeur, certains processus logistiques doivent encore être effectués manuellement. Ces workflows disposent d’un réel potentiel pour augmenter l’efficacité - un potentiel que les organisations doivent exploiter pour être en mesure de faire face à des concurrents aussi puissants qu’Amazon. Selon une étude de VDC, les trois facteurs principaux qui mettent actuellement le plus de pression sur la logistique sont : les attentes de plus en plus élevées des consommateurs en termes de rapidité de livraison, les coûts engendrés par les erreurs et le poids de la masse salariale. L’utilisation de solutions vocales sont un vrai levier pour améliorer les performances en entrepôt dans ces trois domaines.

 

Améliorer la productivité grâce à la voix

En l’absence d’application vocale, les préparateurs en entrepôt utilisent des équipements type scanners de code-barres ou même stylos et papier pour collecter les marchandises pour chaque commande. Chacune de ces méthodes de travail a un inconvénient : le préparateur doit y consacrer une voire deux mains, et interrompre son itinéraire pour lire et savoir où se trouve le prochain produit ainsi que combien d'unités il doit collecter. Cela conduit inévitablement à des erreurs - sans parler du temps perdu à lire l'écran, ou d'entrer une confirmation.

 

C'est la raison pour laquelle il existe maintenant des solutions vocales permettant de pallier à ces pertes de productivité. Le préparateur est équipé d’un terminal portable et d’un casque et le système lui indique où se trouve le prochain produit à récupérer et le nombre d'unités à sélectionner. Il confirme par une commande vocale simple et se rend à la station suivante, sans interruption. Le fait même qu'il ait les deux mains libres pour saisir des marchandises et les placer sur son chariot élévateur augmente sa productivité de 15 à 20%. En outre, l'interaction vocale est beaucoup plus précise et plus rapide que la saisie de texte, ce qui limite le nombre d'erreurs. Les solutions vocales permettent d'obtenir un taux d'exactitude pouvant aller jusqu'à 99,9%. Il n'y a donc presque jamais d’erreur dans les produits envoyés au client. De plus, le préparateur n'a pas besoin de s’arrêter et de lire les informations d'un écran, ce qui réduit le nombre d'accidents dans l'entrepôt.

 

Attention aux coûts cachés

Ces avantages ont une incidence directe sur la productivité de la chaîne logistique. Des commandes vocales simples et claires garantissent que le temps de formation des nouveaux employés, suivant la mise en œuvre du système, sera réduit au minimum. Mais il y a un problème : beaucoup de solutions matérielles basées sur la voix ne sont pas économiques, car elles produisent plus de coûts - en particulier des coûts indirects - que d’économies. Voici les quatre pièges à éviter :

 

1. Investir dans du matériel dédié aux commandes vocales : La plupart des applications vocales nécessitent des périphériques informatiques propriétaires pour transformer la voix en commandes informatiques, souvent portés sur la ceinture ou l'épaule du travailleur. Les terminaux portables ou les lecteurs de code-barres mobiles de moins de sept ou huit ans ont généralement la puissance de calcul nécessaire pour ces opérations. Par conséquent, les entreprises n'ont pas besoin d'investir dans du matériel supplémentaire pour une solution vocale, et devraient plutôt utiliser leur matériel existant en mettant en œuvre une solution logicielle.

 

2. Utiliser une interface ou un middleware : En général, les préparateurs n’interagissent pas directement avec le système informatique central - le système de gestion d'entrepôt (WMS) ou ERP (Enterprise Resource Planning) - mais avec une interface. Les organisations n'ont pas besoin d'investir dans une nouvelle interface pour une solution vocale, et devraient utiliser à la place une application qui peut être connectée directement au système WMS ou ERP qu’elles utilisent déjà.

 

3. Modifier le système central : Lors de la mise en œuvre de l'activation vocale, les entreprises doivent s'assurer que le fournisseur n'aura pas à apporter de modifications au système d'exploitation central. Cela entraîne en effet des dépenses inutiles et crée une dépendance indésirable à ce fournisseur.

 

4. Négliger les coûts à long terme : Les fournisseurs doivent s'assurer que leur application sera interopérable avec le système central à long terme. Il faut exiger un aperçu de chaque changement apporté au système d'exploitation qui peut entraîner des coûts inutiles à long terme.

 

Utiliser une solution logicielle pour terminaux mobiles

Les organisations cherchant à accroître la productivité, l'efficience et la qualité de la logistique ainsi qu’à réduire le taux d'erreur et leur coût grâce à l'activation vocale devraient donc rechercher une solution logicielle qui ne nécessite pas de matériel propriétaire et qui fonctionne sur des périphériques mobiles. En outre, il est important que l'application ne nécessite aucun intermédiaire supplémentaire ou des modifications du système d'exploitation hôte. Les systèmes d'activation vocale basés sur des logiciels qui répondent à ces exigences permettent d'augmenter le potentiel d'efficacité de l'activation vocale sans entrer dans le piège des coûts et promettent un ROI rapide.

BUZZ LOG
“L’e-commerce a permis de réaliser de tels progrès en matière de rapidité de livraison et de maillage de territoire, que la distribution de pièces détachées est aujourd’hui très différente et plus performante qu’auparavant.”
— Éric Sarrat, président de GT Logistics
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine