Accueil / Décryptage / Innovation / La Blockchain, facteur de disruption ?

Innovation

La Blockchain, facteur de disruption ?

16.03.2017 • 08h15
|
par Laurène MATZEU DE VIALAR
D_2

3. Trois questions à Alain Roset, responsable innovation & rupture - branche numérique du groupe La Poste

Depuis sa création en novembre 2016, le groupe La Poste fait partie intégrante du projet de l'IRT SystemX, « Blockchain for Smart Transactions » (BST). 

Comment vous êtes-vous intéressé à la Blockchain et avez-vous adhéré au projet BST de l’IRT SystemX ?

Nous avons été en quelque sorte instigateur du projet, nous connaissions l’IRT pour avoir déjà collaboré sur d’autre sujets. Quant à la Blockchain, elle s’est imposée dans notre paysage informatique et technique et nous avions besoin d’approfondissements sur le sujet.

 

En quoi le groupe La Poste est-il particulièrement impacté par cette technologie ?

De nombreux sujets et marchés adressés par le groupe sont impactés par la Blockchain. La Poste se positionne comme tiers de confiance dans le monde physique et l’on souhaite avoir le même positionnement dans le monde digital. Et d’un seul coup, avec la Blockchain, on nous dit qu’il n’y a plus besoin de tiers de confiance. Nous nous devions donc de creuser le sujet. Cela va nous permettre de renouveler nos offres avec des solutions peut-être moins coûteuses, plus ouvertes, plus sécurisées mais également de comprendre ce qui se fait sur de nouveaux segments où nous ne sommes pas. Tout nouveau sujet a sa part de craintes et d’opportunités, voilà pourquoi il faut savoir l’approfondir et bien comprendre ses atouts et ses limites. Nous souhaitions avoir une vision globale sur des thématiques comme la traçabilité de nos colis ou la problématique de l’identité digitale. Au lieu d’avoir nos solutions internes sur nos propres logiciels, nous construirons peut-être des solutions basées sur la Blockchain, en open source, tout en conservant une approche mixte entre le monde physique et digital, ce qui nous semble essentiel.

 

Quelles sont vos perspectives à court terme sur le projet ?

Nous travaillons avec SystemX sur un seul et même plateau qui commence à se remplir avec d’autres partenaires. Grâce à ce mode coopératif, il y a davantage d’interactions, nous avançons plus vite. De premières Blockchain ont ainsi été installées sur les ordinateurs, nous avons débuté la prise en main. Nous travaillons sur une première étape : l’archivage des données et enchaînons tous les six mois sur de nouveaux projets.

BUZZ LOG
“L’internet physique appliqué à la logistique passe notamment par une digitalisation des process et des interfaces numériques homogènes.”
— Stephane Cren, responsable innovation chez GS1 France
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine