Accueil / Rencontres / Interview / StockBooking : le collaboratif fait une place au stockage

INTERVIEW

StockBooking : le collaboratif fait une place au stockage

02.02.2017 • 09h15
|
par Damien GROSSET
A_1
Nikolina Apostolova, fondatrice de StockBooking.
Sous l'impulsion de Nikolina Apostolova s'est lancée en avril 2016 StockBooking, la première plateforme de stockage collaboratif en Europe. Le principe est simple : mettre en relation deux entreprises, l’une disposant d’espaces de stockage libres, l’autre cherchant à entreposer ses biens temporairement. Explications.

Le constat n’étonnera plus personne : le collaboratif cartonne. Le Bon Coin, Blablacar, Airbnb,… du logement au transport urbain, nombreux sont les pans de la société à être touchés par l’essor de cette nouvelle économie. Un autre secteur tente aussi sa mue collaborative, celui de la logistique. Et plus précisément, celui du stockage. L’entreprise qui s'est engagée dans cette voie porte un nom : StockBooking. Ici, l’idée est claire : combler un vide dans des entrepôts qui présenteraient un taux de sous-occupation estimée entre 20 et 40 %. Comment ? En déployant la première plateforme européenne de stockage temporaire (pour une semaine ou pour une année) qui recense les espaces disponibles dans les entrepôts et les besoins de l’entreprise. « Vous n’avez qu’à remplir les indications sur la home page du site Stock-booking.com : vous donnez vos exigences de stockage et vous inscrivez un commentaire si votre besoin contient quelques particularités, assure Nikolina Apostolova, la créatrice de ce service. Ensuite, nous prenons contact avec vous dans les 24 heures. Dans les 48 heures, nous vous soumettons des propositions lorsqu’il s’agit d’opérations simples, du style entrée/sorties de palettes ou constitution de palettes hétérogènes. »

150 000 : emplacements de palettes en rack
30 : dossiers client traités depuis avril 2016 pour différents types de stockage précaire
1500 : visites du site au cours des 4 derniers mois
10 000 à 85 000 m² : taille moyenne des plateformes fournisseur

 

La rapidité d’exécution

Si Nikolina Apostolova est aussi carrée sur les délais, ce n’est pas un hasard. Elle sait que le temps est la clé de voute de sa solution de stockage collaboratif. C’est d’ailleurs à partir de ce constat qu’elle a eu l’idée de créer StockBooking. « Au fil de ma carrière, j’ai observé une extrême lenteur dans le traitement d’opérations souvent basiques, explique cette juriste international d’entreprises chez FM Logistic. J’ai par exemple vu des baux commerciaux se conclure après exécution ». Le genre d’expériences qui peut marquer une vie professionnelle, en somme. La preuve : Nikolina fait déjà de la fluidité et la rapidité des opérations son cheval de bataille pour 2017. « Mes objectifs pour cette année ? Créer un système interconnecté pour suivre les stocks en temps réel dans les différentes entrepôts ; créer une connexion de la plateforme de vente d’espaces disponibles avec les WMS des fournisseurs afin qu’il y ait une remontée des disponibilités ; et enfin créer une vraie plateforme de réservation où l’ou pourra identifier en ligne les capacités disponibles si l’on effectue une recherche précise sur un département, par exemple. »

 

Pour atteindre ces sommets, les équipes de StockBooking vont mettre au point deux algorithmes. Le premier consiste à trouver le barycentre logistique pour les opérations de débord et combiner les disponibilités chez les différents fournisseurs (industriels, logisticiens, transporteurs) avec les besoins des clients, et ce en fonction des flux de chacun et de la saisonnalité. Le deuxième algorithme est fondé sur la partie tarifaire. Il s’agit ici de faire des tarifs suggérés de manière automatisée en prenant en compte les contraintes des fournisseurs et du marché avec les volumes d’offre et de demande. « Pour mettre en œuvre ces deux algorithmes, il nous faut de la data, ajoute Nikolina Apostolova. Cela induit que nous devons tabler sur un recul d’une année avant que ce soit opérationnel. »

 

Un sponsoring de FM Logistic

De l’ambition, StockBooking en regorge. Mais Nikolina Apostolova le sait : sans aide extérieure, ses objectifs sont irréalisables. Alors, la créatrice de la plateforme de stockage collaboratif démarche, tâte le terrain. Déjà, il y a FM Logistic, sans qui StockBooking n’aurait jamais vu le jour. « J’avais besoin de conseils sur la partie opérationnelle, justifie-t-elle. C’est à ce moment là que FM Logistic est intervenu et m’a propulsée. Le groupe m’a ouvert sa plateforme de Strasbourg. Là bas, je pouvais consulter à ma guise des opérationnels pour bien structurer mes processus. Parce que l’idée de StockBooking, c’est aussi d’uniformiser les différents processus auprès des fournisseurs de manière à avoir des tarifs uniformes. » Pour autant, tout ne s’est pas fait en deux coups de cuiller à pot. Elle se souvient : « Il a fallu que je prouve à FM Logistic qu’il y avait assez de clientèle. Quand j’ai fait mon étude de marché, j’ai observé qu’il rassemblait deux fois plus d’offre que de demande. Il n’y avait donc pas de souci, puisque l’espace était disponible. Ce qui était plus délicat, c’était de comprendre quel type de client pouvait être intéressé par une offre en ligne. »

 

Un concept prometteur

Outre le côté opérationnel du projet, il y a l’aspect financier. Et de ce côté, Nikolina Apostolova y est allée de sa poche. Avant le lancement du site, en avril 2016, elle a effectué une première petite levée de fonds avec un sponsoring de FM Logistic. Mise totale : 30 000 euros. Juste de quoi être à l’aise pour se lancer. Là, en ce début d’année, elle assure préparer une seconde levée de fond. « Actuellement, je prospecte du côté des différents logisticiens, mais pas seulement. J’ai travaillé dans un fonds d’investissement, auparavant. Du coup, je prends contact avec les fonds avec lesquels j’ai pu collaborer. » Cette levée de fonds devrait permettre à la jeune pousse de grandir un peu plus dans un secteur prometteur. Car si aujourd’hui StockBooking est la première plateforme européenne de stockage temporaire, d’autres s’apprêtent à la rejoindre. C’est le cas de la société de conseil en immobilier JLL (Jones Lang LaSalle), en proie elle aussi à se jeter dans l’aventure sous le nom de WaaS (Warehouse as a Service).

BUZZ LOG
“Les solutions assurance sont très matures dès lors que l’on se place au centre de la supply chain. En revanche, lorsque l’on s’en éloigne et que l’on s’intéresse aux fournisseurs situés juste derrière, nous rentrons dans l’inconnu.”
— Nicolas Rivière, directeur des études chez Siaci Saint Honoré
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine