Accueil / Actualités / Innovation / Exotic Systems propose des objets connectés à l’agro-alimentaire

Innovation

Exotic Systems propose des objets connectés à l’agro-alimentaire

12.06.2018 • 09h15
|
A_1

/ Guillaume Blanc, un des trois co-fondateurs de la société

La start-up conçoit et fabrique des objets connectés depuis plus de dix ans. Sa valeur ajoutée, dans cet univers en croissance, est de développer une capacité d’industrialiser les boitiers et de les adapter à chaque secteur.

Comptant 18 salariés, Exotic Systems a commencé dans l’industrie agro-alimentaire avec des semenciers. « Le temps de transport entre les champs et les silos doit être sous surveillance pour que la qualité des produits ne soit pas détériorée », explique Guillaume Blanc, un des trois co-fondateurs de la société. Où est le contenant, dans quelles conditions les produits sont-ils stockés ? Pour répondre à ces questions, elle propose des boitiers composés de capteurs qui remontent différents types d’alertes. Ce peut être des capteurs d’environnement - qui fournissent des informations sur l’humidité, la pression, la lumière -, de géolocalisations - comme les GPS - ou de mouvements, pour déterminer la position dans le contenant et les éventuels chocs.

 

« Nous avons construit une plateforme de développement et une méthode qui permettent d’accélérer les projets de solutions connectées pour les industriels », souligne Guillaume Blanc. La start-up construit les paramétrages afin que le boîtier remonte les informations importantes pour le client. Puis elle met en place sa méthode, appelée RANA pour le Recueil de l’information sur le terrain, l’Analyse entre les observations humaines et les remontées des capteurs, la Notification permettant d’écrire les algorithmes dans le boîtier et enfin l’Accélération, phase de déploiement du pilote. « Grâce à notre méthode et à notre processus de fabrication industrielle des boîtiers, nous gagnons beaucoup de temps et pouvons mettre en place un pilote en quelques semaines», ajoute Guillaume Blanc. Fin 2016, Limagrain et Michelin sont entrés à hauteur de 20 % au capital de l’entreprise.

BUZZ LOG
“Le défi pour les retailers : gérer des volumes de commandes de plus en plus importants sur des cycles promotionnels de plus en plus récurrents et réconcilier des pics de demandes avec des délais de livraison les plus courts possibles. C’est un enjeu du e-commerce et du retail auquel peut répondre l’application de la data science.”
— Grégory Herbert, VP France de Dataiku
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine