Accueil / Dossiers / Transversal / Pièces détachées et secteur automobile : une évolution des process

Transversal

Pièces détachées et secteur automobile : une évolution des process

26.09.2019 • 08h55
|
par Laurène MATZEU DE VIALAR
Quelles évolutions pour le secteur de l'automobile sur le segment de la distribution des pièces détachées et de rechange ? Réponse avec les acteurs supply chain Savoye, Gefco France et SSI Schäfer.

1. Savoye, expert intralogistique au service de la distribution des pièces automobiles

D_2

Chez Savoye, la gestion des pièces de rechange représente un projet sur six. Une dynamique qui a poussé le spécialiste de l’intralogistique à adopter une approche sectorielle, notamment pour le secteur automobile.

L'économie circulaire dans l'automobile

« Une des évolutions majeures dans le secteur automobile est celle de la pièce de réemploi. Nous avons notamment équipé une plaque de petites solutions de convoyage afin de favoriser la distribution », explique Denis Rochette, ingénieur commercial chez Savoye. En effet, depuis 2015, une disposition de la loi Transition énergétique figure dans le code de la consommation. Comme l’explique l’Institut national de la consommation, elle a pour vocation d’inciter à l'utilisation des pièces issues de l'économie circulaire, dans le domaine de l'entretien et la réparation automobile (article L. 121-117 du code de la consommation) : « Les professionnels de l'entretien ou de la réparation automobile doivent désormais permettre aux consommateurs d'opter pour des pièces issues de l'économie circulaire (PEC), plus communément appelées pièces de réemploi. »

Ces dernières années, les équipementiers automobiles entreprennent une vaste réorganisation de leur distribution de pièces de rechange en France. Ils élargissent leur gamme de produits avec les pièces de réemploi, créent des réseaux de réparation aux coûts plus attractifs… À titre d’exemple, PSA, appuyé par un réseau d’environ 400 distributeurs, a concentré sa distribution sur 40 plaques (plateformes de distribution de pièces de rechange) dont une vingtaine d’indépendants – pour ses trois marques. À l’instar de la pharmacie et la grande distribution, cette réorganisation entraîne une véritable révolution logistique pour les plaques au service du groupe. « Ces dernières ont dû s’équiper pour répondre aux besoins de leurs clients. Elles ont notamment installé des solutions logicielles WMS, des convoyeurs type Intelis Convey pour réapprovisionner les mezzanines de petites pièces convoyables et effectuer une préparation de commandes à gares », explique Denis Rochette, ingénieur commercial chez Savoye. « La logistique des pièces de rechange fonctionne en flux tirés. Le secteur traite une importante quantité de références et une large diversité d’articles. Sa difficulté réside dans la gestion des flux de l’ensemble de ces produits. Parallèlement, la faible prédictivité des commandes nécessite un outil logistique performant et flexible permettant des délais de préparation très courts. Au travers de nos solutions, nous essayons d’aborder l’intégralité de ces caractéristiques », poursuit-il.

 

Bodemer, un projet d’optimisation globale

Avec des solutions composées de convoyeurs Intelis Convey, de machines d’emballage Intelis Jivaro et de son logiciel WMS, Savoye a ainsi équipé une douzaine de sites logistiques dans le secteur des pièces de rechange automobile. Parmi eux, l’entreprise Bodemer, pionnière dans l’automatisation de la distribution de pièces, de services et d’accessoires automobiles pour la marque Renault et dont Savoye a automatisé et informatisé la plateforme de Saint-Caradec (22). La société, désireuse de répondre plus efficacement à ses clients et de fiabiliser la distribution de ses produits, a lancé en juillet 2018 un projet de modernisation de la gestion de ses pièces automobiles, finalisé en neuf mois, avec une inauguration en avril 2019.

BUZZ LOG
“Il faut créer un modèle alternatif dans lequel le fabricant définit une vision de la maintenance de son produit avec une supply chain gérant le renvoi du produit fini ou d’un module à un centre de compétences”
— Guillaume Destouches, associé chez Diagma
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine