Accueil / Reportages / Chargeurs / La Redoute, numérique sous toutes les coutures

Chargeurs

La Redoute, numérique sous toutes les coutures

15.06.2017 • 09h15
|
par Laurène MATZEU DE VIALAR
Rimg0
Thomas Gogny
RTimg0
Rimg1 RTimg1
Rimg2 RTimg2
Rimg3 RTimg3
Rimg4 RTimg4
Rimg5 RTimg5
Rimg6 RTimg6
Rimg7 RTimg7
Il y a deux ans, La Redoute, e-commerçant historiquement VPciste, investissait plus de 50 millions d’euros dans un nouvel entrepôt logistique, baptisé "Quai 30". Installé à Wattrelos (59) et opérationnel depuis septembre 2016, il est l’un des symboles de sa transformation numérique opérée ces dernières années. Une démarche qu’il entend d’ailleurs bien poursuivre pour les suivantes.

Après être parvenue à opérer une mue digitale florissante sur la forme, de la vente par correspondance en 1922 au e-commerce en 1999 en passant par le Minitel en 1984, l’enseigne le dit elle-même, aujourd’hui : elle « mène une révolution numérique de la logistique ». Comment ? Par étapes, tout simplement. Si autrefois, elle opérait avec un WMS maison, elle a commencé par se doter en 2015 d’un nouvel outil de gestion d’entrepôt bien connu du marché, le WMS Reflex d’Hardis Group. Jusque-là, rien de très innovant. Mais La Redoute est allée plus loin. La même année, elle se lance dans un vaste chantier de logistique automatisée, illustré aujourd’hui par Quai 30, un entrepôt dernière génération situé à Wattrelos (59), dans le nord de la France. Objectif : la promesse d’une livraison le lendemain pour toute commande passée la veille avant 20h. « Notre ancien outil n’était pas en mesure de traiter un nombre important de références. Nous devions gérer 300 000 références en simultané, atteindre un temps de préparation de moins de deux heures et effectuer 3 500 commandes à l’heure. Il a donc fallu nous tourner vers des solutions d’automatisation et de gestion des flux », détaille Patrice Fitzner, son directeur logistique.

  

L’automatisation, une étape de plus vers le digital

Le spécialiste du e-commerce dédié à la mode et à la maison repart alors d’une feuille blanche. « Nous avons mis en place différents types d’outils différents : des mini-loads pour le stockage et le rapprovisionnement picking, un multishuttle pour le goods-to-man et un trieur de pochettes pour lancer des lots et les envoyer en poste d’emballage conformément à la demande du client puis un trieur crossbelt sur le tri des colis avant expédition », explique Patrice Fitzner. Pour ce faire, La Redoute choisit un seul interlocuteur, Dematic, qui porte la totalité du projet en termes de développement IT, d’implantation, de mise en route et de déploiement.

 

La robotique en ligne de mire

Et si elle est encore en phase de montée en charge sur l’automatisation de son site, l’enseigne reste néanmoins attentive aux nouveaux développements permis par le numérique. Elle étudie ainsi d’éventuelles solutions d’exosquelettes pour le déchargement de containers et l’usage potentiel d’AGV pour diminuer les mouvements manuels de marchandises en sortie d’entrepôt. Mais se pose également la question de la robotisation du picking qui reste manuelle au niveau du prélèvement : « la difficulté réside dans la préhension des produits de toutes tailles et tous types, rangés en vrac, en boite… Il faudrait que le bras robot puisse réagir face à chaque situation en ayant un système d’apprentissage de tous les mouvements et typologies de produits, peut-être par le biais de l’intelligence artificielle. Il est encore un peu tôt pour se relancer dans un nouveau projet mais c’est un sujet que nous allons travailler », évoque le directeur logistique.

 

De l’ère de la vente par correspondance aux nouvelles correspondances digitales, une mutation culturelle

Optimisée, automatisée, digitalisée, la logistique n’en reste pas moins une affaire d’Hommes. Un sujet que la direction logistique de l’enseigne a dû garder en tête en engageant les importants changements menés ces dernières années. Expliquer le changement, former et accompagner les équipes sur les postes de travail, telles ont été les missions de la direction en charge du projet. « Passer au numérique pour passer au numérique ne veut rien dire. Il a fallu donner du sens à cette transition pour qu’elle ne soit pas perçue par nos collaborateurs comme un risque ou une contrainte mais plutôt comme un outil permettant à l’entreprise de continuer à servir la demande client et aux opérateurs d’avoir un métier évoluant vers plus de polyvalence et de connaissance de l’ensemble du domaine logistique », développe Patrice Fitzner. « Sur la partie logistique, ces trois dernières années, La Redoute a véritablement changé de siècle », conclut-il.

Quai 30 en chiffres

■ 300 000 références en simultané

■ 3 500 commandes à l’heure

■ Une commande préparée en deux heures

■ Livraison le lendemain matin une commande passée la veille avant 20h00

■ Plus de 50 millions d’euros d'investissement 

■ Plus de 42 000 m²

La Redoute - Quai 30
Agrandir le plan
BUZZ LOG
“Il ne faut pas avoir peur d'être disruptif”
— Bruno Hug de Larauze, Pdg d'Idea
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine