Accueil / Reportages / Prestataires / Logistique cosmétique et robot collaboratif chez GT Logistics

Prestataires

Logistique cosmétique et robot collaboratif chez GT Logistics

02.10.2017 • 09h20
|
par Emilien VILLEROY
Rimg0

Émilien Villeroy pour VoxLog

RTimg0
Rimg1 RTimg1
Rimg2 RTimg2
Rimg3 RTimg3
Rimg4 RTimg4
Il y a un peu plus de dix ans, le prestataire GT Logistics faisait ses premiers pas dans le domaine de la logistique cosmétique en rachetant le site de l’entreprise Promo-Caf à Nogent-le-Phaye (28), situé en plein de cœur du pôle de compétitivité de la Cosmetic Valley. Visite de ce site spécialisé dans le conditionnement à façon qui s’est récemment équipé d'un outil robotique innovant pour aider ses équipes.

C’est une petite zone commerciale depuis laquelle on peut parfois encore apercevoir les aiguilles de la cathédrale de Chartres. À Nogent-le-Phaye (28), le site logistique du prestataire GT Logistics s’épanouit depuis 1994. Un entrepôt de 6 300 m² dont le cœur d’activité concerne la cosmétique et plus particulièrement le conditionnement et le co-packing. « C’est un endroit particulier pour nous car c’est le seul où nous ne sommes pas logés par le client puisque nous en sommes propriétaires », s’en amuse Éric Sarrat, fondateur et dirigeant de GT Logistics. En effet, ce lieu appartient à GT Logistics depuis maintenant 2006. Plateforme mutualisée, elle accueille plusieurs grands noms du monde de la cosmétique (L'Oréal, Guerlain...), en plein cœur de ce que l’on appelle la Cosmetic Valley.

 

Derrière ce nom en forme de clin d'œil, il y a un pôle de compétitivité créé en 1994 à l’initiative de Jean-Paul Guerlain et labellisé en 2005. Implantée dans les régions Normandie, Île-de-France et Centre, la Cosmetic Valley réunit plus de 500 membres et représente en France 90 000 emplois pour 26 milliards d'euros de chiffre d’affaires. Christian Combeau, vice-président délégué de la Cosmetic Valley explique le principe : « Nous nous sommes rendu compte que tous les industriels du secteur avaient des besoins communs. Nous avons donc uni nos connaissances. C'est le cas par exemple au niveau de la formation professionnelle ou encore de la recherche fondamentale où nous avons des projets partagés ». Et au sein de cet ensemble d’activités mutualisées, on retrouve également la logistique, comme le démontre le site de Nogent-le-Phaye.

 

Une histoire de famille

Tout comme la Cosmetic Valley, la plateforme ouvre ses portes en banlieue de Chartres en 1994 sous la direction de Patricia Madelain (en photo). L’entreprise s’appelle alors Promo-Caf et sa surface d'exploitation est bien plus réduite. La créatrice raconte : « J’ai démarré sur un site de 270 m² avant d’aller très vite m'installer sur une surface plus élargie de 1 500 m². Dès le début, l’activité s’est concentrée sur le reconditionnement. Notre premier client a été l’Oréal pour les shampoings Elseve avec le manchonnage en lot de deux. Puis nous avons travaillé avec Yves Rocher ou encore Paco Rabanne, grâce à l'écosystème de la Cosmetic Valley. Face aux demandes des clients pour un site qui corresponde mieux à la qualité de leurs produits, j’ai fait construire l'entrepôt de Nogent-le-Phaye en 1999. À l’époque, il ne faisait que 3 000 m² ».

 

En 2006, face à la prospérité tranquille de son entreprise, Patricia Madelain souhaite changer d’activité et met en vente le site : « La routine s’installait et je voulais faire autre chose. Je sentais que l’entreprise pouvait encore grandir mais je n’avais pas les moyens financiers pour le faire. J’ai donc cherché un repreneur ». C’est finalement GT Logistics qui va acquérir le lieu mais à une seule condition : que Patricia Madelain reste directrice du site. « Je suis finalement restée car GT Logistics m’a permis de garder mon autonomie tout en m’offrant de nouveaux projets ». Onze ans plus tard, c’est encore elle qui tient la barre et elle n’est pas seule. « Je travaille avec mes deux filles, qui ont des postes clés au sein de l’entreprise au niveau du planning et de la gestion des flux. C’est aussi pour cela que j’ai choisi GT Logistics au moment du rachat, car ils avaient ce même profil d’entreprise familiale ». L'acquisition a permis au site de rapidement doubler sa capacité, en particulier grâce à son agrandissement en 2009 pour passer à 6 300 m² avec une capacité de stockage de 4 500 palettes. En dix ans, le chiffre d’affaires a ainsi pu augmenter de 40 %, arrivant à 3,6 millions d’euros en 2016.

 

Coffrets et Météorites

Sur place, les collaborateurs s’affairent. Composé à plus de 90 % de femmes, le personnel du site est partagé, en ce matin de septembre, entre plusieurs activités pour différents grands noms de la cosmétique, toujours dans le domaine du conditionnement. Sur une des lignes, des employées s’attèlent à la réalisation de coffrets pour le compte de L’Oréal. « Pour ce projet, nous devons déconditionner les produits avant de les mettre dans des coffrets. Nous nous occupons également du montage de l'intérieur des coffrets, une activité inédite dans l'entrepôt. C'est une demande de notre client car le nombre très réduit de pièces produites l'empêche de passer par l'automatisation », détaille Patricia Madelain. Plus loin, ce sont des boîtiers cadeaux ou des trousses qui sont « fourrés » par les équipes.

 

Dans une cabine de confinement installée depuis 2014 dans un coin du batiment principal, on s’occupe exclusivement des Perles Météorites pour le maquillage de Guerlain. Minutieusement, les employées pèsent les perles et remplissent les pots avant que ceux-ci ne soient étiquetés, mis en boite et codés. Au total chaque année, c'est plus de 4 millions de coffrets et trousses qui sont préparés dont un tiers est également mis sous cellophane. Soit un rythme pouvant aller jusqu’à 500 coffrets par heure sur certaines chaînes de production. Une zone de l'entrepôt est également dédiée à la construction de PLV (publicité sur lieu de vente) : ainsi, pour le compte de l’Oréal à nouveau, des préparateurs montent et remplissent des présentoirs en carton qui pourront être disposés ensuite chez des enseignes de la grande distribution par exemple. 32 000 PLV de ce type sont préparés sur le site par an. À ces chiffres s'ajoutent les activités de manchonnage : 2,4 millions de lots de 2 à 6 produits par an.

 

Sur le site, on compte 45 employés à temps plein, sur un rythme hebdomadaire de 35 heures. Des effectifs intérimaires viennent compléter l’équipe selon les besoins, particulièrement lors des pics d’activité tels que Noël ou encore les grandes fêtes publiques (Fête des mères et des pères). Dans ces périodes très demandées, jusqu'à 120 personnes travaillent alors sur la plateforme. Des chiffres en yo-yo qui reflètent bien les grandes variations d’activité du secteur et auxquelles Patricia Madelain est habituée. « Nous avons toujours de l’activité, en particulier avec la ligne Météorite de Guerlain qui fonctionne à l’année. Mais pour le reste, nos clients nous contactent uniquement pour des produits évènementiels ou en série limitée, donc la demande peut être très aléatoire ».

 

Un robot pour collègue

La grande innovation au sein de l’entrepôt, c’est l’arrivée d’un robot collaboratif au sein de ses lignes de préparation. « Le robot ne remplace personne, il est uniquement là pour soulager et assister sur les tâches répétitives. Quand nous l’avons présenté à nos équipes, c’est un point sur lequel nous avons beaucoup insisté », précise Patricia Madelain. Placé au début d’une ligne chargée du conditionnement de coffrets, ce bras mécanisé ouvre tout seul les boites pour la préparatrice et dépose les couvercles à côté d’elle (à voir en action dans la vidéo à la fin de cet article). Une aide bien spécifique dont le but est avant tout de lutter contre les TMS (troubles musculo-squelettiques). Pas de cadence imposée : c’est en posant la boite devant elle que la préparatrice déclenche le robot, lui permettant de travailler à son rythme. « Le robot travaille au milieu des collaboratrices. C’est un progrès qu’il faut que nous développions en interne car nos clients industriels regardent cela avec un grand intérêt. Nous espérons pouvoir répondre ainsi à des projets spécifiques de l’industrie 4.0 auprès de clients qui nous confient déjà des missions de délégation de production », raconte Éric Sarrat, fondateur et dirigeant de GT Logistics.


Développé aux États-Unis par Rethink Robotics, ce robot collaboratif nommé Sawyer est distribué en France par l’entreprise bordelaise HumaRobotics. Jérome Laplace, fondateur de HumaRobotics et également directeur du site de vente en ligne de robots programmables Génération Robots, nous en détaille les atouts : « C’est tout d’abord un robot très adaptable, qui peut être déplacé facilement dans l’entrepôt. Il n'a besoin que d'une prise de courant standard. Il est également facile d'utilisation puisque sa programmation se fait par démonstration : il suffit de prendre le bras du robot et de lui montrer le geste à effectuer. Avec un minimum de formation, n’importe qui peut lui faire faire apprendre une centaine de tâches simples. C’est un robot qui répond au défi de la variabilité qui touche aujourd’hui les entreprises ». Et Sawyer peut également réaliser des tâches beaucoup plus complexes grâce à un système de caméra intégrée et de capteurs sensoriels afin de lui donner « de la vue et du toucher ». Mais cette variété de fonctions et l’efficacité d’une telle machine n’en fait pas non plus un ennemi pour l’homme selon Jérome Laplace : « Ma conviction, c’est que penser le robot sans l’homme est une erreur. Ses forces sont nos faiblesses, et vice-versa. Une équipe d’humains et de robots est plus performante sur le long terme qu’une équipe de robots seuls ». Dans l’entrepôt de GT Logistics où il est en action depuis maintenant 3 mois, le robot fait désormais partie de l’équipe et ses collègues humains lui ont déjà donné un petit nom : Tom... Sawyer !

 

Le site de Nogent-le-Phaye en chiffres

■ Ouvert en 1994, racheté par GT Logistics en 2006 ;

■ 45 collaborateurs fixes sur le site et un effectif allant jusqu'à 120 personnes pendant les pics ;

■ Surface totale de 6 300 m² ;

■ 3,4 millions d'euros de chiffre d'affaires ;

■ Capacité de stockage de 4 500 palettes.

Site GT Logistics de Nogent-le-Phaye
Agrandir le plan
BUZZ LOG
“Nombre d’études mettent en avant le fait que parmi les enfants qui naissent à l’heure actuelle, 75 % d’entre eux feront un métier qui n’existe pas aujourd’hui. Il y a donc un champ à inventer en supply chain.”
— Stéphanie Nadjarian, Senior Partner du cabinet de conseil Kea & Partners
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine