Accueil / Actualités / Transversal / 2018, une année chargée pour la FNTR et TLF

Transversal

2018, une année chargée pour la FNTR et TLF

11.01.2018 • 11h00
|
A_1

Voxlog | Yves Fargues, président de TLF

Pour la première fois depuis leur rapprochement, les deux organisations professionnelles du transport et de la logistique étaient réunies pour présenter leurs vœux.

Lors d’une cérémonie de vœux en commun avec TLF, Jean-Christophe Pic, président de la FNTR, a évoqué le contexte économique. « Le travail ne manque pas, mais la difficulté à trouver du personnel ne permet pas aux entreprises de progresser. » L’année 2018 sera l’année du paquet mobilité. « Nous ne lâcherons rien » a-t-il prévenu avant de promettre aussi d’être vigilant concernant la fiscalité. « Pas question d’accepter une nouvelle écotaxe ou de payer davantage » a insisté le président de FNTR. Socialement, l’année s’annonce chargée pour la FNTR avec les NAO, les négociations sur la classification et la réforme du CFA.

 

Yves Fargues, président de TLF a poursuivi en disant regretter que les Assises de la mobilité aient mis en évidence une carence de vision du gouvernement sur la mobilité du fret. Parmi les priorités de TLF pour cette nouvelle année, le dossier maritime. « Il faut que la France capte ces trafics qui ne vont cesser d’augmenter. Et pour cela, il faut travailler sur la compétitivité de nos ports et leur développement. » Il a mis aussi en garde contre la tentation d’appliquer le code douanier plus strictement en France qu’ailleurs, souhaitant qu’on reconnaisse enfin que la route est et restera le premier mode de transport. « Le fer et le fluvial ont leur place, mais ce n’est pas en contraignant la route qu’ils se développeront. La route n’est pas l’ennemi du report modal. Investissons pour la faire progresser plutôt que la stigmatiser. » Concerné également par la pénurie de personnel, le patron de TLF a souligné le besoin de sous-traiter, y compris auprès du pavillon étranger. Enfin, il a plaidé « pour une simplification de la réglementation sur les entrepôts logistiques et la recherche d'une solution à leur traitement fiscal ».

BUZZ LOG
“L’enjeu consiste maintenant à fidéliser les clients non plus sur un canal de distribution mais sur une marque. Ce qui importe désormais n’est pas où va se faire la vente mais surtout qu’elle n’échappe pas à la marque, qu’elle n’aille pas sur un canal qui ne soit pas le sien.”
— Sophie Conte, directrice du développement chez Rhenus Logistics France.
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine