Accueil / Actualités / eCommerce / E. Leclerc ouvre un deuxième point de retrait à Paris

eCommerce

E. Leclerc ouvre un deuxième point de retrait à Paris

21.03.2019 • 11h30
|
A_1

E. Leclerc | Le Leclerc Relais du boulevard St Michel

Dans le cadre du projet Leclerc Chez Moi, la Scadif, qui gère les activités e-commerce de l'enseigne pour la partie sud de Paris, vient d'inaugurer son premier point relais. Un espace logistique urbain avec lequel l'enseigne veut apporter les prix de l'hyper dans la capitale.

L'enseigne E. Leclerc continue de développer son activité e-commerce avec son service Leclerc Chez Moi. Après l'inauguration du premier point de retrait par la Scapnor sur l'avenue de Clichy (18e) c'est au tour de la Scadif, qui déploie ce service sur la zone sud de la capitale, de célébrer l'ouverture de son premier point de retrait. Celui-ci prend place au 36 boulevard St-Michel, juste en face d'un Marks&Spencer Food, non loin des nouveaux casiers tri-températures d'Intermarché et à quelques mètres d'un Monoprix. La concurrence est forte dans le secteur mais E. Leclerc mise sur sa promesse tarifaire qui consiste à apporter les prix de l'hyper dans la capitale pour faire la différence. 

 

Un espace logistique urbain

Quatre personnes officient depuis le 20 mars dans l'espace de 135 m² qui sert donc de point de retrait aux clients parisiens. Il y a trois cut-off : 19h pour un retrait le lendemain à 9h, puis 10h pour 13h et 14h pour 17h30. Le coût de livraison en point retrait est gratuit à partir de 15 euros de commande et de 149 euros pour la livraison à domicile (facturé 9,90 euros en dessous). Le panier moyen tourne autour de 50 euros en retrait, contre 145 euros pour la livraison à domicile. La Scadif ambitionne d'atteindre 200 commandes par jour d'ici la fin de l'année.

 

Au-delà d'être un point de retrait, le Leclerc Relais joue également un rôle d'espace logistique urbain pour livrer les clients chez eux. La Scadif sous-traite la partie livraison à Star Service. Ce dernier fait donc des tournées en marguerite avec des tri-porteurs depuis la boutique du boulevard Saint-Michel en plus des départs du site de Lognes (77) par camionnette. Ancien entrepôt drive, la plateforme de Lognes est dédiée uniquement à l'activité Leclerc Chez Moi, de la même manière que l'entrepôt de Pantin, appartenant lui à la Scapnor. Un agrandissement est actuellement en cours car l'offre de 13 500 références doit encore s'étoffer pour monter à 15 000. Et le nombre de Leclerc Relais va bientôt s'agrandir, un autre étant prochainement attendu du côté du métro Voltaire. Michel-Édouard Leclerc a annoncé vouloir en ouvrir 2 à 3 par arrondissements. Et le format fait aussi recette en province où 15 Leclerc Relais ont déjà été ouvert. L'ambition consiste à en ouvrir 100 à 200 au niveau national rapidement...

 

Des livraisons vertes

Les approvisionnements du Leclerc Relais deviendront 100 % vert d'ici 2023, la mairie fermant à cette date l'accès aux véhicules thermiques classiques. Pour l'heure, l'offre des constructeurs limite les possibilités estime Hervé Street, le président de Star Service's : "Nous sommes toujours en attente de solutions car le prix des véhicules électriques pour livrer en tri-température reste encore le double de celui des véhicules thermiques et des problématiques de temps de charge doivent encore être résolus." Le spécialiste du dernier kilomètre compte, au fil des mois, investir dans des véhicules fonctionnant au GNV ou à l'électrique pour servir les clients de Leclerc chez Moi.


Autre évolution à venir qui doit venir renforcer la qualité de service de Leclerc Chez Moi : l'investissement de la Scadif dans un entrepôt robotisé près de Moissy-Cramayel. L'outil de la centrale d'achats devenait obsolète et les adhérents ont donc investi dans un nouveau bâtiment de 70 000 m² qui aura un système Vanderlande grimpant jusqu'à 35 mètres de hauteur. Enfin, dernier annonce : ce Relais Leclerc servira également de point de retrait pour les produits de la parapharmacie, de la culture ou de l'optique. Et Michel-Edouard Leclerc a même annoncé l'intention d'ouvrir le service à d'autres enseignes, avec un système de commissions.

BUZZ LOG
“Là où la cybersécurité était une contrainte de coûts, les directions financières commencent à la percevoir comme un risque inhérent à l'activité”
— Jean-Christophe Vitu, VP solutions engineer ENEA chez CyberArk
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine