Accueil / Rencontres / Interview / Trois questions à Jorge Hernandez, directeur général d'APRC

INTERVIEW

Trois questions à Jorge Hernandez, directeur général d'APRC

14.06.2019 • 11h00
|
par Isabelle GAZZOLA
A_1

APRC

Nous restons persuadés que l’innovation a encore une grande marge de progression pour répondre aux enjeux auxquels la logistique est confrontée
Année 2018 record pour l’activité de contractant général, prévisionnel de production ambitieux, lancement des premières opérations de l’activité promotion (KSI) : le groupe APRC appuie son développement sur des indicateurs solides.

Depuis deux ans, le développement de KSI fait l’objet de beaucoup d’attention. Où en êtes-vous réellement ?

La dynamique d’APRC s’est forgée sur un partage équitable de la valeur créée pour et avec nos clients. Une démarche gagnant/gagnant qui nous a conduit à intégrer – au-delà des prestations de contractant général – l’ensemble de la chaîne de valeur d’un projet immobilier. Il était naturel que cette intégration ouvre des horizons que KSI, l’activité promotion du groupe APRC, vient exploiter. C’est ainsi que nous avons fait émerger pas moins de 22 projets sur lesquels nous travaillons pour qu’une bonne dizaine d’entre eux voient le jour ces trois prochaines années.

 

Vous avez parié sur une croissance internationale, notamment en Algérie. Dans quelle mesure le frein porté par le nouveau contexte politique impacte-t-il vos résultats actuels et futurs ?

C’est donner trop d’importance aux projets APRC dans ce pays que de nous croire tributaires du contexte politique algérien actuel. C’est d’ailleurs en parfaite clairvoyance que nous avons dès le départ clairement séparé nos projets en Algérie de ceux qui assuraient notre développement dans l’Hexagone, l’Espagne et l’Italie. La mise en veille de nouveaux développements en Afrique du Nord vient tout au plus légèrement modifier quelques lignes de notre business plan à long terme. Elle n’a strictement aucune incidence sur notre capacité d’investissement, notre autonomie financière, nos prévisions de croissance de résultat et notre enthousiasme à poursuivre l’exploration de marchés qui s’annonceraient porteurs d’avenir.

 

Vous avez à plusieurs reprises énoncé que l’immobilier logistique était arrivé à maturation. Reste-il toujours une priorité de votre stratégie ?

Les efforts menés en dix ans pour challenger les grands opérateurs du secteur ont permis à APRC de devenir l’un des contractants généraux majeurs de l’immobilier logistique sans jamais renier nos valeurs de qualité et de probité afin de rester des partenaires privilégiés des grands investisseurs et utilisateurs du secteur. Il serait stupide de ne pas renforcer notre dynamique sur un secteur sur lequel nous apparaissons chaque jour davantage comme des professionnels de confiance, structurés, responsables. Nous restons persuadés que l’innovation a encore une grande marge de progression pour répondre aux enjeux auxquels la logistique est confrontée. Contribuer à son évolution par de nouvelles solutions d’aménagement immobilier toujours plus transversales, mutualisées et intelligentes reste au coeur de la motivation de notre équipe. Nous avons donc dans les cartons, sur les planches à dessins ou chez nos notaires, des projets qui doivent nous engager d’ici quelques mois à faire des annonces, du logement aux centres de loisirs, en passant par l’hôtellerie ou les centres d’appels. Ces projets démontreront qu’en s’appuyant sur un savoir-faire reconnu et des valeurs fortes, on peut convaincre d’autres secteurs économiques de nous faire confiance.

BUZZ LOG
“Il faut créer un modèle alternatif dans lequel le fabricant définit une vision de la maintenance de son produit avec une supply chain gérant le renvoi du produit fini ou d’un module à un centre de compétences”
— Guillaume Destouches, associé chez Diagma
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine