Accueil / Reportages / Entrepôts / Prologis développe un site nouvelle génération pour La Poste à Douvrin

Entrepôts

Prologis développe un site nouvelle génération pour La Poste à Douvrin

22.10.2018 • 16h37
|
par Charlotte COUSIN
Rimg0

Voxlog

RTimg0
Rimg1
De g. à d. : Xavier Mallet, François Rispe, Cécile Tricault, Daniel Delcroix, Jean-Michel Dupont, Mohamed Chenkir.
RTimg1
Rimg2 RTimg2
Rimg3
De g. à d. : Olivier Sorriaux, Xavier Mallet et Mohamed Chenkir.
RTimg3
Rimg4 RTimg4
Rimg5
La plateforme de Douvrin devrait débuter ses activités à la fin de l'année 2019
RTimg5
La plateforme Prologis DC2 de Douvrin dans le Pas-de-Calais, développée pour le compte du groupe La Poste via son opérateur Coliposte, sort peu à peu de terre pour une livraison prévue fin 2019. Cet entrepôt nouvelle génération vient remplacer le site de Carvin, tout proche, en doublant sa capacité de traitement de colis.

C'est à une pose de première pierre que conviaient le spécialiste de la gestion d'entrepôts et de bâtiments logistiques Prologis et le groupe La Poste, vendredi 19 octobre 2018. Un évènement symbolique alors que le bâtiment, dont les travaux ont débuté il y a plusieurs mois, s'élève déjà partiellement sur le site de Douvrin (62). « C'est un projet amiral car Coliposte est une marque incontournable dans le monde d'aujourd'hui avec le développement du e-commerce », introduisait François Rispe, directeur général Europe du Sud Prologis. Amorcé en mars 2017, le projet prend sa source dans un partenariat avec la Siziaf (Syndicat intercommunal de la zone industrielle Artois-Flandres) avec un objectif : développer le parc Prologis de Douvrin. C'est ensuite pour le compte de La Poste, un de leurs « partenaires long terme et fidèles » selon les mots de Cécile Tricault, directrice générale France Prologis,  que débute huit mois plus tard le développement d'une nouvelle plateforme de tri de colis pour Coliposte et son service Colissimo. S'étendant sur 26 300 m², elle constituera « la plus grande plateforme du réseau colis quand elle ouvrira l'année prochaine », explique Xavier Mallet, directeur général de La Poste-Colissimo.


Répondre au développement du e-commerce

Le bâtiment développé clef-en-main par Prologis viendra remplacer l'actuelle plateforme de Carvin (62) inaugurée en 2004, à quelques kilomètres de là. Idéalement situé au centre d'un bassin de plus d'un million et demi d'habitants et desservi par un axe routier entre Lille et Lens, ce nouvel entrepôt est le fruit d'un investissement de 30 millions d'euros pour La Poste. Un projet venant répondre à la transformation amorcée par le groupe face à la baisse du volume du courrier il y a quelques années, l'ayant conduit au lancement d'un « plan tourné vers la conquête de nouveaux marchés en transformant (ses) métiers », comme l'explique Xavier Mallet. « C'est vers un monde de services que La Poste s'est résolument engagée », en étant notamment « très forte durant les périodes de fin d'année », poursuit-il. Une stratégie passée notamment par une offre repensée sur Colissimo, ayant permis au Groupe de « gagner plus de 40 millions de colis en deux ans, passant de 275 millions de colis à 318 millions l'année dernière ». Une montée en puissance allant de pair avec des investissements : « La Poste investit 450 millions d'euros sur l'ensemble du territoire sur cinq ans », précise Xavier Mallet. Objectif ? Repenser totalement la chaîne du premier au dernier kilomètre en répondant au développement du e-commerce et aux besoins croissants de services des clients Colissimo et conquérir 400 millions de colis à l'horizon 2020. Il y a quelques semaines, le groupe posait ainsi la première pierre d'une autre plateforme Colissimo, située à La Buissière en Isère (38).

 

Un entrepôt intelligent et certifié

Concrètement, la plateforme Prologis DC2 de Douvrin viendra livrer directement en Colissimo un réseau de neuf PPDC (les plateformes de préparation et de distribution de courrier et de colis) desquelles les facteurs partent ensuite pour livrer les départements des Hauts-de-Seine ainsi que certains sites d'Île-de-France en J+1. Après un assainissement du terrain débuté en mai 2018, le bâtiment est aujourd’hui en cours de construction avec une livraison prévue en mai 2019 et un début d’activité à la fin de la même année. D'une surface de 25 000 m², le site sera doté de 130 portes de quai et disposera d'un « trieur de 1 320 mètres de long dernière génération sur deux niveaux, avec une vitesse de traitement allant jusqu'à 32 000 colis à heure, soit le double de ce qui était possible jusqu'alors sur le site de Carvin », détaille Mohamed Chenkir, directeur régional Colissimo Nord-Est. À propos de « cette montée en technologie », Olivier Sorriaux, chef de projet plateforme Nord chez Colissimo et futur directeur du site de Douvrin, observe qu'elle s'accompagne une modernisation de l'ensemble du matériel (convoyeurs, systèmes d'information...). L'entrepôt, long de 300 mètres, sera ainsi également doté de l'outil digital de Prologis, Eegle, permettant de naviguer à l'intérieur du bâtiment modélisé en 3D. Durant la période de pic de fin d'année 2019, le site de Carvin continuera de fonctionner en même temps que le nouveau bâtiment de Douvrin avant que l'ensemble de l'activité ne soit basculé sur ce dernier. A terme, l'entrepôt de Douvrin devrait être en mesure de traiter 80 millions de colis par an et possède, en outre, une capacité d'extension de 2 500 ², apte à venir répondre à un futur développement de l'activité de Colissimo, si besoin.

 

L'ensemble des 200 salariés actuellement en poste sur l'ancien site rejoindra à terme le nouveau, la totalité des emplois ayant été conservée, comme l'explique Xavier Mallet qui projette également « de nouvelles embauches à l'avenir ». Pour acclimater ses employés à l'automatisation de ce nouvel entrepôt, La Poste indique qu'elle mettra en place des formations permettant d'évoluer vers de nouvelles fonctions et proposera une rotation des postes à ses employés.

 

Le bâtiment, qui vise la certification Breeam Very Good au niveau environnemental, verra également son transport optimisé via l'adoption de nouveaux matériels et process pour permettre des camions en moyenne 30 % plus remplis, grâce à du chargement en vrac dans les caisses mobiles, avec en ligne de mire pour le Groupe la volonté d'éviter au niveau national environ 15 000 tonnes de Co2 par an via notamment des camions norme Euro VI.

 

Une capacité de développement de plus de 160 000 m²

La plateforme de Douvrin fait partie d'un ensemble plus imposant pensé par Prologis. « Il était important de commencer avec ce client qui est l'amorce d'un projet beaucoup plus grand », précise François Rispe. En effet, Prologis a conclu en mars 2017 avec la Siziaf un partenariat pour le développement de 45 hectares de parc logistique au sein du Parc des industries Artois-Flandres d'une superficie de 460 hectares « qui accueille aujourd'hui 70 entreprises et 4 500 salariés », précise Daniel Delcroix, président du Siziaf. En plus de cet entrepôt à destination de La Poste, un deuxième site d'une surface de 32 000 m² est d'ores et déjà en développement pour la société Geodis sur le Parc Prologis de Douvrin. Avec une capacité de développement de plus de 160 000 m², Prologis souhaite y déployer des entrepôts compris entre 24 000 et 70 000 m² et détient encore à ce jour une capacité de développement pour trois bâtiments. Cette nouvelle plateforme vient « asseoir la présence de Prologis sur la région », explique Cécile Tricault. « Lorsque La Poste s'implante sur nos sites, cela constitue une réelle attractivité pour d'autres clients ».


François Rispe ne serait d'ailleurs pas étonné de voir un client de Coliposte s'installer à l'avenir sur l'un des bâtiments amenés à être construits sur le parc. Des propos corroborés par Daniel Delcroix : « Je suis persuadée que l'implantation de Colissimo est un signal à destination des opérateurs du e-commerce », souligne-t-il. Un pari appelé également des vœux de Jean-Michel Dupont, le maire de Douvrin qui souhaite voir l'activité de Colissimo se développer « de manière exponentielle », certain qu'elle aura « des répercussions positives sur la commune » : « L'e-commerce n'est plus une tendance mais une réalité structurante de notre économie », conclut-il.

La plateforme Colissimo de Douvrin en chiffres

■ 130 portes à quai ;

■ 30 millions d'euros d'investissements ;

■ 80 millions de colis traités par an ;

■ 32 000 colis par heure ;

■ Double trieur dernière génération de 1 320 mètres de long.

Plateforme Colissimo
Agrandir le plan
BUZZ LOG
“Nous arrivons aujourd'hui dans un monde où il n'y a techniquement plus de barrières à l'interopérabilité. Nous devons donc adopter cette vision d'ouverture.”
— Lucien Besse, COO et co-fondateur de Shippeo
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine