Accueil / Dossiers / Transversal / Une supply chain de talents

Transversal

Une supply chain de talents

27.07.2016 • 09h45
|
par Laurène MATZEU DE VIALAR
D_2

3. Témoignage de Vincent Venet, Ingénieur méthodes process FM Logistic

Illustration concrète de ce qu’est la politique RH du groupe FM Logistic, Vincent Venet, recruté en 2007 par le logisticien, revient sur ses ambitions professionnelles et le parcours de formation que lui a offert son employeur

Pouvez-vous nous décrire votre parcours avant FM Logistic et les conditions de votre arrivée dans l’entreprise ?

J’ai effectué des études d’ingénieur à l’université de technologies de Troyes et ai obtenu un diplôme en 2005 en génie des systèmes industriels avec une spécialité en gestion de production. Par la suite, j’ai intégré un groupe américain de licences de parfum et de crèmes de soin en m’orientant sur une partie véritablement industrielle, pour évoluer ensuite vers un poste d’ingénieur méthodes process sur une ligne de production. À l’issue de cette première expérience, j’ai eu envie de changement et c’est un peu par hasard que j’ai découvert FM Logistic et postulé sur une offre d’ingénieur méthodes process sur la plateforme d’Étampes-sur-Marne (02). J’ai eu des entretiens au siège, puis sur la plateforme. La politique et la philosophie de l’entreprise m’ont plu. Voilà comment, et pourquoi, j’ai intégré FM Logistic en 2007 en tant qu’ingénieur méthodes process. 

 

Puis vous avez eu envie d’évoluer… De quelle façon cette volonté s’est-elle concrétisée ?

Effectivement, je suis resté quatre ans sur ce poste et j’ai eu envie d’évoluer vers un poste de responsable clients, en charge d’un dossier client sur une plateforme logistique. J’ai donc intégré un groupe de potentiels. Pour ce faire, j’ai d’abord passé un entretien afin de déterminer si mon profil correspondait, si mon état d’esprit était bien là et, évidemment, faire connaître mes motivations. Dans ce groupe de potentiels, nous étions une dizaine de salariés d’horizons divers. Certains étaient également là pour devenir responsables clients et d’autres, par exemple, pour être chefs d’équipe. Le parcours de formation dure entre huit et dix mois. Au total, cela a représenté 120 heures de formation, en interne et parfois avec des intervenants extérieurs. Ces dernières étaient axées sur l’aspect financier : rentabilité, gestion de compte d’exploitation, validation d’un budget… Mais aussi sociales : communication, dialogue avec les partenaires sociaux… En parallèle, nous devions également valider des cas pratiques sur différents domaines : communication, qualité… C'était un exercice sur lequel nous devions nous faire aider par un mentor, responsable client, ayant l’expertise nécessaire pour nous accompagner. La formation s’achève sur deux examens, l’un écrit, l’autre oral ainsi qu'une mission de quinze jours à réaliser sur une autre plateforme. Six mois plus tard, j’obtenais un poste de responsable client sur la plateforme de Laudun-l'Ardoise dans le Gard (30).

 

De quelle façon avez-vous vécu ces dix mois de formation ?

D’un point de vue personnel, c’est beaucoup d’organisation. Il ne suffit pas d’être présent en formation, il faut aussi travailler en dehors et préparer l’examen. Mais tout cela est surtout très enrichissant. Nous apprenons beaucoup et nous partageons avec les collaborateurs du groupe que nous ne connaissions pas auparavant. Certains sont même devenus amis. C’était une riche expérience. FM Logistic nous donne la chance et le temps d’évoluer. J’ai bien conscience que toutes les entreprises n’investissent pas autant de temps pour former leurs collaborateurs.

 

Fort de cette première étape, vous avez décidé de poursuivre votre évolution au sein du groupe ?

Je suis resté quatre ans sur le poste de Laudun puis j’ai demandé à évoluer de nouveau sur le poste de directeur d’activités qui gère plusieurs clients. J’ai intégré un groupe de potentiels en 2015. Sur le même principe, j’ai suivi plusieurs formations. Un peu moins que précédemment évidement, puisque les bases avaient déjà été acquises. Mais j’ai néanmoins dû en approfondir d’autres, notamment celles portant sur les questions budgétaires. J’ai validé ma formation en décembre 2015 et suis revenu à mes premières amours, la production industrielle, en intégrant en novembre de la même année l’activité de copacking avec la perspective d’évoluer sur la nouvelle plateforme d’Entraigues-sur-la-Sorgue (84).

 

En entrant chez FM Logistic il y a neuf ans, aviez-vous conscience des possibilités d’évolution qui pouvaient vous être offertes ?

Non, je ne pensais pas qu’un employeur investirait autant vis-à-vis de ses collaborateurs. J’imaginais une petite semaine de formation, mais je n’avais pas cette vision « parcours ». Nous sommes guidés par une responsable de formation, et une autre sur le développement des RH qui gère tous ces groupes de potentiels et répond à nos questions. Un service dédié travaille uniquement sur ces sujets. Nous sommes pris en charge, mais nous avons aussi le droit à l’erreur. Il faut en tirer les conséquences et repartir ensuite du bon pied.

BUZZ LOG
“La logistique urbaine est trop souvent le trou noir des politiques de mobilité urbaine”
— Jean-Baptiste Gernet, adjoint au maire de Strasbourg et conseiller eurométropolitain délégué
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine