Accueil / Dossiers / Transversal / Une chaîne d'acteurs engagés pour la revalorisation des déchets

Transversal

Une chaîne d'acteurs engagés pour la revalorisation des déchets

23.04.2020 • 09h42
|
par Emilien VILLEROY
D_2

3. Réseau Envie : tirer de la richesse des déchets

Depuis 35 ans, le réseau Envie s’engage dans une optique d’emploi solidaire, participant activement à la collecte, au réemploi et au traitement des DEEE (Déchets d’équipements électriques et électroniques) à travers la France. À Gennevilliers (92), l’une de ses structures, baptisée Envie2E, se focalise sur le recyclage des machines à laver et la collecte d’équipements à travers l’Île-de-France.

Réunissant 3 000 salariés sur le territoire français dans 50 structures d’insertion indépendantes, le réseau Envie fleurit depuis maintenant 35 ans. Mariant insertion sociale et économie circulaire, il est devenu un acteur important de la gestion de la fin de vie des équipements électriques et électroniques, traitant pas moins d’un tiers de l’ensemble des DEEE en France avec des expertises dans le réemploi, ainsi que dans la logistique et le recyclage. Ce sont ces deux dernières activités qui ont cours au sein d’Envie2E Île-de-France, l’une des structures du réseau. Située sur le port de Gennevilliers (92), cette association existe depuis douze ans et a pour particularité d’opérer en étroite collaboration avec le groupe Derichebourg, opérateur de services aux entreprises, en contrat avec l’éco-organisme Ecosystem pour le traitement des DEEE. « Nous exploitons pour son compte un process de démantèlement de gros électroménager, et plus particulièrement de machines à laver », raconte Lionel Weidmann, directeur d’Envie2E Île-de-France.

 

Deux activités cohabitent au sein de la structure. Tout d’abord le démantèlement, qui consiste à récupérer tout ce qui peut-être recyclé et valorisé au sein des machines : le béton du lestage, les cartes électroniques, les câbles d’alimentation, la carcasse ferreuse, le plastique, l’aluminium ainsi que le condensateur qui contient des polluants – ces derniers étant ensuite redirigés vers une filière de traitement spécifique. Ce travail de traitement occupe la moitié des effectifs d’Envie2E, soit une vingtaine de personnes, dont 15 salariés en insertion répartis en deux équipes. En entrée de ligne, les machines à laver vont passer dans un déchireur, qui va ouvrir la carcasse. Les opérateurs vont ensuite prélever les différents éléments pouvant être récupérés et revalorisés. Sur le site, c’est un peu plus de 2 000 tonnes qui passent par cette ligne tous les mois, soit un demi-million de machines par an. Ce process évoluera cette année avec un investissement d’un million d’euros de la part de Derichebourg pour modifier et optimiser la ligne de traitement. Un changement qui nécessitera cependant plus de place sur le site actuel et, à terme, un déménagement : « Nous avons négocié une convention solidaire avec Ports de Paris qui va nous laisser un nouveau terrain sur le port de Gennevilliers en concession pour une dizaine d’années. C’est une excellente nouvelle qui va permettre à notre association d’avoir plus d’autonomie », souligne Lionel Weidmann.

 

Des équipements parfois loin d'être des déchets

L’autre grande activité de l’association concerne la logistique. « Pour ce pan, nous sommes en contrat directement avec Ecosystem afin de collecter pour leur compte des déchets électriques dans des déchèteries et des plateformes de distribution pour des grands acteurs tels que Darty, Boulanger ou encore Cdiscount, dans plusieurs départements de l’Île-de-France », raconte Lionel Weidmann. Sur ce marché, Envie2E gère chaque année 4 000 tonnes de déchets tous flux confondus : gros électroménager froid (frigos), hors-froid (machine à laver, matériel de cuisson), petits appareils en mélange (les PAM : cafetières, téléphones) et écrans de tout type. La mission consiste à les récupérer depuis 250 points de collecte franciliens et à les ramener à Gennevilliers pour éclatement par famille de produit. Cette activité de collecte et de transport est directement prise en charge par Envie2E via sa flotte de véhicules. Une fois ce tri effectué, chaque typologie d’équipements est envoyée vers des filières spécifiques pour le traitement – les machines à laver étant elles directement gérées sur place.

 

Cette activité de logistique est également l’occasion de pouvoir faire un tri en vue du réemploi, une composante très importante de l’activité du réseau Envie. « Nous allons retenir des appareils qui nous semblent en bon état afin qu’ils soient récupérés et remis en vente par l’atelier de rénovation de Trappes (78). Certains ne présentent parfois que des défauts d’aspects ou ont seulement fait l’objet d’un retour client », explique Lionel Weidmann. Ces ateliers de rénovation sont la première étape vers le réemploi des équipements et s’occupent de la réparation et du nettoyage des produits. Ceux-ci sont ensuite remis en circulation dans le réseau Envie à des prix solidaires, 50 % moins élevés que pour le neuf, dans une chaîne de 45 magasins sur tout le territoire français. Un traitement crucial qui permet d’éviter des milliers de tonnes de déchets chaque année. Et Envie2E ne compte pas s’arrêter là : en 2020, un process similaire sera mis en place pour les téléviseurs, en liaison avec l’atelier de rénovation d’Orléans (45), expert sur le sujet. « Nous lançons ce process progressivement. Nous nous occuperons d’une brève vérification visuelle et électrique des écrans reçus, et nous envoyons les appareils qui fonctionnent vers Orléans pour qu’ils puissent les remettre en état pour revente », détaille Lionel Weidmann.

BUZZ LOG
“Ceux qui possédaient des supply chains matures, dotées de technologies avancées pour une vision de bout en bout, ont su se montrer plus résilients, plus longtemps”
— Olivier Bonneau, associé supply chain chez Deloitte
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine