Accueil / Rencontres / Interview / Rencontre avec Marc Frappa, DG adjoint de Faubourg Promotion

INTERVIEW

Rencontre avec Marc Frappa, DG adjoint de Faubourg Promotion

05.02.2019 • 09h05
|
par Charlotte COUSIN
A_1

Marc Frappa, directeur général adjoint de Faubourg Promotion

Au total nous maîtrisons plus de 500 hectares de terrain dont 350 en phase d'aménagement, ce qui représente 1,5 million de mètres carrés de potentiel constructible
Tout en faisant le bilan de l’année 2018 et des projets à venir, Marc Frappa revient sur les spécificités des métiers d’aménageur et promoteur en immobilier d’entreprise exercés par Faubourg Promotion, filiale du Groupe Idec.

En quoi consiste le métier d’aménageur en immobilier d'entreprise ?

Il s’agit d’un travail de longue haleine qui consiste à repérer et maîtriser les fonciers en amont, notre travail consistant ensuite à rendre les terrains constructibles. Il en découle une phase administrative où nous sommes amenés à participer à la modification du PLU, dans certains cas à créer une ZAC, à déposer un dossier « loi sur l’eau »… Nous intervenons à chacune de ces étapes de manière à ce que le terrain devienne constructible et que nous puissions ensuite, en tant que promoteur, le développer. Nous nous sommes naturellement tournés vers ces projets d’aménagements car le foncier représente le nerf de la guerre pour un promoteur. En nous positionnant en tant qu’aménageur, nous contribuons également à soulager les agglomérations territoriales, en investissant à leur place sur des terrains et en lançant des travaux (routes, réseaux). Cela permet aux collectivités, qui bien souvent ont de moins en moins d’argent, de compter sur un opérateur privé comme nous pour les aider à réaliser leur développement.


Quelle place l’immobilier logistique tient-il dans l’ensemble des projets de Faubourg Promotion ?
Cela représente 80 % de l’activité, les 20 % restants étant consacrés aux bâtiments d’activités PME-PMI et aux bureaux. À l’origine nous sommes plutôt un groupe orienté sur l’immobilier d’entreprise. Notre souhait est donc de continuer dans cette voie sur la logistique tout en développant les parcs d’activité et faire davantage de tertiaire que ce que nous faisons aujourd’hui.

 

L’équipe de Faubourg Promotion est-elle amenée à s’étoffer ?
Elle est aujourd’hui constituée d’une dizaine de personnes et nous sommes actuellement en pleine phase de recrutement car nous avons énormément de sujets à traiter. Nous ne communiquons pas notre chiffre d’affaires mais sachez que nous sommes en pleine phase de développement. Au total nous maîtrisons plus de 500 hectares de terrain dont 350 en phase d'aménagement ce qui représente 1,5 million de mètres carrés de potentiel constructible. Parmi ses 500 hectares, certains parcs comptent des terrains constructibles immédiatement, tandis que nous sommes actuellement en train de réaliser l’aménagement sur d’autres sites.

 

Quel bilan faites-vous de l’année 2018 ?
Nous avons réalisé une très bonne année 2018 avec des livraisons significatives : notamment un 43 000 m² à Fos-sur-Mer (13) et un 53 000 m² sur le parc de Wissous 2 (91) dont une partie se trouve en température dirigée sur laquelle nous sommes de grands spécialistes.

 

Quels sont les projets de Faubourg Promotion pour 2019 ?
Nous nous projetons sur plusieurs parcs. Pour en citer quelques-uns : nous avons le parc Natura’lub de Cavaillon dans le Vaucluse où nous avons en charge 45 hectares en tant qu’aménageur et développeur. Nous développons aussi environ 100 000 m² de bâtiments sur 23 hectares dans le parc d’Ablis Nord II (78). Dans le Sud, nous avons également le parc de Donzère dans la Drôme où nous développons 142 000 m² de bâtiments (dont 72 000 m² encore disponibles) ainsi que le parc de Fos-sur-Mer où il nous reste encore 126 000 m² de bâtiments. Des offres sont en cours sur ces ensembles-là donc nous anticipons un très bon potentiel de développement.


Quelles tendances observez-vous aujourd’hui dans l’immobilier logistique ?
Une tendance à la densification d’une manière générale. C’est un sujet que nous explorons et que nous retrouvons en particulier en première couronne parisienne. Nous analysons et considérons cette logistique « du dernier kilomètre » même si le foncier n’est souvent pas simple à trouver car les communes préfèrent construire des bureaux et des logements plutôt que de mettre de la logistique ou de l’activité au sens large. La tendance à l’entrepôt XXL se confirme par ailleurs. Nous avons à ce sujet en charge dans le groupe, en tant que constructeur (Idec), un entrepôt à Tournan-en-Brie (77) de près de 200 000 m².

BUZZ LOG
“La vision que peuvent avoir les entreprises et les pouvoirs publics sur la supply chain est insuffisante, notamment compte tenu de ce qu'elle peut apporter. Il est donc crucial de clarifier et de valoriser son rôle au sein des entreprises.”
— François Peignès, directeur supply chain d'Orano
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine