Accueil / Rencontres / Interview / Rencontre avec Markus Voss, CIO et COO de DHL Supply Chain

INTERVIEW

Rencontre avec Markus Voss, CIO et COO de DHL Supply Chain

30.12.2019 • 10h08
|
par Charlotte COUSIN
A_1

DHL

La stratégie autour de la digitalisation ne consiste pas seulement à améliorer les performances mais également à augmenter la satisfaction de nos employés, à répondre aux demandes des consommateurs et à se positionner comme un leader dans cette industrie
Adapter la digitalisation à l’industrie logistique : l’un des objectifs de la Stratégie 2025 de DHL Supply Chain, plaçant le client et l’homme au cœur du dispositif. Markus Voss, son CIO et COO évoque le déploiement de solutions innovantes au sein de sa business unit.

 

De quelle manière DHL travaille-t-elle avec des start-up pour la mise en place de nouvelles solutions digitalisées ?

Il s’agit tout d’abord de bien identifier avec lesquelles d'entre elles travailler. Nous sommes souvent approchés par ces dernières pour déployer leurs idées chez nous ce qui montre notre caractère attractif. Nous cherchons tout d’abord à savoir si ces solutions conviennent à nos opérations et si nous pouvons commencer à lancer un pilote. Il peut arriver que les start-up se fassent une idée de ce à quoi vont ressembler nos problèmes opérationnels mais il faut confronter cette vision à la réalité. Cela peut très bien fonctionner dans leur laboratoire mais demander des ajustements dans l’environnement réel d’un entrepôt ou sur une opération de transport afin également d’être plus « user friendly ». Et c’est quelque chose sur lequel nous travaillons régulièrement en ce moment. Mais cela reste très enrichissant et excitant de travailler avec des start-up !


La digitalisation conduit à l’augmentation des performances mais peut également permettre de réduire l’empreinte environnementale. Comment intégrez-vous cet aspect durable dans votre démarche ?

L’agenda pour le développement durable comprend plusieurs grands points, parmi lesquels la réduction du plastique, parfois allant jusqu’à sa suppression. La technologie vient également jouer un grand rôle pour réduire packaging et qu'il s’adapte au produit, plutôt que d’avoir de grosses boîtes avec un petit objet dedans. Ce sont sur ces technologies-là que nous travaillons le plus, car les consommateurs nous le demandent. En effet, toute la stratégie autour de la digitalisation ne consiste pas seulement à améliorer les performances mais également à augmenter la satisfaction de nos employés, à répondre aux demandes des consommateurs et à se positionner comme un leader dans cette industrie. Il s'agit d'un sujet où tout le monde se rejoint car on n'attirera pas ou on ne retiendra pas des talents si nous ne rendons pas cet espace de travail plus attractif.

 

En matière d’innovations technologiques, quelle est la position de DHL sur l’utilisation de drones ?
Nous avons réalisé un pilote de drone inventoriste en entrepôt mais nous y avons vu plusieurs désavantages. Premièrement, le positionnement demeure un challenge. D’autre part, cela pose des questions de sécurité dans cet environnement. Enfin, cela engendre beaucoup de bruit. Le scan par drone inventoriste n’est donc, pour le moment, pas l’idéal. Je ne suis pas aussi catégorique pour le futur. Prenons l’exemple des lunettes connectées que nous avons adoptées dans nos entrepôts : il y a quatre ans, nous les avions essayées, elles étaient lourdes, difficilement utilisables. Nous avons attendu une ou deux générations et nous y avons recours maintenant. Nous utilisons néanmoins les drones avec succès pour sécuriser un périmètre dans certains secteurs. Nous nous en servons également pour la livraison du dernier kilomètre dans des zones difficiles d’accès et isolées, dans les Alpes ou encore en Tanzanie [pour délivrer des dispositifs médicaux]. Mais cela pose un défi réglementaire lorsqu’on arrive dans des zones peuplées. Nous ne sommes pas encore parvenus au moment où on viendra livrer dans les jardins !

 

 

BUZZ LOG
“C’est sur le long terme que les bénéfices réels de l’IA se déploient, particulièrement avec les mécanismes d’apprentissage du deep learning.”
— Romain Louis, responsable de l'équipe chefs de produits, R&D Reflex chez Hardis Group
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine