Accueil / Reportages / Prestataires / Autodistribution inaugure sa plateforme Logistéo

Prestataires

Autodistribution inaugure sa plateforme Logistéo

16.10.2018 • 09h40
|
par Charlotte COUSIN
Rimg0

Logistéo

RTimg0
Rimg1
Logistéo
RTimg1
Rimg2 RTimg2
Rimg3
Logistéo
RTimg3
Rimg4
Logistéo
RTimg4
Rimg5
Logistéo
RTimg5
Rimg6
Logistéo
RTimg6
[+vidéo] Autodis Group s'est doté, avec sa plateforme Logistéo située à Réau (77), d'un système de mécanisation « nouvelle génération » capable de traiter 120 000 références. Fruit d'un investissement de 30 millions d'euros, ce nouveau site est pleinement opérationnel depuis août 2017.

Passer d'une installation manuelle à une plateforme en grande partie automatisée, c'est tout le défi auquel devait répondre Autodistribution en déménageant, il y a environ un an, ses activités de stockage et de préparation de commandes de son site de Moissy-Cramayel à celui de Réau, tous deux en Seine-et-Marne. Face à un espace ayant atteint ses limites et n'étant plus en mesure de soutenir l'activité du grossiste distributeur en pièces détachées à l'horizon 2017, le projet de se déplacer sur une plateforme « nouvelle génération » voit le jour. Pour le groupe Autodistribution, le défi était de taille : « Être capable de livrer jusqu'à six fois par jour presque 500 sites sur l'ensemble du territoire français, ville et campagne », indique Stéphane Antiglio, président d'Autodis Group.


Le cahier des charges est alors le suivant : stocker 120 000 références et être capable de livrer les clients le lendemain matin. Deuxième objectif : doubler la capacité de préparation de commandes pour atteindre 100 000 pièces par jour (soit jusqu'à 60 000 lignes quotidiennes) avec une capacité de 3 000 lignes de dépannage par heure. Le projet est amorcé en 2014. Après trois ans de travail, le site est aujourd'hui pleinement opérationnel depuis août 2017 et le restera « au moins pour une quinzaine d'années », selon Laurent Gontharet, directeur supply chain d'Autodistribution (en photo), tandis que la plateforme de Moissy a été de son côté progressivement fermée, « conformément au planning et au budget fixés ».

 

Zones Slow, Medium et Fast

Question budget justement, cette nouvelle plateforme construite par Norbert Dentressangle et gérée informatiquement par A-Sis, aura demandé environ 30 millions d'euros d'investissements, avec « plus de 20 000 m² mécanisés sur ses 38 000 m² », détaille Dominique Comte, directeur de la plateforme Logistéo. Une révolution par rapport à l'ancien site entièrement manuel. Parmi ses six cellules, la zone de réception gère le contrôle (via scan RFID) et la mise en bac par l'opérateur (au total 12 000 bacs et 8 compartiments par bac) poussé ensuite sur un convoyeur. Trois zones différentes sont dédiées au stockage des pièces détachées pour la préparation de commandes, selon leur degré de rotation (Fast pour les produits les plus demandés, Medium pour ceux à rotation « correcte » , explique Laurent Gontharet, et Slow pour les pièces « se vendant en France entre une fois par an et une fois par mois »). Pour les commandes à rotation rapide, un système à gare avec cinq postes d'opérateurs traite l'équivalent de 2 000 références. Sur les produits à faible rotation, un système de stockage d'une hauteur de 30 niveaux disposant d'une capacité de stockage de 60 000 références vient servir la préparation de commandes détail réalisée à partir de neuf allées où circulent des chariots haute levée sous 10 mètres.

 

La zone mécanisée vient quant à elle accueillir le système de stockage et de préparation de commandes entièrement automatisé du fournisseur SSI Schäfer : Cuby. Constituée de 120 navettes sur 24 niveaux, il bénéficie d'une capacité de 100 000 bacs avec deux bacs par seconde en entrée et en sortie. Ces derniers sont ensuite amenés, avec les colis, à se déplacer le long des 3 000 mètres de convoyeurs SSI Schäfer. À l'issue de la préparation de commandes, la pesée réalisée vient éjecter tout carton non conforme au poids attendu. Aujourd'hui « l'erreur s'élève à 1 pour 10 0000 pièces » explique Laurent Gontharet alors qu'elle était dix fois plus importante sur l'ancien site. L'ensemble permet aujourd'hui à Autodistribution de préparer 40 000 lignes de commandes quotidiennes, avec en ligne de mire un objectif de 60 000. « Entre le moment du passage de commande et celui où la pièce est préparée, il se déroule environ 15 minutes », précise le directeur supply chain. « Nous sommes aujourd'hui capables de recevoir des commandes jusqu'à 19 h et de livrer dans la matinée avant 7 h ». Pour superviser cet espace, une cellule de pilotage, gérée informatiquement par ses partenaires A-Sis et SSI Schäfer et dotée de 16 caméras, « surveille en permanence l'ensemble des mouvements de la plateforme », détaille Dominique Comte.

 

Des postes conservés et de nouveaux métiers

« Nous avons choisi de rentrer de plain-pied dans le 21e siècle de la logistique, fait d'informatique, d'électronique, de mécanique, d'investissements et toujours d'hommes et de femmes » détaillait Stéphane Antiglio en inaugurant le 12 octobre 2018 la plateforme Logistéo. Une révolution qui aura demandé un changement « de culture et de méthode », tout en tenant la promesse de conserver tous les emplois de l'ancien au nouveau site, certains ayant évolué vers de nouveaux métiers liés notamment à la maintenance préventive des installations, le contrôle qualité des opérations... Pour aller dans le sens d'un accompagnement et d'un confort de travail apporté aux salariés, la luminosité du bâtiment a été améliorée, de même que les postes de travail, désormais plus ergonomiques avec des tapis anti-fatigue. Le site a en outre été équipé d'armoires ventilées dans les vestiaires et de deux salles de pause fonctionnelles. Pour garantir l'efficacité de l'installation, deux équipes de maintenance préventive d'Autodistribution sont à l'œuvre tandis que SSI Schäfer met également à disposition une équipe de maintenance curative, soit au total une dizaine de personnes.

 

À l'avenir, le site est prêt à accélérer son activité, ayant été dimensionné pour en amont. Doté de dalles renforcées pour des systèmes automatisés, il bénéficie également d'espaces encore vides susceptibles d'accueillir une montée en puissance. La mécanisation du site ne devrait d'autre part pas s'arrêter en si bon chemin et toucher également à l'avenir la zone de réception. D'ici 2020, l'intelligence artificielle devrait ainsi être utilisée pour contrôler, compter, dimensionner et ranger les produits dans l'entrepôt.

 

 

 

La plateforme Logistéo en chiffres

■ 38 000 m² de surface dont 20 000 m² acceuillant de l'automatisation ;

■ Capacité de stockage de 120 000 références ;

■ Capacité instantanée de 3 000 lignes de dépannage par heure ;

■ 3 000 mètres de convoyeurs ;

■ Un système Cuby, composé de 120 navettes sur 24 niveaux pour une capacité de 100 000 bacs.

Parc d'activités de l'A5
Agrandir le plan
BUZZ LOG
“Nous arrivons aujourd'hui dans un monde où il n'y a techniquement plus de barrières à l'interopérabilité. Nous devons donc adopter cette vision d'ouverture.”
— Lucien Besse, COO et co-fondateur de Shippeo
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine