Accueil / Actualités / Mobilités / Covid-19 : VNF et les acteurs du fluvial engagés pour garantir le transport de marchandises

Mobilités

Covid-19 : VNF et les acteurs du fluvial engagés pour garantir le transport de marchandises

30.03.2020 • 14h00
|
A_1

VNF/Françis Cormon

Malgré une baisse du trafic fluvial de marchandises de l’ordre de 40 %, Voies navigables de France réaffirme son engagement pour maintenir le transport de produits essentiels tout en assurant la sécurité du réseau hydraulique.

Si depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, Voies navigables de France (VNF) a constaté une baisse du trafic fluvial de marchandises de 40 %, due au ralentissement de l’activité économique et des difficultés d’approvisionnement rencontrées par les chargeurs, le fret fluvial est maintenu pour continuer à assurer l’alimentation en produits essentiels : « produits alimentaires et énergétiques, mais aussi des produits sensibles qui ne peuvent pas prendre la route, ou encore l’évacuation des déchets et leur valorisation », précise VNF dans un communiqué paru lundi 30 mars.

 

Poursuivre les approvisionnements en produits essentiels

L'établissement public qui compte 4 000 personnels et gère 6 700 km de fleuves, canaux et rivières canalisées, 4 000 ouvrages d’art (écluses, barrages, pont-canaux…) et 40 000 hectares de domaine public fluvial,  indique ainsi avoir adapté, dès le 17 mars,  son organisation dans l'objectif de maintenir ses activités indispensables. Des adaptations qui ont eu lieu de manière concertée entre VNF et les acteurs de la profession, en tenant compte de leurs différentes contraintes. « Les directions territoriales de VNF restent en permanence à la disposition des professionnels pour échanger avec eux sur leurs contraintes et leurs besoins. Nous assurons également un contact régulier avec les organisations professionnelles nationales, comme Entreprises Fluviales de France, pour évaluer la pertinence de notre dispositif et faire évoluer les mesures prises, pour faciliter autant que possible la vie des chargeurs et des transporteurs », indique Thierry Guimbaud, directeur général de VNF. Du côté administratif, les employés VNF ont massivement adopté le télétravail tandis que les plannings des agents de terrain ont été réorganisés afin de respecter les mesures de distanciation sociale.

 

Aujourd'hui, malgré la diminution du trafic, le transport fluvial de marchandises poursuit donc son activité sur les 2 400 km de réseau à grand gabarit gérés par VNF, reliant les grands ports maritimes, les pôles industriels et les grandes agglomérations. Les installations liées à la navigation commerciale, sont quant à elle maintenues à l'heure actuelle mais réduite à 10 heures par jour. Avec ces adaptations, plus de 90 % du trafic existant avant la période de confinement est encore en mesure de passer. En ce qui concerne le réseau à petit gabarit, le long duquel beaucoup d'entreprises ont suspendu leurs activités, l’ouverture des installations pour le transport de marchandises se fait à la demande des chargeurs auprès des directions territoriales de VNF. Du côté de la navigation touristique et de plaisance, elle est évidemment suspendue pour le moment, dans le respect des restrictions de déplacements demandées par le gouvernement. Pour soutenir ses acteurs, Voies navigables de France a par ailleurs supprimé depuis le 13 mars tous les péages pour les bateaux de commerce, jusqu’à ce que la situation soit revenue à la normale. Une reprise d'activité, qui lorsqu'elle sera annoncée par l'Etat, ne nécessitera pas plus de trois semaines  avant une remise en service de l'ensemble du réseau, indique VNF. 

 

« Dans ce contexte difficile, je tiens à saluer l’engagement et la mobilisation de l’ensemble des agents de VNF sur le territoire pour assurer le maintien du service public. Je pense notamment à nos agents d’exploitation et de maintenance, car le bon fonctionnement de nos écluses et barrages est une priorité, à la fois pour permettre la circulation des bateaux de marchandises sur notre réseau, mais aussi pour mener à bien une autre mission essentielle de VNF, la gestion de l’eau », commente Thierry Guimbaud. Réuni avec les professionnels des secteurs maritimes, portuaires et fluviaux en audioconférence le 27 mars dernier, Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports, a de son côté réaffirmé leur caractère essentiel dans le maintien des chaînes logistiques, saluant la poursuite de leurs activités « indispensables à la continuité de la vie économique du pays ».

BUZZ LOG
“Les entreprises ont tendance à considérer leur supply chain comme un levier et à oublier que certains modes de fonctionnement avec les clients et des fournisseurs peuvent également être créateurs de valeur”
— Elisabeth Auzanneu, associée chez Diagma
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine