Accueil / Actualités / International / Bolloré va construire un chemin de fer de plus d’1 milliard d’euros en Afrique de l’Ouest

International

Bolloré va construire un chemin de fer de plus d’1 milliard d’euros en Afrique de l’Ouest

24.08.2015 • 11h00
|
A_1

Le Groupe Bolloré, via sa filiale Bolloré Africa Logistics, a signé le 13 août 2015 avec les gouvernements du Niger et du Bénin les conventions de concession de construction et d'exploitation des infrastructures d’un chemin de fer reliant Cotonou (Bénin) à Niamey (Niger).

Bolloré Africa Logitics se hisse au rang de partenaire principal du projet de construction de la grande boucle ferroviaire d’Afrique de l’Ouest, prévoyant la mise en service de quelque 2700 km de rails pour relier le Burkina-Faso, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Niger et le Bénin. Selon une porte-parole de Bolloré Africa Logistics, citée dans un article des Echos, les conventions de concession de construction et d’exploitation de la ligne reliant Cotonou à Niamey « régiront un tronçon ferroviaire de 1.065km […]. Le groupe Bolloré finance les travaux de construction et de réhabilitation sur fonds propres, à raison de 1 million d’euros du kilomètre, soit environ 1 milliard pour le tronçon Cotonou-Niamey. »


Les conventions ont été cosignées par le directeur général Chemins de fer du Groupe Bolloré, Thiery Ballard, par le Premier ministre nigérien Brigi Rafini et son homologue béninois Lionel Zinsou. « Jamais il n’a été fait un investissement aussi important dans aucun de nos pays d’Afrique de l’Ouest. Au Niger et au Bénin, on n’avait jamais pu mobiliser - sans que cela coûte 1 franc de dette puisque c’est un investissement privé – autant : un milliard deux cent millions d’euros, sept cent cinquante milliards de francs CFA qui en cinq ans vont permettre de réhabiliter les voies […] et créer une vraie activité de transport de passagers et de marchandises », a indiqué Lionel Zinsou à l’ORTB, chaîne de télévision publique du Bénin.

BUZZ LOG
“Ce que demandent les logisticiens à la géolocalisation, c’est de pouvoir réaliser un audit éphémère de leurs flux stratégiques”
— Loïc de Kerhor, directeur général d’Arenzi
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine