Accueil / Actualités / Éditeurs / Une nouvelle solution Amber Road pour économiser sur les droits de douane

Éditeurs

Une nouvelle solution Amber Road pour économiser sur les droits de douane

11.06.2019 • 10h58
|
A_1

Amber Road

L'éditeur spécialiste des solutions de gestion du commerce international a développé un outil de simulation de retour sur investissement qui vise à réaliser des économies sur les droits de douane.

Dans le cadre des échanges internationaux, la réduction des droits de douane est l'une des méthodes les plus simples pour permettre un meilleur rendement financier de la supply chain. Un objectif que l'éditeur Amber Road souhaite permettre de manière optimisée avec son nouvel outil de simulation de retour sur investissement qui calcule instantanément les économies susceptibles d'être mises en place sur les droits de douane. Se basant sur les informations de la base de données Global Knowledge (qui comprend le contenu réglementaire de plus de 170 pays), elle permet de comparer les différentes routes commerciales et leurs frais respectifs.

 

« Il existe plus de 500 accords commerciaux dans le monde, à la disposition des entreprises. Ils sont une source d’économies potentielles inestimable. Notre outil de simulation de retour sur investissement nous permet d’établir un diagnostic rapide et concis. Il identifie les routes commerciales qui pourraient bénéficier de droits de douane préférentiels et calcule les économies à réaliser presque instantanément. Un diagnostic plus poussé avec nos clients nous permet également de définir de nouvelles routes commerciales pour les flux entrants et sortants, contribuant à une meilleure gestion des accords commerciaux préférentiels tout en améliorant la rentabilité » détaille Reinhard Poelzl, directeur solutions chez Amber Road. De quoi permettre aux entreprises dotées d'une plateforme de gestion de digitaliser et d'automatiser leurs processus commerciaux et de réagir aux évolutions du commerce international.

BUZZ LOG
“Il est nécessaire d'augmenter la résilience des sous-traitants. Cela doit passer obligatoirement par des plans de continuité d'activité et également par des demandes d'assurances cyber, aujourd'hui peu développées dans le cadre d'entreprises de taille moyenne”
— Philippe Cotelle, risk manager d'Airbus Defence & Space
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine