Accueil / Actualités / Immobilier / Un sondage Afilog révèle les conséquences du Covid-19 sur l'immobilier logistique

Immobilier

Un sondage Afilog révèle les conséquences du Covid-19 sur l'immobilier logistique

21.04.2020 • 09h38
|
A_1

EFAFLEX_Schnelllauftore

À l'occasion d'un sondage mensuel à destination de ses adhérents, Afilog a pu identifier les premières difficultés et doutes qui traversent l'immobilier logistique face à la crise sanitaire et au confinement.

Loin d'être épargné par la crise sanitaire actuelle, le secteur de l'immobilier logistique affiche ses capacités d'adaptation malgré les incertitudes quant à la continuité de ses projets. C'est en tout cas le constat qu'à fait Afilog, association professionnelle représentant les métiers de l’immobilier logistique et de la supply chain, dans une nouvelle enquête lancée au début du mois auprès de ses adhérents.

 

Premier constat, la baisse de l'activité au mois de mars, avec 51 % des répondants affichant une diminution, dont 21 % en forte baisse de par la suspension des chantiers, la fermeture des entrepôts ou l'impossibilité de visite sur site. L'autre moitié du secteur affiche une activité normale ou en hausse, s'étant concentrée sur la gestion clients et prestataires (principalement pour les entrepôts de la grande distribution et de l'alimentaire), la négociation des délais, le travail avec les administrations, tout en constatant tout de même un ralentissement des affaires nouvelles. Plus généralement, 42 % des répondants ont l'intégralité de leurs chantiers arrêtés, et 26 % ont cessé 75 % d'entre eux. Même constat du côté du traitement des dossiers administratifs, retardés chez 69 % des répondants.

 

Des avis partagés sur le retour à la normale

Des problématiques qui sont au cœur des questionnements du secteur. Les difficultés les plus citées par les adhérents d'Afilog sont justement le rallongement des délais d’instruction de permis de construire (66 %) et les problèmes liés à la gestion de la main-d'œuvre (68 %) : absence d’une partie du personnel, complexité du télétravail,  manque de fournisseurs ou de sous-traitants sur les chantiers, sans oublier les problématiques sanitaires avec la pénurie d'équipements (masques...). Dans ces conditions, 59 % des répondants affirment avoir déjà fait appel aux aides d'État tandis que 29 % y pensent.

 

Mais les conditions actuelles ne brisent cependant pas un certain optimisme du secteur quant à sa capacité à sortir de la crise. À la question : « Sur une échelle de 1 à 10, comment pensez-vous que la chaîne logistique française est en mesure de faire face à la crise actuelle et notamment assurer l'approvisionnement des denrées de première nécessité ? (alimentation, matériel médical ...) », la réponse générale est de 8. Et quand on leur demande combien de temps sera nécessaire après le déconfinement pour retrouver leur niveau d’avant la crise, 28 % des entreprises interrogées estiment même ce délai d'un à trois mois seulement. Mais la majorité (33 %) mise plutôt sur un retour à la normale seulement dans un an.

 

Pour Afilog, si la période à venir va être inévitablement marquée par une récession économique forte, celle-ci ne devrait pas heurter le secteur de l'immobilier logistique trop violemment, celui-ci affichant une situation d'avant-crise solide et d'intéressantes perspectives d'évolution et de transformation : réorientation de la demande vers l'e-commerce, relocalisation de certaines productions avec un potentiel renouveau de la logistique industrielle, automatisation des entrepôts...

 

À noter qu'Afilog renouvellera son enquête sur le sujet auprès de ses adhérents à la fin du mois d'avril avec une nouvelle édition, afin de suivre les évolutions du secteur.

BUZZ LOG
“Les entreprises ont tendance à considérer leur supply chain comme un levier et à oublier que certains modes de fonctionnement avec les clients et des fournisseurs peuvent également être créateurs de valeur”
— Elisabeth Auzanneu, associée chez Diagma
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine