Accueil / Actualités / Mobilités / Kuehne+Nagel dévoile une nouvelle version de son outil seaexplorer

Mobilités

Kuehne+Nagel dévoile une nouvelle version de son outil seaexplorer

25.06.2020 • 10h50
|
A_1

Kuehne+Nagel

Lancé il y a plus d’un an, l’outil seaexplorer de Kuehne+Nagel, visant à offrir plus de transparence sur le transport maritime et aider à la prise de décision, vient de bénéficier d’une refonte complète que le prestataire présente dans le cadre de la SITL digitale.

Offrir plus de visibilité sur le transport maritime et aider les entreprises à optimiser leur performance : voilà l’objectif de l’outil seaexplorer lancé par Kuehne+Nagel il y a désormais plus d’une année. Pour le prestataire international, son développement répondait à une problématique du marché : un manque de transparence, de fiabilité et d’accessibilité sur les informations de transport. Pour les utilisateurs, les informations pouvaient en effet s'avèrer difficiles à trouver sur les différents sites de transporteurs, rendant la gestion de la performance complexe. « La plateforme seaexplorer offre une interface unique pour voir tous les itinéraires mondiaux de l’ensemble des transporteurs, afin de pouvoir consulter leur temps de transit, recueillir des informations sur les changements de service, de rotation, tout en mesurant l’impact de son transport sur l’environnement », raconte Stéphane Defives, directeur maritime chez Kuehne + Nagel France. Un outil d’aide à la décision, accessible librement aux clients de l’entreprise, qui permet d’avoir plus d’agilité et de garder une transparence sur l’ensemble des services et de la performance qui en découle.


Basé sur la geolocalisation

Concrètement, l’outil a accès à l’ensemble des informations des différentes compagnies (63 000 itinéraires, plus de 3 400 navires) à travers la localisation GPS des navires. « Ces données nous servent de source et nous y adjoignons un certain nombre d’algorithmes  et de technologie big data qui vont venir calculer, par rapport à la localisation du navire et l’emploi du temps de la compagnie, s’il aura du retard – ce qui nous permet de travailler sur l’ETA prédictive. Dès lors qu’un navire a fini une rotation, nous pouvons voir le décalage entre ce qui a été annoncé et le transit time réel », raconte Karine Vely, customer solutions and international supply chain manager. Pour garder ses données à jour, Sea Explorer se base sur les historiques des deux derniers mois et peut ainsi déterminer si la compagnie est plus ou moins fiable sur ses estimations d’ETA (avec un système de notation de A à F).

 

Sur l’outil, les utilisateurs voient donc, pour un trajet donné, les différentes prestations proposées par les compagnies de transport, avec les durées réalistes estimées (à côté des durées proposées par les compagnies). « Cela permet au client de définir quel service est le plus pertinent à utiliser par rapport à son besoin », souligne Karine Vely, rappelant que pendant la crise sanitaire certaines entreprises préféraient ainsi prendre des prestations plus longues afin de mieux gérer l’arrivée de leurs marchandises – un principe que l’on appelle le « slow steaming ». Autre avantage de la plateforme : apporter une vision sur les valeurs et les niveaux d'émissions de CO2 du transport afin d'intégrer la problématique environnementale dans les décisions supply chain. « Nous sommes capables de déterminer les émissions par tonne déplacée, ce qui peut aider les entreprises qui visent la neutralité », précise Stéphane Defives.

 

La solution seaexplorer a été refondue intégralement côté interface au début du mois de juin 2020 par Kuehne+Nagel afin d’offrir une vision plus synthétique et immédiates des différents services. « En un clic sur un navire, on peut voir sa position actuelle et le calcul de son ETA par rapport au prochain port qu’il va atteindre », conclut Karine Vely.

 

 

seaexplorer en images :

BUZZ LOG
“Les entreprises ont tendance à considérer leur supply chain comme un levier et à oublier que certains modes de fonctionnement avec les clients et des fournisseurs peuvent également être créateurs de valeur”
— Elisabeth Auzanneu, associée chez Diagma
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine