Accueil / Dossiers / Transversal / France Logistique : création et projets

Transversal

France Logistique : création et projets

06.05.2021 • 09h05
|
par Charlotte COUSIN
D_1

DR | Anne-Marie Idrac

Depuis sa création, France Logistique entend traiter les enjeux du secteur et les défis à relever pour une meilleure structuration du dialogue public-privé. La présidente de France Logistique, Anne-Marie Idrac, revient sur la création et les projets de cette nouvelle voix du monde de la logistique et du transport.

1. Entretien avec Anne-Marie Idrac, présidente de France Logistique

 

Le premier Cilog s’est tenu fin décembre 2020, un pas décisif pour le secteur ?

Le plus important est qu’il ait eu lieu pour manifester justement que tout le gouvernement, porté par deux ministres désignés, s’intéresse à la logistique. Cela est primordial en termes de reconnaissance et d’entrée dans la cour des grands sujets politiques. Ce qui est appréciable, c’est que les mesures annoncées ou confirmées lors de ce comité intègrent une vision transverse de l’ensemble des maillons de la chaîne. Elles sont toutes intéressantes et constituent des points de départ.

 

Quels sont encore aujourd’hui encore les écueils à affronter pour la filière ?

Il reste beaucoup de sujets techniques de compétitivité à traiter, mais aussi des sujets politiques. Malheureusement, après la reconnaissance de la deuxième ligne durant le confinement, la tendance au « logistique bashing » revient assez vite, que ce soit sur les entrepôts au prétexte de l’artificialisation des sols ou les camions au motif de leurs motorisations diesel. Dans le contexte du projet de loi issu de la Convention citoyenne sur le climat, le conseil d’administration de France Logistique considère comme prioritaire de travailler à une communication positive et constructive sur le secteur. Il y a donc à la fois un travail administratif à réaliser avec divers ministères, politique avec les ministres et le Parlement, et, en arrière-fond, un travail de communication plus large en direction de l’opinion publique. Notre thématique est : « La logistique, ce n’est pas un problème mais des solutions ».

 

Avec l’ambition également de travailler au plus près des régions ?

C’est l’un des nouveaux enjeux effectivement, d’autant plus que les élections régionales se profilent. Aujourd’hui, il n’existe pas vraiment de compétences des régions en la matière, sauf pour les grandes infrastructures ; en outre, les compétences des agglomérations ne sont pas parfaitement claires. À travers un travail avec certaines régions ou métropoles et leurs associations, nous allons voir comment faire en sorte qu’elles organisent des concertations avec les acteurs pour que la logistique soit prise en compte dans les outils d’aménagement du territoire et les stratégies locales. La préparation de la loi 4D [« Décentralisation, déconcentration, différenciation et décomplexification »] peut être un vecteur pour ce type de débats.

 

Quelles sont les étapes à venir pour France Logistique ?

Le principe de la tenue d’un prochain Cilog est acquis avec le gouvernement, même s’il n’y a pas de date prévue à ce jour. Nous envisageons d’autre part de travailler au sein de France Logistique à un Livre Blanc : un document de synthèse et de vision en vue des échéances à la fois européennes et nationales de 2022. Enfin, nous allons mettre en place un site internet au premier trimestre 2021 où un certain nombre de documents seront disponibles, notamment nos prises de position sur les sujets d’actualité d’intérêt transverse.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine