Accueil / Dossiers / Immobilier / Sur le Cosmetic Park d'Arefim, 78 hectares de logistique responsable

Immobilier

Sur le Cosmetic Park d'Arefim, 78 hectares de logistique responsable

09.12.2021 • 09h08
|
par Emilien VILLEROY
D_1

Cyrille Dubreuil

C’est près d’Orléans que la foncière Arefim GE développe un grand parc thématique tourné vers l’industrie cosmétique, très présente dans la zone, mais aussi ouvert à d’autres entreprises pour des activités logistiques et tertiaires. Ce Cosmetic Park accueille aujourd’hui plusieurs acteurs, parmi lesquels les Parfums Christian Dior depuis 2019 (sur 18 000 m²), Deret Logistique (28 000 m²) et L’Oréal (35 000 m²) depuis 2020. Autour d’eux, d’autres entreprises (IBM, Norbert Dentressangle) et un vivier d’installations variées : crèche, restaurant, hôtel, terrains sportifs et équipements à destination des cyclistes, deux hectares de bassins paysagers, et un parcours sportif en forêt. « Le concept est de créer un campus où l’on trouve tous les services nécessaires pour faciliter le quotidien des usagers et favoriser leur bien-être, tout en profitant de la nature et des espaces extérieurs », résume Arefim. Une conception responsable qui se décline d’un bout à l’autre du parc, en commençant par le foncier. Le Cosmetic Park se situe sur un terrain de 78 hectares, dont 17 de bois classés et entretenus. Au total, seulement 30 % de sa surface est dédiée à l’activité économique. « Un intérêt tout particulier a été porté au traitement paysager, en recherchant l’équilibre entre les activités et le milieu naturel, et en prenant des mesures de réduction de l’impact sur l’environnement ». La pollution visuelle nocturne est limitée grâce à des luminaires avec détection de présence, des habitats naturels ont été créés (pierriers, mares, haies...) en lien avec le label BiodiverCity et les eaux pluviales sont traitées par une série de bassins végétalisés, sur chacun des sites puis à l’échelle du parc.

 

Du côté du bâti, des efforts ont été faits pour construire des sites affichant de bonnes performances énergétiques, mais aussi pour utiliser les sources de chaleur locales, afin de tendre vers un parc neutre en émissions de CO2 et autonome en approvisionnement énergétique. Le bâtiment de l’Oréal a particulièrement été travaillé en ce sens, intégrant différents types d’énergies renouvelables : une chaufferie biomasse pour les cellules de l’entrepôt, du photovoltaïque sur la toiture en autoconsommation avec un système de pilotage des usages de l’énergie en fonction de la production, et 14 sondes géothermiques pour l’alimentation des zones de bureaux avec des fluides frigorigènes à très faible impact. Résultat : un gain énergétique de 59 % sur les valeurs de références, aucune utilisation d’énergie fossile sur le site. Des efforts certifiés : l’entrepôt de Dior affichant d’ores et déjà un Breeam Good, tandis que les deux autres sont en cours de certification (Breeam Good pour Deret Logistique, et un trio prestigieux pour l’Oréal, qui vise Breeam Excellent, Leed Gold et Biodivercity). « Le cœur de notre stratégie est orienté vers l’environnement, la biodiversité et le bien-être. Tous nos projets sont conçus autour de ces enjeux, avec une politique RSE forte », estime Arefim.

 

> Retrouvez les autres articles de notre dossier « L'immobilier logistique s'engage pour la performance environnementale ».

 

 

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine