Accueil / Rencontres / Interview / Rencontre avec Philippe Bourriot, directeur général de Dispeo

INTERVIEW

Rencontre avec Philippe Bourriot, directeur général de Dispeo

01.06.2021 • 09h22
|
par Emilien VILLEROY
A_1
Il n’y a pas un bon process pour tout le monde, mais une variété de solutions qui répondent à autant de besoins.
Spécialiste de la préparation de commandes e-commerce au sein du Groupe Hopps, le logisticien Dispeo poursuit son développement afin de répondre aux exigences et volumes croissants de son secteur. Philippe Bourriot, nommé directeur général en début d’année, détaille la stratégie de l’entreprise et ses perspectives pour 2021.

Quel regard portez-vous sur le marché du e-commerce en France ?

Chez Dispeo, nous voulons nous inscrire pleinement dans le boom de la vente en ligne, en accompagnant les acteurs de ce secteur dans toutes les facettes de leur supply chain e-commerce, afin de répondre à la croissance forte que connaît le secteur. Depuis le début de la crise sanitaire, nous constatons des développements contrastés selon les entreprises : les grands pure player progressent très vite, alors que les enseignes omnicanales sont plus à la peine, ayant dû gérer les fermetures de leurs boutiques pendant de longs mois. Mais nous constatons aussi l’émergence de beaucoup de nouveaux acteurs : le consommateur français s’est habitué à acheter en ligne un éventail de produits de plus en plus large, offrant de belles opportunités pour des jeunes entreprises dans des secteurs de niche. Dispeo souhaite accompagner celles-ci dans leur croissance et dans la structuration de leur supply chain, en analysant leurs besoins logistiques et en développant avec elles une prestation fiable, avec des process répétables. Pour cela, nous utilisons des méthodes et des outils industriels sur nos plateformes logistiques.

 

Quel est le réseau de Dispeo en 2021 ?
Nous disposons de quatre entrepôts, faisant en moyenne 35 000 m², soit un total de 300 000 m² de surfaces logistiques en France, en comptant les mezzanines. Nous traitons 25 millions de commandes par an pour 60 clients avec 95 millions d’euros de chiffre d’affaires. Nous sommes historiquement situés dans le nord de la France, mais nous travaillons pour étendre notre réseau dès cette année. Cela se fera par la densification de certains sites qui peuvent encore accueillir plus de mezzanines, principalement pour les clients de taille moyenne, mais aussi par l’ouverture de nouveaux bâtiments, au sud de la région parisienne ou en région lyonnaise, afin d’équilibrer le réseau, en accompagnant des clients.

 

Comment concevez-vous la prestation e-commerce ?
Nativement, nos plateformes sont multi-clients. Dans une même cellule, nous accueillons différentes entreprises, ce qui nous permet de mutualiser les moyens et les compétences, de bénéficier d’un équilibrage entre les pics et creux de l’activité de chaque acteur, et surtout de créer une porosité de l’innovation. Sur nos sites, nous réunissons ainsi des communautés de petits e-commerçants autour de très grands acteurs pour créer un effet de masse : tout apport technique ou astuce mise en place pour un client peut donc bénéficier aux autres. Dans le packaging pour le textile par exemple, nous sommes capables de mutualiser l’utilisation des outils automatisés. De plus, cette proximité entre les acteurs et notre capacité à traiter tout type de flux nous rend capables de suivre et accompagner un petit e-commerçant dans sa croissance si jamais il rejoint les plus grands.

 

Sur quelles technologies vous appuyez-vous ?
Nos process vont d’activités très manuelles jusqu’à une mécanisation quasi-complète de la supply chain, avec trieurs, miniloads ou convoyeurs. Il n’y a pas un bon process pour tout le monde, mais une variété de solutions qui répondent à autant de besoins, et nous souhaitons continuer de miser sur cette diversité au sein de nos plateformes. Dispeo s’est équipé très tôt de solutions de pointes sur ses différents sites, avec des spécialisations qui en découlent : dans le Nord, nous avons un des plus grands trieurs de France pour le textile, tandis que près de Beauvais (60), nous disposons d’un shuttle miniload depuis de nombreuses années. Nos investissements aujourd’hui portent plus sur des besoins périphériques, tels que des machines pour le packaging. Les solutions que nous installons doivent être pérennes, ce qui passe nécessairement par des discussions en amont avec nos clients. Nous voulons êtes partenaires, plus que prestataires.

 

Vous avez récemment annoncé une offre basée sur l’IA, pouvez-vous nous en dire plus ?
Si le cœur de notre activité passe par la logistique en entrepôt, nous proposons des prestations complémentaires : l’aide à la connexion aux marketplace par exemple. C’est dans ce cadre-là que nous faisons évoluer notre offre, du côté du transport cette fois. L’idée est de développer une solution basée sur l’IA qui choisira pour nos clients, au moment de l’impression de l’étiquette d’expédition, le meilleur transporteur en temps réel, en fonction des contraintes de qualité, de poids ou de délai. Nous comptons également la faire évoluer dans le temps pour traiter d’autres contraintes, comme le calcul du CO2. Cette offre est déjà en test et va être progressivement généralisée à partir de l’été 2021. C’est une petite révolution pour notre activité, et il est donc crucial d’échanger sereinement en amont avec nos e-commerçants et de revoir la façon dont nous interagissons avec eux, pour bien comprendre leurs enjeux.

 

Avez-vous des exemples de collaborations récentes entre des e-commerçants et Dispeo ?
Nous avons signé avec plusieurs jeunes pousses de la vente en ligne. Tout d’abord, La Bourse aux Livres, qui propose de la vente de livres de seconde main et affiche une croissance très impressionnante. Son activité est particulière car elle passe par de forts flux de reverse logistic. Nous avons également signé avec The Bradery, qui propose des ventes privées sur des marques textiles de luxe, et a démarré sur notre site près de Lille. Fin 2020, nous avons également débuté une activité de prestation pour Japhy, qui propose de l’alimentation pour animaux personnalisée pour chaque chien, et pour lequel nous avons mis en place un système logistique spécifique. Parallèlement, nous avons prolongé nos collaborations avec des grands acteurs comme Showroomprivé et Beauté Privée.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine