Accueil / Reportages / Chargeurs / Une future plateforme XXL Zalando à 300 millions d’euros en Île-de-France

Chargeurs

Une future plateforme XXL Zalando à 300 millions d’euros en Île-de-France

06.10.2022 • 10h39
|
par Emilien VILLEROY
Rimg0

Voxlog

RTimg0
Rimg1 RTimg1
Rimg2
Laura Toledano (DG France Zalando) lors de la cérémonie
RTimg2
Rimg3 RTimg3
Le 29 septembre 2022, Zalando et Gemfi (filiale promotion de Gicram Groupe) plantaient le premier arbre de la future plateforme logistique de Montereau-sur-le-Jard (77), dans la Zac du Tertre. Un bâtiment de 140 000 m² qui sera le deuxième entrepôt de l’e-commerçant en France, pour un investissement de 300 millions d’euros.

Pour son deuxième bâtiment en France, le géant du e-commerce Zalando a décidé de voir grand. Si l’entreprise bénéficiait déjà d’un premier site dans l’Hexagone, du côté de Moissy-Cramayel (77), ouvert en 2017 et qui affichait une surface de 20 400 m², son deuxième entrepôt à Montereau-sur-le-Jard s’étendra lui sur 142 000 m², au cœur de la nouvelle Zac du Tertre. Une installation, résultat d'un investissement de 300 millions d'euros, qui s’explique par le développement fort de l’enseigne e-commerce ces dernières années et son besoin d’étendre son maillage européen, comme l’explique sa directrice générale France, Laura Toledano : « Alors que Zalando était à la base plutôt localisé en Allemagne, nous allons désormais de plus en plus vers des stratégies locales, au plus proche des besoins de chaque pays. Avec ce site logistique, nous allons pouvoir soutenir notre croissance qui repose sur trois piliers : un large assortiment, un meilleur service pour les 5 000 marques avec lesquelles nous travaillons, et davantage de qualité pour nos clients afin de leur offrir des livraisons plus rapides ». De quoi permettre de doubler au moins la part de commandes expédiées depuis la France par rapport à l’organisation actuelle à Moissy-Cramayel, qui s’appuie encore beaucoup sur des entrepôts basés en Allemagne. « Nous continuerons sans doute en partie sur ce fonctionnement, car même si la taille de notre futur entrepôt permettra de traiter l’ensemble des flux français, l’optimisation de notre réseau nous amènera certainement à nous appuyer sur des plateformes frontalières, pour améliorer le service au client et réduire les distances parcourues », indique Laura Toledano.

 

Le projet de Montereau-sur-le-Jard avait été dévoilé l’année dernière, par le fondateur de Zalando, Robert Gentz, à l’occasion du sommet Choose France, évoquant « la mise en place d’un entrepôt 4.0 hautement automatisé, et un tech hub spécialisé, pour répondre au développement et à l'entretien des lignes nouvelle génération ». Ce site livrera très majoritairement l’ensemble des clients français de l’e-commerçant, mais permettra aussi de toucher des clients en Belgique et en Espagne. « Nous voulons compléter notre maillage existant. Le site de Moissy-Cramayel, s’il nous a permis de nous mettre en route et de faire tampon, n’est pas optimisé pour l’e-commerce et ne dispose pas d’automatisation. Et aujourd’hui, nos ambitions en France sont bien plus importantes », résume Laura Toledano.

 

Une extension du réseau européen

Cette construction vient s’inscrire dans un plan plus large de développement du réseau logistique de Zalando en Europe. En dehors de ce nouveau site français, l’entreprise a d’autres projets en Pologne (où elle dispose de cinq plateformes dont une inaugurée à la mi-septembre) ainsi qu’en Allemagne à Giessen (pour un site de 130 000 m²), ce qui porte son réseau à 13 sites logistiques actuellement, et 16 dans les années à venir. En France, la construction du bâtiment est pilotée par Gemfi, la filiale promotion du groupe Gicram, qui travaille sur le projet depuis l’été 2019. « En trois ans d’échanges avec la région, le département et la communauté d’agglomération, nous avons pu œuvrer pour accueillir Zalando sur ce territoire et participer à la création de 2 000 emplois », explique Laurent Horbette, directeur général de Gemfi. Dans cette Zac inaugurée il y a 10 ans, et aménagée depuis quatre ans, ce projet a dû faire l’objet de nombreuses études préalables, avec des étapes de fouilles archéologiques et de déminage (le terrain ayant été très bombardé pendant la Seconde Guerre mondiale) et une modification du PLU pour implanter un bâtiment grande hauteur. Malgré ces difficultés, il vient s’inscrire dans un bassin d’emploi et un écosystème durable, situé à côté du groupe Safran, mais aussi à deux pas d’un entrepôt de Colissimo, expressiste avec lequel Zalando collabore régulièrement. Des navettes régulières et rapides entre les deux sites voisins sont d’ores et déjà évoquées pour l’expédition des colis.

 

Un site fortement automatisé

Côté volumes, l’immeuble vient trouver sa place sur un terrain de 20 hectares, sur lequel un bâtiment XXL a été conçu pour optimiser l’espace : 142 000 m² de surface, poussée à 250 000 m² de surface plancher en ajoutant les futures mezzanines sur quatre étages prévues à l’intérieur, permises grâce à la verticalité du bâtiment, haut de 19 mètres. Une zone de bureaux de 10 000 m² est également prévue. Le bâtiment sera certifié Breeam niveau Excellent, grâce au travail du cabinet Architecture Espace : « Nous avons banni toute énergie fossile, et le chaud comme le froid seront assurés sur le site par des pompes à chaleur électriques qui seront alimentées en partie par l’équipement photovoltaïque installé sur le toit. Celui-ci ira au-delà des surfaces règlementaires, fournissant jusqu’à 5 MW par an, nous permettant d’alimenter les espaces de travail ainsi que les process logistiques », détaille Laurent Horbette. L’aménagement et l’insertion paysagère du projet a par ailleurs fait l’objet d’un dialogue constructif au niveau local, avec la plantation d’une haie en lisière sud-est de l’opération pour masquer au maximum la vue depuis la ville de Montereau-sur-le-Jard : « Nous allons planter 80 arbres de 10 mètres de haut dès la fin de l’année ».

 

La construction du bâtiment a débuté il y a six mois, et deux cellules ont déjà été construites. Mais la route est encore longue avant la mise en service de la plateforme : si les huit cellules du bâtiment au complet seront livrées en fin d’année 2023, une année supplémentaire sera nécessaire pour installer l’ensemble des systèmes automatisés de la plateforme. « Nous allons mettre en place des réseaux de convoyeurs qui vont permettre à nos employés de ne pas porter de colis. Le site utilisera également beaucoup l’intelligence artificielle pour avoir une bonne répartition de notre assortiment dans l’ensemble de notre réseau logistique », souligne Laura Toledano. Des systèmes sur lesquels Zalando communique peu pour l’instant : « Nous travaillons, en interne, sur un cahier des charges de nos souhaits en termes d'intralogistique pour ce futur site. Ces prérequis seront ensuite analysés puis mis en place avec des partenaires appropriés qui fourniront la technologie (convoyeurs, trieurs, etc.). À date, nous ne sommes pas en mesure de vous partager les partenaires sélectionnés mais nous vous tiendrons informés à l’avenir », déclare l’entreprise. Ces solutions (incluant du stockage suspendu et des tours de picking) permettront d’optimiser le stockage et la préparation. Après ce démarrage fin 2024, à 30 % de capacité, la montée en charge se fera progressivement sur l’année 2025, avec l’aide d’un prestataire que Zalando n’a pas encore souhaité dévoiler.

 

La future plateforme logistique de Zalando en chiffres :

■ 142 000 m² de surface poussés à 250 000 m² avec les mezzanines ;
■ 19 mètres de hauteur ;
■ Terrain de 20 hectares ;
■ 2 000 salariés en 2024-2025 ;
■ 300 millions d'euros d'investissement global ;
■ Un doublement des expéditions Zalando au départ de la France.

Zalando
Agrandir le plan
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine