Accueil / Reportages / Innovation / Lyreco se modernise avec un système goods-to-person Savoye

Innovation

Lyreco se modernise avec un système goods-to-person Savoye

08.10.2021 • 11h30
|
par Charlotte COUSIN
Rimg0

Voxlog

RTimg0
Rimg1 RTimg1
Rimg2 RTimg2
Rimg3 RTimg3
Rimg4 RTimg4
Lyreco fête les 20 ans de son centre de distribution de Digoin en Saône-et-Loire avec un nouveau système goods-to-person X-PTS de Savoye capable d'accueillir 47 000 bacs de stockage sur 26 niveaux. Une installation venue renforcer les capacités de l'entreprise tout en s'inscrivant dans un projet de modernisation plus large intégrant de nouvelles technologies au sein d'une démarche RSE globale.

100 ans en 2026 ! En vue de cet anniversaire, la société Lyreco, spécialiste de la distribution de produits et de services pour l’environnement de travail se fixe une nouvelle feuille de route stratégique. La modernisation de l’un de ces deux centres de distribution nationaux à Digoin en Saône-et-Loire en fait partie. Un site qui fête également ses 20 ans cette année. Pour l’entreprise nordiste implantée en propre sur 25 pays et capable d’en desservir 42 avec un effectif de 10 000 employés, la filiale française demeure la zone « historique » du groupe, enregistrant 500 millions d’euros de chiffre d’affaires (pour deux milliards sur le groupe), pour 10 800 commandes traitées et 60 000 colis livrés quotidiennement. L’organisation logistique autour du site de Digoin et le second à Villaines-la-Juhel en Mayenne, passe également par 41 centres d’éclatement sur le territoire. Pour passer ce centenaire, « nous avons l’intention de poursuivre notre politique de proximité avec le client, explique Daniel Dendievel, directeur logistique de Lyreco France. Nous ne sommes pas une entreprise de VAD. L’histoire de Lyreco ce sont des commerciaux sur le terrain et une force de logistique internalisée ».


Extension de gamme avec Intersafe

Une politique qui passe également par le développement des positions de Lyreco en matière d’EPI (équipements de protection individuels). « Nous voulons devenir un des leaders européens de ce marché », poursuit le directeur logistique. Cette ambition est portée par l’acquisition en décembre 2018 d'un acteur du marché des EPI, Intersafe, implanté sur la France et au Benelux, ainsi que par l’annonce en septembre 2021 de la fusion des deux entreprises, Intersafe devenant une marque de Lyreco à partir du 1er décembre 2021. Avec cette intégration, Lyreco développe considérablement sur son site de Digoin de 37 000 m², son nombre de références qui passe de 16 000 à 25 000. Pour autant, pas de déménagement prévu, mais une réorganisation. L’entreprise s’est récemment doté d’un système GTP (goods-to-person) X-PTS de la société Savoye capable de stocker l’équivalent de 40 000 bacs de stockage « avec une capacité à terme de 47 000 », indique Rafik Hached, directeur du site. Un réaménagement qui permet, avec une même surface, de stocker plusieurs milliers de références supplémentaires. « Il s’agissait d’agrandir la capacité sans agrandir le bâtiment, stipule le directeur logistique. Tel qu’il est dimensionné, le GTP permet d’accueillir 9 000 références et nous avons pour le moment équipé 21 des 26 niveaux donc nous avons encore la capacité d’en rajouter cinq avec des navettes et des bacs. Ce système nous permet vraiment de gagner en efficacité, productivité, condition de travail, et capacité de référencements ».

 

11 millions d’euros d’investissements

S'étalant sur 12 m de hauteur et 75 m de largeur, l’impressionnante installation représente la majeure partie de l’enveloppe des 11 millions d’euros investis par Lyreco dans sa modernisation. Le X-PTS vise plusieurs objectifs : « Soutenir notre croissance, augmenter le nombre de références stockées par rapport aux ventes multi produits, multicanal et également améliorer la partie qualité de vie et sécurité au travail ». Le tout autour de trois priorités : la performance opérationnelle pour une meilleure qualité de service, l’ergonomie, la sécurité pour les collaborateurs et l’impact environnemental. L’investissement couvre également un nouveau système de contrôle pondéral avec des balances disposées sur le réseau de convoyeurs qui vont détourner vers un poste de contrôle les colis en erreur de poids, suite à une anomalie de préparation ou de dimensionnement de l’article. « Ce contrôle va nous permettre de mettre à jour notre base de données et d’avoir la bonne détermination des colis pour avoir la bonne capacité de transport et ne pas transporter de vide », poursuit Rafik Hached. Compris dans ces 11 millions également : l’automatisation du lancement des commandes pour remplacer la préparation manuelle (avec un ordonnancement et un étiquetage selon les ordres de départ), et enfin la mise en place d’un WCS qui va piloter toute la chaine de préparation. « Les commandes arrivant tout au long de la journée, cela peut créer des phénomènes de bouchon sur le convoyeur. Un système d’intelligence a donc été mis en place par Savoye, apportant la vision du nombre de cartons et de lignes à préparer dans chacun des postes de travail. Celui-ci va adapter le lancement des colis de façon à fournir une charge de travail régulière », décrit Daniel Dendievel.

 

Une montée en charge progressive

Pour cette installation, déployée en juillet 2021, Lyreco s’est naturellement tourné vers Savoye - « le plus performant et celui qui permettait le mieux d’augmenter la capacité relativement rapidement », selon le directeur logistique. Ce dernier avait déjà eu l’occasion d’équiper deux des sites de l'entreprise en Italie et en Suisse. Face à différents types de préparation, comment choisir ce qui allait rentrer dans l’outil de Savoye ? « Cela n’avait pas de sens de mettre le pré-colisé, vendu dans l'emballage fournisseur, dans un outil comme le GTP. Pour certains produits qui étaient en revanche adaptés au X-PTS mais se vendent énormément, cela n’avait pas non plus d’intérêt, car cela impliquait de passer son temps à remplir les bacs d’un côté et les vider de l’autre. À l’inverse, sur les produits qui se vendent très peu, pourquoi aller les disposer dans une installation ultra-moderne super performante pour que le bac ne bouge que toutes les trois semaines ? », interroge Daniel Dendievel. Les produits à très forte et faible rotation sont donc restés dans une installation traditionnelle tandis que tous les produits intermédiaires « qui représentent 60 % des lignes de commandes », ont trouvé leur place dans le GTP afin d’atteindre « le meilleur rapport investissement/efficacité ». L’aspect ergonomique a également été considéré avec une réduction des risques de TMS. Cinq postes de préparation de commandes sont aujourd'hui accolés au système pour une capacité maximum de 1 500 lignes à l’heure (300 à 350 lignes par poste), visant à terme 1 600. La montée en charge est progressive :  « On devrait passer à 21 000 lignes par jour d’ici quelques mois », indique le directeur du site.


De l’automatisme, du dynamique et du casier

Concrètement, la zone de réception devant l’installation de Savoye conduit à séparer la marchandise selon sa destination. C’est là qu’a lieu la mise en bac permettant de charger le GTP. « Le réceptionnaire ventile les flux et les produits selon le type de magasin », indique Rafik Hached. Sur le GTP, des petits robots vont ensuite prendre le bac et le positionner dans un endroit spécifique selon ses critères de sortie. « Lors de la préparation, ces petits robots vont chercher le bac, passer par l’ascenseur et sur le convoyeur pour arriver sur la zone de préparation de commandes en mezzanine ». Un espace doté de cinq postes où chaque opérateur va scanner l’étiquette, préparer son colis puis valider en effleurant un bouton avant que le colis ne reparte, soit à un autre poste pour un autre rendez-vous, soit sur d’autres lignes de préparation. Outre le GTP, le site fonctionne également avec des postes de préparation de commandes en dynamique, voire en dynamique inversée (les produits en face de l’opérateur avec un approvisionnement des articles par derrière), ou plus classique, en casier. Pour finaliser les commandes, le convoyeur à la sortie des postes GTP peut être amené à repasser par certains de ces postes pour compléter des colis. Précurseuse, la société s’est d’autre part dotée depuis 20 ans de quatre machines formeuses de carton de différentes tailles. Car l’axe RSE et développement durable sont prégnants dans la politique de Lyreco, et visible dès le parking du site qui accueille sur 7 100 m² des panneaux solaires, installés depuis novembre 2020 et alimentant aujourd’hui 930 foyers. L'entreprise a par ailleurs déployé dès 2016 une station GNV à Digoin. En plus d'une politique forte de recyclage de ses déchets, Lyreco voit encore plus loin avec un projet en décembre 2021 d’installation d’une chaudière biomasse, qui permettra de chauffer l’entrepôt avec des chutes de bois. L'aspect RSE passe aussi par la réduction de la pénibilité et l'amélioration des conditions de travail avec la mise en place de systèmes de levage et de port de charges, dont les travaux débuteront en janvier 2022. Et la seconde plateforme de Villaines-la-Juhel devrait, elle aussi, faire l’objet d'avancées : « Nous travaillons sur un plan d’investissement encore plus important pour implanter un outil ultra moderne sur la partie expédition afin d’améliorer la qualité de vie au travail », termine Daniel Dendievel.

Le centre de distribution de Digoin en chiffres

■ 37 000 m²

■ 16 000  références

■ 32 000 lignes, 500 palettes, 20 destinations par jour

■ 47 000 bacs de stockage sur 26 niveaux pour le système goods-to-person

■ 9 000 références supplémentaires intégrées

■ 1500 lignes de commandes par heure

Lyreco
Agrandir le plan
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine