Accueil / Reportages / Prestataires / La Russie, « un pays à part dans le cœur de FM Logistic »

Prestataires

La Russie, « un pays à part dans le cœur de FM Logistic »

29.11.2017 • 09h02
|
par Isabelle GAZZOLA
Rimg0

DR | L'équipe FM Logistic et Eric Berthe de LVMH Parfums & cosmétiques

RTimg0
Rimg1 RTimg1
Rimg2 RTimg2
Rimg3 RTimg3
Rimg4 RTimg4
Rimg5 RTimg5
Rimg6 RTimg6
Dans un pays dont la superficie est de 31 fois celle de la France, le logisticien accompagne depuis près de 15 ans de nombreuses enseignes dans la réussite de leur supply chain. LVMH Parfums & cosmétiques, client de l’une de ses plateformes moscovites, compte sur son expertise pour réussir le virage de l’e-commerce.

Dès le début des années 90, FM Logistic a vu dans l’ouverture des marchés de l’Europe de l’Est, et notamment de la Russie, une opportunité d’augmenter le volume de son activité. « Avec son bon sens, Claude Faure, l’un des trois fondateurs du groupe, a choisi d’aller vers des terres où il n’y avait pas encore de prestataires logistiques afin d’accompagner certains de ses clients qui commençaient à s’y installer », raconte Jean-Christophe Machet, l’actuel président de FM Logistic. Et pourtant l’aventure russe a connu un démarrage plutôt chahuté. Avec la crise économique de 1998 où le rouble a dévissé, la plupart de ses clients font le choix de se retirer. Peu importe, quelques mois plus tard, la politique d’investissement à long terme du groupe lui donne raison : le pays redémarre et le logisticien bénéficie de sa position de précurseur. Aujourd’hui, il y possède 730 000 m² d’entrepôts (dont 660 000 m² sur Moscou) pour 8 000 employés et rencontre peu d’autres prestataires français et européens, comme l’explique Jean-Christophe Machet : « Notre premier concurrent est l’internalisation », avec par exemple le géant X5 Retail Group qui possède 11 000 magasins sur tout le territoire russe (dont les enseignes Piaterotchka, Perekrestok et Karoussel) et une trentaine d’entrepôts. 

 

De Phalsbourg en Moselle à Moscou

« Pays à part dans le cœur de FM Logistic », comme aime à le souligner son président, la Russie est un marché stratégique, vecteur de croissance ; la supply chain reste centrale dans la réussite des marques (comme Mars, LVMH, Leroy Merlin, Sony...) pour lesquelles le logisticien applique ses « concepts différenciants », comme le pooling qui mutualise les processus logistiques et le transport de plusieurs industriels. La création de valeur passera aussi par une réponse toujours plus en adéquation avec les grands sujets du moment — déjà pris en compte au niveau du groupe — tels que la livraison en ville, la révolution numérique ou l’automatisation. Christophe Menivard, directeur général Europe de l’Est et Centrale chez FM Logistic, prend ainsi l'exemple de Citylogin, solution collaborative et durable de transport du dernier kilomètre, opérationnelle aujourd’hui dans plusieurs villes européennes, et bientôt développée à Moscou : « Notre métier doit offrir naturellement ces solutions, indépendamment du coût salarial ou de l’environnement. Même si le pays est différent, les enjeux restent les mêmes », continue-t-il.

 

Les équipes travaillent 24h/24 et 7 jours/7

Pour autant, ce grand territoire de 31 fois la France, 146 millions d’habitants et 11 fuseaux horaires garde ses spécificités. Sur la plateforme de Chekhov, en périphérie de la Capitale, où FM Logistic traite sur plus de 100 000 m² la logistique et le transport de près de 20 clients, l'entreprise a dû adapter son fonctionnement aux habitudes russes. Les équipes travaillent 24h/24, 7 jours/7. « Cela vous oblige à corriger les problèmes en avançant, mais c’est aussi un véritable avantage en termes d’intensité des opérations », reconnait Christophe Menivard. Dès l’ouverture de ce site il y a 15 ans, des navettes de bus ont été prévues afin de pallier au déficit des transports en commun et une cantine a été ouverte. Un atout pour les salariés peu habitués à trouver ces conditions de travail dans leur pays.


La pose d’une étiquette en cyrillique est obligatoire

Pour Eric Berthe, directeur supply chain Russia CIS pour LVMH Parfums & cosmétiques, client de ce site depuis 2008, ce partenariat, lié à des « similitudes entre les deux maisons — racines familiales, valeurs entrepreneuriales, volonté d’innovation —, va au-delà des mots ». Au départ, seuls les Parfums Dior étaient traités sur cette plateforme mais depuis 2013 plusieurs autres marques de parfums, maquillages ou soins de la peau (Guerlain, Kenzo, Benefit, Acqua di Parma…) font partie des commandes qui partent groupées vers les différents distributeurs répartis sur l’ensemble du territoire russe. Une collaboration régulière entre le client et son prestataire qui permet de faire évoluer les opérations logistiques. Par exemple, dans le cadre de la russification de tous les produits par l’apposition obligatoire d’une étiquette reprenant les principales informations en cyrillique, la possibilité d’automatiser ces opérations a été étudiée afin d’éviter des TMS et de gagner en efficacité. Mais si près de 30 % peuvent l’être, les formats complexes et variés allant du crayon de maquillage jusqu’au coffret de parfums, ne permettent pas de faire mieux.


Relever le défi du e-commerce et de l’omnicanalité

Un autre défi de taille à relever pour LVMH Parfums & cosmétiques est celui de l’e-commerce. Aujourd’hui en Russie, 3 % seulement des ventes sont réalisées par Internet mais le potentiel du marché serait de près de 30 %. De quoi faire bouger les lignes logistiques en termes de gestion de différents formats, de reverse logistics et de capacité de distribution omnicanale. Même si, comme l’explique Jean-Christophe Machet, « nous pouvons gérer l’ensemble des canaux de distribution depuis deux ans », une plus grande flexibilité est nécessaire, avec notamment la mise en place du WMS Reflex d’Hardis Group (en remplacement du WMS historique) « pour faire du prédictif et anticiper les besoins de nos clients ».

La russie en quelques repères

 

■ 10 000 km entre l'est et l'ouest ;

■ Superficie de 31 fois la France ;

■ 146 millions d'habitants ;

■ 11 fuseaux horaires ;

■ 15 villes de plus d'un million d'habitants.

Agrandir le plan
BUZZ LOG
“Tirer parti des standards GS1 doit rendre plus interopérables les applications blockchain dans la supply chain.”
— Yorke Rhodes III, global business strategist blockchain de Microsoft
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine