Accueil / Actualités / Transversal / Le transport et la logistique se mobilisent pour la sécurité au travail des nouveaux embauchés

Transversal

Le transport et la logistique se mobilisent pour la sécurité au travail des nouveaux embauchés

09.01.2018 • 13h25
|
A_1

Union TLF | Philippe De Clermont-Tonnerre (Union TLF), François Blanchard (Cramif)

Afin de réduire la fréquence des accidents et des maladies du travail, les organisations professionnelles du transport et de la logistique se penchent sur l'amélioration des conditions d'accueil en entreprise des nouveaux embauchés.

Du fait d’une connaissance insuffisante des dangers, d’une initiation souvent trop sommaire à la prévention et du manque d’expérience, les jeunes et les nouveaux embauchés sont plus vulnérables face aux risques professionnels et souvent victimes d’accidents du travail. Le secteur du transport et de la logistique enregistre en effet une forte sinistralité marquée par la fréquence élevée des accidents du travail et des maladies professionnelles. En 2012, plus de 1 700 000 journées de travail ont été perdues, soit une moyenne de 70 journées par entreprise.

 

Pour lutter contre ce phénomène, les organisations professionnelles ont donc décidé d’agir. La signature, le 18 décembre dernier, d’une convention de partenariat pour un accueil encadré des nouveaux embauchés entre l’ensemble des organisations professionnelles du secteur (Union TLF, SNTL, CSD, FNTR) et la Cramif (Caisse régionale d'assurance maladie Île-de-France) a constitué le premier acte de leur mobilisation.

 

Celle-ci se poursuivra à l’occasion du conseil professionnel Île-de-France, qui aura lieu le 10 janvier 2018. Co-organisé par l’Union TLF et la FNTR, cet évènement abordera également la question de la prise en charge de la santé et de la sécurité au travail lors de l’accueil des nouveaux arrivants en milieu professionnel. Objectif : mettre en place les premières actions nécessaires face à cette problématique.

BUZZ LOG
“Les distributeurs ont pris conscience de l’ubiquité du consommateur. Néanmoins, les outils dont ils disposent ne sont pas toujours suffisamment aboutis pour servir la transparence des stocks répondant à la disponibilité d’un produit et à son allocation.”
— François Mondou, directeur général de SDZ ProcessRéa
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine