Accueil / Actualités / Innovation / Blockchain : le CEA et Connecting Food agissent sur la filière alimentaire

Innovation

Blockchain : le CEA et Connecting Food agissent sur la filière alimentaire

28.02.2018 • 09h00
|
A_1

Pixabay

Le CEA, organisme de recherche travaillant notamment sur la défense et la sécurité, les énergies nucléaire et renouvelables et la recherche technologique pour l'industrie signe un partenariat de trois ans avec la start-up Connecting Food. Ensemble, ils entendent développer de nouveaux outils basés sur la technologie blockchain pour améliorer le suivi et les contrôles des produits de l’industrie alimentaire.

Depuis sa création en 2016, Connecting Food s'appuie sur la blockchain pour développer une solution dédiée à l’audit du produit en temps réel vis-à-vis d’un cahier des charges défini par la marque. Associé au CEA List, direction de la recherche technologique au CEA et spécialiste de la confiance numérique, la start-up proposera désormais un système d’audit avancé permettant de déclencher des alertes lorsque des événements provenant de sources différentes se contredisent et d’identifier de manière certaine les sources impliquées. Le système peut encoder les règles de détection et de validation et mener un raisonnement à l’aide de techniques d’intelligence artificielle. Le raisonnement est ainsi prouvé correct et le résultat de l’audit certifiable.

 

Suivre chaque aliment de sa production à sa consommation

Via cette solution, le CEA et Connecting Food espèrent permettre aux acteurs industriels de la filière alimentaire, au travers de la blockchain, de suivre chaque aliment de sa production à sa consommation. « Lorsque 50 à 70 % de vos produits partent chez le consommateur sans être validés, il existe forcément un risque. Notre solution répond donc à une vraie demande, un vrai marché, auquel nous apportons une véritable réponse », témoigne Stefano Volpi, co-fondateur de Connecting Food.

BUZZ LOG
“Les distributeurs ont pris conscience de l’ubiquité du consommateur. Néanmoins, les outils dont ils disposent ne sont pas toujours suffisamment aboutis pour servir la transparence des stocks répondant à la disponibilité d’un produit et à son allocation.”
— François Mondou, directeur général de SDZ ProcessRéa
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine