Accueil / Actualités / Prestataires / Malgré la crise, GT Logistics conserve ses ambitions intactes

Prestataires

Malgré la crise, GT Logistics conserve ses ambitions intactes

08.10.2020 • 09h00
|
A_1

GT Logistics

Fortement impacté par la crise sanitaire depuis le début de l’année, GT Logistics poursuit son développement, souhaitant poursuivre sa mue.

2020, une année compliquée pour certains acteurs de la logistique, ayant dû naviguer à vue dans un contexte incertain. Et c’est certainement vrai pour le prestataire GT Logistics. En effet, si les premiers mois de l’année affichaient des éléments particulièrement prometteurs – des voyants au vert, la signature de nouveaux contrats -, la crise sanitaire a plongé l’entreprise familiale dans une période difficile : « Nous avons été fortement impactés par une situation qui s’est avérée plus importante et plus grave que ce que l’on imaginait », raconte Éric Sarrat, président du groupe GT depuis 1978. Avec des volumes en chute libre pour certains secteurs (en particulier dans l’aéronautique, qui représente avec la défense près de 25 % de l’activité du groupe) entrainant une baisse globale du niveau d’activité ainsi que la perte de plusieurs contrats (internalisation, baisse d’activité), les derniers mois ont donc été complexes pour le groupe. Mais si l’activité n’a pas encore repris aux niveaux pré-crise, la signature de neuf nouveaux contrats depuis le début de l’année, représentant plus de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires, vient « éponger les pertes, même si le différentiel reste encore en notre défaveur. Nous afficherons, sauf mauvaise surprise, une légère contraction de notre chiffre d’affaires : 62 millions d’euros contre 65 millions l’an passé. C’est le plus bas niveau depuis trois ans, mais il traduit ce tassement de l’activité », détaille Eric Sarrat. Parmi ces nouveaux contrats, on retrouve trois nouveaux marchés au commissariat à l’énergie atomatique ; deux marchés pour Arcelor autour du contrôle de conformité et de l’activité de support à la production ; ou encore une percée dans la chimie avec quatre nouveaux sites confiés par Arkema. Mais malgré le contexte, le groupe n’a rien perdu de son volontarisme selon le président, notant « une dynamique commerciale forte et une meilleure rentabilité qui permettront de finir l’année bénéficiaire », ainsi qu’une activité soutenue dans les domaines des PGC, santé et alimentaire, qui font 26 % du chiffre d’affaires de GT Logistics. « Les fondamentaux de l’entreprise restent bons et nous sommes maintenant animés d’une grande ambition pour remonter ! », assure Eric Sarrat, insistant sur l’implication des équipes, soit 1 037 salariés en France.

 

Cap sur 2024 avec un nouveau membre clé

Lancé actuellement dans un « deuxième chapitre pour la transformation de l’entreprise », intitulé Cap 2024 (après un précédent objectif Cap 2020), GT Logistics s’est fixé de nombreux objectifs pour les années à venir : une croissance de son chiffre d’affaires de plus de 7 % par an en développant ses activités ; une maitrise des frais de structure dans la limite de 7 % du CA ainsi qu’une évolution de son action de 15 % par ans. Pour cela, l'entreprise souhaite tout d’abord aller chercher de nouveaux clients en communicant toujours plus sur ses marchés (automobile, défense, alimentaire, industrie lourde), avec des sites vitrines et des nouvelles prestations. « Nous sommes le partenaire de l’ombre. Nous n’avons pas de camion ou d’entrepôt avec notre sigle, et cela ne facilite pas notre communication », juge Eric Sarrat. GT Logistics souhaite également faire de ses opérations « un levier de progrès pour ses clients », en passant par la formation des managers et le développement de l’autonomie sur le terrain, ainsi que la structuration de sa démarche RSE. Des mutations qui sont co-pilotée avec l’aide d’un manager de transition, Jérôme Gasquet, dont le rôle est, selon l’intéressé, de créer de la valeur humaine et financière, tout en accompagnant le comité exécutif : « Je préfère me considérer comme un business companion », indique-t-il. Recruté en novembre 2019, cet ancien directeur supply chain monde de la division boissons de Danone, passé également chez Geodis et Daher AeroSpace a été choisi par Éric Sarrat dans un contexte très particulier pour lui : « J’ai eu à lutter contre une récidive de cancer, contre lequel je me bats depuis une décennie. Souhaitant sécuriser le dispositif de l’entreprise, j’ai fait appel à Jérôme, dont l’arrivée a été une très bonne chose pour l’entreprise, nous offrant un tempérament plus structurant et plus posé ». Si sa mission s’étendait d’abord à six mois, Jérôme Gasquet poursuit encore son rôle d’accompagnement.

 

Autre axe de développement pour l’entreprise, la croissance externe, pour acquérir de nouvelles compétences ou intégrer de nouveaux marchés. « Nous avons une liste de cibles potentiellement intéressantes, mais nous restons prudents et modestes, car nous ne voulons pas déformer la nature de l’entreprise. Cependant, nous sortons de cette période avec une capacité d’investissement forte pour un acteur de notre taille, et il sera crucial de l’utiliser », note Eric Sarrat.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine