Accueil / Actualités / Innovation / Kuehne+Nagel rejoint la Coalition pour l'énergie de demain

Innovation

Kuehne+Nagel rejoint la Coalition pour l'énergie de demain

06.07.2021 • 12h39
|
A_1

Kuehne+Nagel

Le groupe Kuehne+Nagel devient membre d'une coalition de sociétés internationales souhaitant accélérer le développement d'énergies alternatives afin de réduire l'impact du transport et de la logistique sur l'environnement.

Kuehne+Nagel, acteur du transport et de la logistique, rejoint la Coalition pour l'énergie de demain aux côtés de grandes entreprises internationales comme Air Liquide, Airbus, Bureau Veritas, Carrefour, Engie, Michelin, Schneider Electric, TotalEnergies... Créé en 2019, ce groupe de 14 membres s'est fixé trois objectifs principaux : élargir les sources d'approvisionnement en énergies propres, réduire la consommation d'énergie par kilomètre équivalent transporté, et diminuer la part des émissions imputable au transport et à la logistique. « La mise en commun de nos capacités d'innovation nous permettra de parvenir à des solutions de transport neutres en CO2. Acteur mondial de la logistique qui relie les fournisseurs et leurs clients, Kuehne+Nagel propose des actions durables concrètes à ses clients à travers son programme Net Zero Carbon », explique Otto Schacht, membre du comité de direction de Kuehne+Nagel. La Coalition compte obtenir ses premiers résultats significatifs à partir de 2030.

 

Un premier projet lancé pour le transport maritime

La Coalition pour l'énergie de demain a démarré cette année un premier projet de production de BioGNL, dans le port de Marseille Fos, qui sera utilisé pour le transport maritime si l'expérience s'avère concluante. L'idée est de transformer les déchets ménagers de la Métropole Aix-Marseille-Provence en biométhane liquéfié, dit BioGNL. Ce bio-carburant serait alors utilisé pour promouvoir la mobilité verte depuis le port, notamment pour les navires propulsés au GNL du groupe CMA CGM. Combiné avec la technologie dual fuel de moteur au gaz développée par ce dernier, le BioGNL devrait réduire d'au moins 67 % les émissions de gaz à effet de serre en well-to-wake (la chaîne de valeur complète) et de 88 % en tank-to-wake (à l'échelle du navire). Un bel exemple d'économie circulaire en perspective.

 

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine