Accueil / Actualités / Éditeurs / Avec Winddle, Bouygues Construction optimise ses flux logistiques transfrontaliers

Éditeurs

Avec Winddle, Bouygues Construction optimise ses flux logistiques transfrontaliers

21.06.2022 • 09h17
|
A_1

Voxlog | Eric Bouret, directeur des achats de Bouygues Construction

Bouygues Construction s'est équipé de la plateforme collaborative Winddle pour sécuriser les achats transfrontaliers et la logistique associée à ses chantiers en France et à l’international. De quoi offrir des gains de productivité et de transparence dans les échanges avec son écosystème.

Bouygues Construction, filiale du groupe Bouygues, réalise des projets dans le domaine du bâtiment, des travaux publics et dispose d’un pôle énergies et services. Des activités qui représentaient en 2021 un chiffre d’affaires de 12,8 milliards d'euros, avec une présence dans une soixantaine de pays et un effectif de 52 800 collaborateurs. « Nous intervenons sur toute la chaîne de valeur de la construction : développement immobilier, construction et exploitation, en France comme à l’international », explique Eric Bouret, directeur des achats de Bouygues Construction. « La construction durable est devenue un axe stratégique clé pour nous, avec la publication d’une stratégie climat ambitieuse, et des objectifs forts de réduction des gaz à effet de serre : -30 % d’ici à 2030 ». Et cette politique RSE ne peut se faire qu’avec l’appui d’une supply chain responsable, Bouygues Construction affichant la volonté d’embarquer l’ensemble de sa supply chain (sous-traitants et fournisseurs) dans cette démarche.

 

Une complexe logistique internationale des chantiers

Les équipes achats chez Bouygues Construction représentent 585 collaborateurs dans 30 pays, qui collaborent avec 70 000 fournisseurs et sous-traitants. « Nous travaillons avec un large panel d’entreprises qui va de la TPE aux grands groupes. Nos équipes ont géré 3,7 milliards d’euros de dépenses en 2021 ». Afin de sécuriser les achats transfrontaliers et la logistique associée pour les chantiers en France et à l’international, la business unit Bouygues Construction Trading & Logistics (BYCN T&L) a été créée en 2019. Cette structure, composée de 54 collaborateurs, présents dans une dizaine de pays, et constituée d’acheteurs, de logisticiens, et de financiers, a pour mission de sourcer, acheter, sécuriser, transporter et livrer les chantiers de Bouygues Construction, en apportant de la compétitivité et en maîtrisant les risques. Une mission complexe, car la logistique internationale des chantiers comporte de nombreuses spécificités : « Nous fonctionnons en mode projet, avec des flux peu récurrents, qui dépendent de l’activité des chantiers et sont très dépendants de leurs plannings. Nous essayons toujours d’industrialiser ces activités, mais on ne s’inscrit pas dans une production en série. De plus, les panels de fournisseurs sont très larges, nous utilisons une kyrielle de produits, et les implantations géographiques s’étendent dans le monde entier, parfois dans des localisations pérennes, mais aussi dans des pays où nous ne sommes pas installés. De plus, notre secteur d’activité est très concurrentiel », détaille Eric Bouret.

 

BYCN T&L vise donc à fédérer les équipes logistiques disséminées aux quatre coins du monde au sein d’une même entité, et de structurer ainsi l’activité logistique. « Nous avions historiquement des modes de travail très hétérogènes. Nous avons partagé des bonnes pratiques mais il y avait encore beaucoup de pertes de productivité, par manque de transparence et de circulation des informations, et avec peu de KPI exploitables. Pour que les équipes logistiques travaillent ensemble, nous avons besoin d’avoir les bonnes données au bon endroit, afin de travailler dans un écosystème où, dès le début de la création d’un projet, on évite de saisir la même donnée à plusieurs reprises, en essayant de capitaliser d’une étape à l’autre avec un outil logistique permettant une continuité numérique », indique Eric Bouret. Et si les équipes achats et opérationnelles bénéficiaient d’un ERP achat solide pour leurs activités, utilisé par 10 000 collaborateurs avec des commandes sur catalogue, le processus logistique devait être digitalisé pour améliorer l’expérience digitale des collaborateurs de l’entreprise. Il manquait particulièrement un outil pour le suivi des flux transfrontaliers, englobant l’organisation des transports et la mise en place d’indicateurs pour suivre les engagements RSE, et notamment l’empreinte carbone.

 

Des gains de productivité de l'ordre de 30 %

Bouygues Construction a donc décidé de se tourner vers la solution Winddle, plateforme collaborative de pilotage des commandes des fournisseurs qui vient s’intégrer à une multitude de systèmes. « Une fois qu’une commande est importée dans Winddle, nous pouvons piloter la logistique, depuis le chargement jusqu’à la livraison et donner de l’information aux équipes sur les chantiers : où en est la livraison, quand va-t-elle arriver sur place. Il s’agit de rendre accessibles les informations à l’ensemble des parties prenantes. Cela nous permet également de stocker tous les documents de transport et de douane sur une même plateforme. Enfin, le module analytics de Winddle nous offre la possibilité d’analyser nos données et de suivre en temps réel nos indicateurs de performance », explique Adrien Aizier, directeur financier chez BYCN T&L. De quoi offrir des gains de productivité de l’ordre de 30 %, et apporter une satisfaction accrue aux collaborateurs et clients internes, en conférant de la transparence aux échanges : « Les équipes sur le chantier n’appellent plus les logisticiens pour avoir de la visibilité sur les dates clés de livraison de leurs marchandises : l’information est directement disponible sur Winddle ». Du côté environnemental, l’outil permet à BYCN T&L de donner des mesures très précises de l’empreinte carbone du transport pour chaque marchandise.

 

Pour le bon déploiement de Winddle, Bouygues Construction aura dû travailler sur sa continuité numérique, son efficacité opérationnelle, et la standardisation de ses processus logistiques, très hétérogènes à la base. « Nous avons débuté au mois de septembre 2021, sur un périmètre volontairement restreint, tout en visant l’ensemble des usages transfrontaliers. Depuis six mois, nous avons déjà traité entre 500 et 600 opérations logistiques. Et si l’adoption perdure, nous pourrons multiplier le nombre de projets et de fournisseurs intégrés », raconte Eric Bouret. Le constructeur souhaite maintenant élargir l’utilisation de la solution à l’ensemble des projets à l’international, afin que l’ensemble des équipes logistiques l’utilise à moyen terme. Autre défi : embarquer les fournisseurs, transitaires et commissionnaires de transport afin que Winddle devienne la plaque tournante de l’ensemble de sa logistique internationale.

 

 

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine