Accueil / Dossiers / Innovation / Log's et CEA Tech, partenaires pour des jumeaux numériques logistiques

Innovation

Log's et CEA Tech, partenaires pour des jumeaux numériques logistiques

27.10.2022 • 09h01
|
par Emilien VILLEROY
D_1

Log's

Log’s travaille désormais depuis plus d’un an sur un projet de jumeau numérique pour le monde de la logistique et du transport. Point d’étape et perspectives avec Benjamin Laffineur, responsable innovation de l’entreprise.

En juin 2021, le logisticien Log’s annonçait le début d’une expérimentation avec le CEA Tech autour de la création de jumeaux numériques pour le monde du transport et de la logistique. Une initiative portée par le service innovation du prestataire, qui mène un travail de veille sur les nouvelles technologies. Et c’est justement en étant à l’écoute du marché que Log’s avait pu se rapprocher de CEA Tech, organisme de recherche public français au service de l’industrie, sur le sujet des jumeaux numériques. « Le CEA Tech voulait travailler dans une démarche de recherche et développement pour adapter le concept du jumeau numérique à la logistique. Leur objectif était de créer un démonstrateur pour prouver que ces technologies sont applicables sur nos problématiques », raconte Benjamin Laffineur, responsable innovation chez Log’s.

 

Ce projet, baptisé Sonaris (pour Solution d’optimisation numérique pour l’analyse et le redesign integré de la supply chain), bénéficie d’un budget de deux millions d’euros. Il s’axe sur trois grandes problématiques : les process portuaires, l’entreposage et la massification des flux. Chacune s’appuie sur un jumeau numérique différent, avec plusieurs partenaires aux côtés de Log’s : les Ports de Lille, le Grand Port maritime de Dunkerque, les industriels Nidaplast et Forest Style, et l’éditeur TGI Maritime Software.

 

Une approche opérationnelle et projet

L’intérêt pour Log’s est double. Tout d’abord dans son application sur des activités déjà lancées et qui doivent composer avec des imprévus : « Comment réagir face à de nouveaux paramètres ? Si, par exemple, une épidémie de grippe rend indisponibles cinq salariés un matin, à quel moment la logistique d’un site sera-t-elle bloquée ? Et à quel niveau ? », explique Benjamin Laffineur. Face à ces questions, un jumeau numérique peut dérouler la journée-type de l’entrepôt, en s’appuyant sur des paramètres de charge, afin de simuler l’utilisation de toutes les ressources (dont humaines). Ainsi, l’entreprise peut savoir comment réagir et « rendre l’imprévu plus prévisible ». Une visibilité déclinable pour de nombreuses questions : pics, pénuries, retards, pannes… « Avec un outil de ce type, toute l’activité du site est paramétrable et on peut avoir des réponses à de nombreuses questions : dois-je déployer plus de chariots ? Vaut-il mieux allonger le temps de travail ou recruter des équipes pour passer une période tendue ? »

 

Une multiplicité de scénarios qui sont testés dans le jumeau numérique et dont les résultats sont ensuite communiqués au gestionnaire de site sur un écran de contrôle, avec des remontées d’alertes : indisponibilités de ressources, surcharges, etc. Mais l’outil pourra également accompagner Log’s dans une démarche projet, pour répondre aux questions des prospects lors des appels d’offres. « Quand nous répondons à un client qui veut externaliser sa logistique par exemple, nous faisons des choix de process qui sont des paris. Le délai de réponse et le volume de travail pour une proposition de ce type nous empêchent de multiplier les simulations. Grâce aux jumeaux numériques, nous pourrons simuler plusieurs possibilités pour proposer au client la solution la plus adaptée », détaille Benjamin Laffineur. Un élément d’innovation différenciant sur lequel Log’s souhaite aussi s’appuyer dans le futur.

 

Un démonstrateur d'ici fin 2022

Tous ces projets se poursuivent aujourd’hui, avec des échanges réguliers de données entre le logisticien et les chercheurs autour de l’activité logistique de l’entrepôt de Cambrai (59), qui sert de périmètre test, grâce à ses process relativement simples, basés sur du stockage et de la préparation par palettes. « L’idée est d’avancer progressivement avec le CEA Tech et d’aller ensuite vers des prestations plus complexes. Pour l’instant, nous travaillons encore sur la création du démonstrateur Sonaris dont le lancement est prévu pour la fin de l’année 2022. Cette réalisation permettra de voir comment on peut déployer ces jumeaux numériques, en combien de temps et avec quelles contraintes », estime Benjamin Laffineur.

SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine