Accueil / Reportages / Chargeurs / Lidl passe à l’hydrogène vert sur sa nouvelle plateforme de Carquefou

Chargeurs

Lidl passe à l’hydrogène vert sur sa nouvelle plateforme de Carquefou

31.03.2022 • 16h23
|
par Emilien VILLEROY
Rimg0

Voxlog | La plateforme Lidl de Carquefou (44)

RTimg0
Rimg1
Les véhicules hydrogène de Lidl
RTimg1
Rimg2
Une pompe à hydrogène en utilisation
RTimg2
Rimg3
Un chariot Jungheinrich équipé par Plug Power
RTimg3
Rimg4
Dans la zone des produits secs
RTimg4
Rimg5
La zone fruits et légumes
RTimg5
Rimg6
Facade de l'entrepôt
RTimg6
Le 30 mars 2022, Lidl inaugurait sa nouvelle direction régionale pour les Pays de la Loire, à Carquefou (44). Une plateforme logistique où l’acteur de la grande distribution utilise de l’hydrogène vert pour alimenter 80 % de sa flotte d’engins de manutention, avec l’aide de ses partenaires Lhyfe et Plug Power.

De plateforme en plateforme, Lidl continue d’étoffer son réseau logistique en France. Le 30 mars 2022, c’est en banlieue de Nantes, à Carquefou (44), que le géant de la distribution inaugurait sa toute nouvelle plateforme logistique pour sa direction régionale Nantes Atlantique. Celle-ci vient servir au quotidien un réseau de 68 supermarchés dans la région des Pays de la Loire. L’entrepôt trouve sa place sur l’ancien terrain industriel de la Seita, site historique de la vie économique de Carquefou, fermé en 2015 et dont la revitalisation a été rapidement engagée par les pouvoirs publics. Deux ans de travaux ont été nécessaires pour construire la plateforme, dont les murs et les équipes sont la pleine propriété de Lidl, comme c’est le cas pour l’ensemble de ses implantations. « Nous sommes dans une logique patrimoniale sur tous nos entrepôts. Le montant d’investissement d’une plateforme comme celle-ci représente 80 millions d’euros environ », explique Grégory Podda, responsable logistique stratégie chez Lidl France.

 

Un site centralisé pour la région

L’objectif de ce site était d’opérer une centralisation des activités de préparation et de stockage pour les magasins Lidl dans la région, alors que celles-ci étaient jusqu’alors éclatées dans plusieurs entrepôts, en propre ou via le compte de prestataires. La construction de la plateforme de Carquefou permet donc à Lidl de réunir l’ensemble de sa gamme de produits dans un bâtiment unique de 55 000 m² dont 50 000 m² de surfaces logistiques. Sa capacité de stockage s'élève à 47 000 palettes, dont 11 000 dans des racks dynamiques, de quoi permettre au site d’avoir assez de volume pour les dix prochaines années. Un site certifié Breeam Very Good qui peut compter sur 16 629 m² de panneaux photovoltaïques en toiture, dont 90 % de l’énergie produite est utilisée directement pour le fonctionnement du site, couvrant ainsi 21 % de ses besoins. Le bâtiment bénéficie également d’éclairages Led, de chauffage au sol via la récupération de l’énergie produite pour les cellules en température dirigée, ainsi que d’une zone d’écopâturage et des bornes de recharge pour les véhicules électriques... Côté qualité de vie au travail, le site propose une salle de sport ouverte gratuitement à ses employés, une première dans les implantations mondiales du groupe. Au total, 280 personnes travaillent sur la plateforme, dont 50 pour les différentes parties administratives (RH, immobilier, directions commerciales), ce qui représente 140 nouveaux emplois en CDI par rapport à l'ancienne organisation. « La logistique est au cœur du modèle Lidl, car c’est elle qui nous permet de proposer le meilleur rapport qualité-prix. Pour cela, nous multiplions les efforts et initiatives sur nos sites : des livraisons à camion complet, des entrepôts qui réunissent toutes les familles de produits sous le même toit pour viser productivité et résultats RSE. Le tout en investissant dans la santé de nos collaborateurs (chariots plus confortables, tests sur des exosquelettes, filmeuses automatiques) », raconte Emmanuel Solofrizzo, directeur exécutif opérationnel de Lidl France.

 

Lidl mise sur l’hydrogène avec Lhyfe et Plug Power

Si l'entrepôt de Carquefou suit les grandes tendances de la refonte logistique opérée par Lidl depuis plusieurs années, elle se distingue par un positionnement très ambitieux en terme d’énergie : celle d’être la première plateforme logistique en Europe à utiliser majoritairement de l’hydrogène vert pour l’approvisionnement de ses engins de manutention et de levage. « Nous sommes pionniers aujourd’hui, puisque nous sommes l’entreprise ayant déployé le plus de machine à hydrogène vert en France et en Europe », résume Hugues Pegon, directeur logistique de Lidl France. Une technologie encore rare dans les entrepôts, sur laquelle l’enseigne a souhaité massivement s’appuyer ici, faisant appel pour cela à Lhyfe, acteur français de la production d’hydrogène issu de sources d’énergies renouvelables et locales. « Avec un site comme celui-ci, nous permettons la transition énergétique tout en créant de l’emploi en France. Notre hydrogène est produit à 70 km d’ici, à Bouin en Vendée, en utilisant la force éolienne et l’eau de mer pour créer, par électrolyse, un carburant écologique à un prix compétitif, et qui ne rejette que quelques gouttes d’eau à l’utilisation. Nous ne sommes plus dans une phase d’expérimentation : notre usine en Vendée alimente des sites industriels qui fonctionnent 24h/24 et nous avons plus de 90 projets en cours dans plusieurs pays en Europe. Cette technologie peut se déployer partout, rapidement », résume Matthieu Guesné, président et fondateur de Lhyfe. Au total, 75 kg d’hydrogène seront utilisés quotidiennement par Lidl au plus fort de son activité, ce qui représente un volume d’achat important pour Lhyfe, qui produisait 300 kg par jour dans son usine à fin 2021 et vise une tonne par jour d'ici à 2023.

 

Pour permettre l’utilisation de l’hydrogène au quotidien, 98 engins de manutention ont dû être adaptés (soit 80 % de la flotte totale). Les piles à combustibles utilisées ainsi que l’ensemble des infrastructures nécessaires à l’intérieur du site (stockage, compression de l’hydrogène à l’extérieur puis livraison jusqu’aux trois pompes situées à divers endroits de l’entrepôt) ont été mis en place avec l’aide de Plug Power. Cette entreprise a déjà pu déployer ses solutions dans 65 sites à travers le monde et vise à devenir un pure player sur ce sujet, avec une équipe de déjà plus de 250 personnes et des collaborations avec Renault ou encoer Airbus. « L’hydrogène connaît actuellement un fort développement, boosté par les politiques RSE des entreprises et la mise en place de nouvelles règles, ZFE en tête. Parallèlement, on voit que des technologies telles que l’éolien ou le photovoltaïque sont matures et rendent viables l’utilisation d’un hydrogène vert. Toutes les conditions sociales, économiques et techniques sont donc réunies pour l’émergence de nouveaux modèles énergiques, et faire qu’un cinquième des consommations mondiales soient à l’hydrogène d'ici à 2050 », explique Julien Saleix, responsable des ventes régionales pour Plug Power. Les chariots en eux mêmes sont des véhicules de Jungheinrich, partenaire historique de Lidl en Europe et ayant également déjà collaboré avec Plug Power pour adapter les chariots. Pour gérer ce parc dans son utilisation quotidienne ainsi que sa maintenance préventive et curative, Plug Power a dépêché sur place un technicien à temps plein. Il est accompagné par un technicien Jungheinrich qui gère l’ensemble des véhicules du site.

 

L'hydrogène, un avantage aussi pour la productivité

L’utilisation de l’hydrogène offre plusieurs atouts à Lidl, dont la plupart sont de l’ordre de l'opérationnel et de la productivité. En effet, l’hydrogène offre une disponibilité maximale, avec des temps de charge très réduits. Contrairement à des batteries plomb ou lithium-ion, les véhicules sont pleinement chargés en l’espace de deux à trois minutes, avec des autonomies dépassant les sept heures – de quoi offrir une disponibilité des chariots 97 % du temps, contre 50 % avec le plomb-acide. Le tout avec seulement trois pompes dans l’entrepôt (dont une placée en zone de réception pour être au cœur de l’activité). Au niveau des infrastructures, Lidl souligne ainsi le gain de place avec l’absence de salles de charges dans le bâtiment et la possibilité d’adresser plusieurs shifts avec moins de véhicules (le site fonctionnant actuellement de 5h à 20h, six jours par semaine). « La productivité des opérateurs n’est plus corrélée à l’efficacité des batteries classiques », résume Julien Saleix. De plus, la durée des piles à combustibles est de dix ans contre trois à cinq pour les plomb-acide, ce qui réduit la fréquence de renouvellement. Si Lidl ne communique pas sur le surcoût significatif d’une telle installation, évoquant seulement des ROI qui dépassent les 10 ans, l’enseigne préfère souligner que cet investissement est un moyen de se tourner vers une technologie d’avenir, la plateforme de Carquefou servant ainsi de site test pour de potentielles futures applications en Europe. « Nous avons 18 plateformes en France qui vont être agrandies, construites ou rénovées dans les prochaines années. Nous étudions donc avec Lhyfe et Plug Power si ce modèle pourra être dupliqué ailleurs, et le projet est également suivi par notre direction mondiale », note Grégory Podda. En attendant, l’utilisation de l’hydrogène sur le site de Carquefou va continuer à se développer : à l’occasion du Salon international de l’agriculture de Paris en début d’année, Lidl et son transporteur Jacky Perrenot avaient annoncé un partenariat pour lancer un premier poids lourd hydrogène d’ici la fin de l’année 2022, et c’est depuis le site nantais que celui-ci devrait faire ses premières tournées. « Avec notre installation hydrogène, nous serons en mesure de charger des camions », souligne Grégory Podda.

 

Une gestion internalisée des déchets

Autre originalité du site de Carquefou, une cellule y est dédiée à la gestion des déchets issus de l’entrepôts, mais aussi de l’ensemble des magasins Lidl de la région : « Ce ne sont plus nos points de vente qui gèrent les déchets, et il n’y a pas de collecte sur place par les municipalités. Tous les déchets reviennent sur notre entrepôt, dans les flux retours, avec des systèmes de bennes catégorisées en plusieurs familles : cartons, plastiques, bio-déchets, déchets industriels banals... En 2021, 86 % des déchets générés par notre activité ont été revalorisés contre 84 % en 2020. Notre objectif pour 2022 est d’atteinte 88 % », rapporte Grégory Podda. Concernant les bio-déchets, des réflexions sont en cours pour avoir des unités de production de bio-méthane sur les entrepôts. Un partenaire a été trouvé pour, à terme, faire rouler des camions ou produire de l’électricité. « À tous les niveaux, nous cherchons la boucle vertueuse », résume Grégory Podda.

 

La plateforme de Carquefou en images :

 

La plateforme logistique de Carquefou en chiffres :

■ Une surface de 55 000 m² dont 50 000 pour la logistique

■ À destination de 68 supermarchés dans la région, avec 30 à 40 expéditions par jour

■ 80 millions d'euros d'investissement

■ 80 % de la flotte d'engins de manutention roulant à l'hydrogène, soit 98 chariots

■ 75 kg d'hydrogène utilisé en moyenne par jour, pour des recharges de véhicules en moins de trois minutes.

Plateforme Lidl de Carquefou
Agrandir le plan
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine