Accueil / Actualités / eCommerce / Monoprix et Ocado posent la première pierre de leur futur entrepôt robotisé

eCommerce

Monoprix et Ocado posent la première pierre de leur futur entrepôt robotisé

12.07.2018 • 09h00
|
A_1

DR

À Fleury-Merogis (91), Monoprix disposera d’ici 2019 d’un entrepôt de 36 000 m² équipé des robots d'Ocado Technology. L’outil logistique permettra de préparer des commandes en cinq minutes.

La bataille pour l’e-commerce alimentaire fait rage entre les enseignes. Alors que E.Leclerc s’est doté d’une nouvelle organisation logistique pour livrer Paris intra-muros avec Leclerc Chez Moi, Monoprix a décidé de s’allier avec le Britannique Ocado, qui grâce à ses robots goods-to-man a su s’imposer comme le 1er supermarché en ligne. Le partenariat a été annoncé fin 2017 et six mois plus tard, le groupe Casino procède à la cérémonie de la pose de la première pierre de son futur site de préparation de commandes e-commerce.


Le bâtiment de 36 000 m² au sol est divisé en deux parties, avec 2 cellules pour le sec et 2 cellules en froid positif, le tout implanté sur un terrain de 12 hectares à Fleury-Merogis (91), proche de l’autoroute A6 et de Rungis. Argan officie à la construction et doit livrer l’entrepôt sur le deuxième semestre 2019, sachant que Monoprix prévoit d’expédier ses premières commandes début 2020, après une phase de rodage du système. Lors de la cérémonie, Régis Schultz, président de Monoprix, a pointé les contraintes inhérentes à l’activité e-commerce alimentaire, à savoir « 50 à 70 produits par commande avec du sec, du froid et du surgelé et des dates de péremption à respecter. » La technologie d’Ocado, largement éprouvée en Angleterre, permet donc à Monoprix de se doter d’un outil pour gérer toutes ces particularités. Le tout avec une extrême rapidité dans l’exécution puisque la préparation des commandes s’opère en 5 minutes !

 

Une couverture de 250 kilomètres

Les futurs clients desservis par l’entrepôt pourront accéder à une offre de 50 000 références. Pour garantir la fraîcheur des références commandées, l’internaute pourra choisir les dates limites de consommation de ses produits tandis que des ateliers de découpe pour la viande, le poisson ou le fromage seront installés sur le site. Le président a même annoncé lors de la cérémonie son rêve de pouvoir se fournir en fruits et légumes dans les champs qui entourent la plateforme. En attendant que des partenariats soient conclus, Rungis n’est pas loin.


Monoprix ambitionne de couvrir depuis cet entrepôt les consommateurs situés dans un rayon de 250 km, ce qui inclut l’Ile-de-France, les Hauts-de-France et la Normandie, et ce en moins d’un jour. L’entrepôt de Gennevilliers (92), actuellement dédié à l’activité e-commerce, verra son rôle dans le schéma logistique évoluer. De la préparation, il passera certainement à une fonction de hub logistique. Les magasins restent eux la seule et unique solution pour proposer un service de livraison express. Ils seront d’ailleurs la seule source d’approvisionnement pour les commandes passées sur Amazon à partir de la rentrée prochaine. Le groupe Casino réfléchit également d’ores et déjà à étendre cette plateforme à d’autres enseignes du groupe, comme Cdiscount, Franprix ou encore Leader Price. Mais la direction indique que rien n’a encore été décidé.

BUZZ LOG
“Les distributeurs ont pris conscience de l’ubiquité du consommateur. Néanmoins, les outils dont ils disposent ne sont pas toujours suffisamment aboutis pour servir la transparence des stocks répondant à la disponibilité d’un produit et à son allocation.”
— François Mondou, directeur général de SDZ ProcessRéa
SUIVEZ-NOUS
NEWSLETTER
Pour rester informé chaque semaine